Breaking News

« face à L’urgence de la crise, l’heure est à la désobéissance civile » – #Corse #Covid19

(Unità Naziunale Publié le 3 novembre 2020) Dans un communiqué les jeunes militants de Corsica Libera réunit au sein de Ghjuventù Libera font une analyse de la situation actuelle – relation Etat Corse – Crise Sanitaire – Prisonniers Politiques 



Crisa sanitaria è suciale : Ghjurnata di mubilizazione :

Eramu prisenti oghje à duie mubilizazione ingiru à a gestione di a crisa sanitaria.

A prima era quella di Corsica Libera annant’à i Porti di Bastia è di Portivechju per esige a messa in piazza d’un veru passaportu sanitariu.

La deuxième, dans plusieurs lycées de Corse qui étaient bloqués en soutien aux petits commerçants, aujourd’hui durement touchés par les mesures prises par Paris, et pour demander la fermeture des collèges et lycées, futurs clusters sur une terre où les hôpitaux sont déjà à saturation.

Nous le voyons, la seconde vague est plus préoccupante que la première, en ce qui concerne la Corse, le nombre de cas explose.
Cette situation aurait pu être différente si les mesures préconisées par de nombreux acteurs avaient été prises avant la saison touristique, à une époque où la situation sur notre sol était stabilisée.
Or, ces mesures n’ont jamais été appliquées et nous subissons aujourd’hui des mesures une nouvelle fois décidées à des milliers de kilomètres d’ici, qui ne sont en rien adaptées aux réalités du terrain.
Le pseudo protocole renforcé imaginé par L’État dans les collèges et lycées de Corse en est un exemple frappant.
Les témoignages et photos issus de nombreux lycées prouvent que ces mesures sont inadaptées et inefficaces. Le port du masque, même généralisé n’est pas une fin en soi, les classes sont toujours surchargées, les élèves entassés devant les grilles en attendant l’ouverture, la distanciation physique est purement et simplement impossible avec le protocole actuel.
En ce sens, nous rappelons notre soutien aux mobilisations lycéennes et appelons l’Assemblée de Corse à prendre ses responsabilités en fermant les établissements qui relèvent de sa compétence, comme cela avait été le cas lors de la première vague.
Cette fermeture temporaire permettrait de discuter d’un véritable protocole permettant de reprendre les cours en sécurité. Protocole qui devra impérativement être pensé par et pour la Corse.

La précarité numérique étant une réalité pour de nombreux jeunes, il faudra que cette fermeture soit la plus brève possible.
En effet, lors du précédent confinement, de nombreux élèves n’ont pas pu avoir accès aux cours, créant ainsi une rupture entre les élèves en fonction de leur classe sociale.

Au-delà des lycées, nous devons urgemment mettre en place une stratégie de gestion de la Crise adaptée aux réalités de notre pays.
Cette crise aura eu le mérite de prouver s’il le fallait encore la nécessité de pouvoir décider nous-même sur notre terre.
Il convient désormais de transformer ce constat en actes.

Chjamemu u populu Corsu à mubilizà si.
Chjamemu dinù i nostr’eletti à piglià cuscenza chì l’ora ùn hè più à dumandà l’auturizazione à Pariggi.

Il en va littéralement de la survie de notre peuple.
Arrêtons d’attendre que l’Etat prenne des mesures ou avalise des propositions, face à L’urgence de la crise, l’heure est à la désobéissance civile.
Décidons et appliquons.

Avant de conclure, nous souhaitons rappeler que les prisonniers politiques Corses voient une nouvelle fois leur santé être mise en péril du fait de cette épidémie et de la surpopulation carcérale.
Ceux qui sont toujours maintenus en exil ne pourront désormais plus recevoir de visite de leurs proches.
Il est donc nécessaire de se mobiliser pour les faire revenir le plus vite possible auprès des leurs en Hommes libres.

Per pudè cuntinuà à esiste cum’è populu : RESISTENZA !

GHJUVENTÙ LIBERA

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: