Breaking News

« Nous considérons que la loi doit s’appliquer dans toutes ses dispositions » @LOraDiURitornu – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 21 décembre 2020) Par décret, le Président Emmanuel Macron et son 1er Ministre jean Castex viennent d’interdire au Ministre de la Justice, Garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti d’intervenir dans la décision de retrait du statut de « détenu particulièrement signalé » de Petru Alessandri et d’Alanu Ferrandi, au motif que ce dernier est indirectement attache à cette affaire et expose au risque d’un conflit d’intérêts de nature à nuire à son intégrité ministérielle.

Cet article intervient à quelques jours d’une décision très attendue qui devait permettre la levée des deux DPS et le transfèrement vers le centre de détention de Borgu de Petru Alessandri et d’Alanu Ferrandi.

Cette « déportation » ministérielle qui vise à transférer la décision de la chancellerie vers Matignon, a une portée très politique, qui nous fait craindre le pire quant aux décisions qui vont être rendues.

Nous ne pouvons pas nous résoudre à considérer que l’état par l’intermédiaire de son 1er ministre va une nouvelle fois au mépris d’une parole présidentielle et de décisions rendues par une commission consultative pluridisciplinaire, bafouer les règles élémentaires du droit républicain français aux motifs que le maintien d’un statut de DPS, après 21 ans de détention, garanti l’ordre public et protège les citoyens français contre un éventuel « risque d’évasion ».

Nous ne sommes pas dupes ! le peuple corse dans sa pluralité d’opinions n’est pas dupe. Les conseillers territoriaux de corse comme les parlementaires corses et européens ne sont pas dupes. Les maires, leurs adjoints et leurs conseillers municipaux, l’ensemble des présidents de communautés de communes et d’agglomérations ainsi que leurs conseillers communautaires ne sont pas dupes. Les présidents et militants de la ligue des droits de l’homme ne sont pas dupes non plus.

Cette décision ministérielle, sous couvert d’une volonté politique de ne pas vouloir entacher l’intégrité d’un ministre et de son administration, nous place, une fois de plus, face aux risques de dérives autoritaires d’un gouvernement qui sait instrumentaliser la vengeance d’état au mépris des règles élémentaires de ses propres lois.

Nous n’attendons qu’une réponse judiciaire aux demandes maintes fois réitérées de retrait du statut de DPS et de rapprochement familial de Petru Alessandri et d’Alanu Ferrandi. Cette réponse sera conforme aux principes universels du droit positif français. Si tel n’est pas le cas nous serons face à une justice « politique » synonyme d’état partial, d’état d’exception qui privilégie la législation de circonstances aux principes d’un état de droit souverain et démocratique.

En ce qui nous concerne, nous considérons que la loi doit s’appliquer dans toutes ses dispositions. Si certaines condamnent, d’autres aussi fondamentales préconisent le rapprochement familial et la réinsertion. Il s’agit donc d’appliquer sans exception la pleine et entière exécution de la loi vis-à-vis de citoyens égaux devant elle, sauf à démontrer que Mrs Petru Alessandri et Alanu Ferrandi ne le seraient pas, ce qui est impossible !

Il ne peut y avoir, dans un état dit « démocratique » de législation de circonstances aussi inapplicables qu’inconstitutionnelles.

L’Ora di u Ritornu



Alain Ferrandi et Pierre Alessandri maintenus en DPS par le pouvoir politique colonial – Les réactions sur internet en #Corse

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: