#Corse – Elections professionnelles : la candidature du STC annulée en justice

La candidature du Syndicat des travailleurs corses (STC) aux élections dans les TPE (très petites entreprises), la quasi-totalité des entreprises corses, a été annulée par le tribunal d’instance du 15ème arrondissement de Paris, comme le demandaient les grandes centrales syndicales, (CGT-CFDT-CFTC-FO) qui depuis l’après-guerre se partagent la représentation syndicale en France. Celles voulant à tout prix préserver leur pré-carré (et les avantages économico/financiers entre-autres liés au statut découlant de cette reconnaissance/représentativité officielle) ne supportent guère l’éventualité d’une quelconque reconnaissance de la représentativité d’autres structures syndicales qui auraient l’audace d’y prétendre.

La candidature STC a été attaquée sur la base d’arguments “très politiques” et confinant au racisme anti-corse. Ce syndicat dérange les grandes centrales établies et tant contestées, notamment la CGT. Cette centrale syndicale, malgré son baroud très controversé sur la forme à l’occasion des mobilisations justifiées contre la Loi-Travail, espère se refaire une santé à l’occasion de ces élections TPE pour pallier la désaffection dont souffrent les syndicats traditionnels (dont elle-même) depuis des années. Aussi a-t-elle semble-t-il peu apprécié son intrusion électorale  dans l’Hexagone.

Les arguments fallacieux utilisés dans l’argumentaire (refus des valeurs républicaines… poursuite d’un but politique  (“Autodétermination du peuple corse”, défend des intérêts régionalistes, préceptes contraires à l’essence même des activités syndicales, s’exonère des critères d’indépendance et de respect des valeurs républicaines, porte atteinte à l’impartialité de la justice… discrimination entre les citoyens de l’île, contrôle des délégués prud’homaux par les permanents du STC…!!! ).

Cette décision de justice scandaleuse, “très politique”,  renvoie aux années qui ont suivi  la création du STC (1984) lorsque les pouvoirs publics et les syndicats traditionnels ont usé de tous les moyens et artifices pour l’ostraciser et tenter de le faire interdire dans le but de l’empêcher d’acquerir officiellement la représentativité que les salariés allaient peu à peu lui donner et ses résultats électoraux qui allaient être de plus en plus conséquents ..

Dès décembre 2002, arrivé en tête aux élections prud’homales, il devient officiellement le 1er syndicat de Corse, confirmant sa place prépondérante dans le paysage social de l’île. Il a depuis poursuivi sa progression en voix et en élus depuis, confortant sa position leader en Corse au plan syndical

Le tribunal avait été saisi par la CFDT, la CGT, FO et la CFTC,  après le dépôt par le STC, syndicat corse nationaliste, de sa candidature auprès du ministère du Travail pour le scrutin dans les TPE (moins de 11 salariés, soit la majorité des entreprises de Corse), prévu du 28 novembre au 12 décembre.

PoggioliArchiveCorsica (2)Ce tribunal “politique”  a  conclu  que  “sa candidature aux prochaines élections professionnelles doit être annulée« …..Déclarant « illicite » le STC, il a annulé la décision de la Direction générale du Travail du 1er juin 2016 ayant déclaré recevable sa candidature aux élections dans les TPE.

Le mouvement national doit se mobiliser à ses côtés et dénoncer cette décision discriminatoire

Je soumets à la lecture, pour  celles et ceux qui seraient intéressés,  une synthèse (assez longue) de l’ouvrage que j’ai publié en 2008 sur l’histoire du STC

Rappels tirés de « L’histoire du STC »

Poggioli Pierre ; éditions DCL, Ajaccio, Janvier 2008

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: