« Il nous appartient collectivement de montrer à l’Etat français que oui, le peuple #corse existe et qu’il n’abandonne pas ses enfants »

(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 21 mars 2024) Le 26 mars à 14h00, Jean-Marc Dominici passera en procès pour refus de satisfaire aux obligations liées à son inscription au FIJAIT.

On pourrait penser que ce n’est qu’un procès de plus, le dernier en date d’une liste qui s’allonge inexorablement depuis 2016.
Mais non.
Car C’est la première fois qu’il passera en récidive légale.
Rappelons qu’il risque jusqu’à 2 ans de prison et 30 000€ d’amende, et que si jusqu’ici les condamnations se sont « limitées »à un racket d’Etat de plusieurs milliers d’euros cumulés, la récidive légale pourrait bien donner lieu à une condamnation d’un autre genre.
Refuser de signer le FIJAIT, créé pour les terroristes islamistes suite aux attentats de Paris en 201 5, n’est pas un caprice où un « coup de com ».

C’est :

  • Refuser l’assimilation au terrorisme islamiste, à la barbarie aveugle et à l’obscurantisme.
  • Refuser de devoir justifier de son adresse tous les trois mois alors qu’on a depuis longtemps purgé une peine de prison.
  • Refuser de devoir signaler à la gendarmerie que l’on part en voyage, pourquoi et où.
  • Refuser d’être inscrit au Fichier des Personnes recherchées.

C’est revendiquer sa liberté et refuser un contrôle judiciaire déguisé.
C’est un acte de résistance qui peut conduire ceux qui I assument en prison.

L’acharnement du parquet à multiplier et relancer systématiquement des procédures alors même que les précédentes ne sont pas encore soldées témoignent d’une volonté délibérée de faire plier ceux qui restent debout en les conduisant jusqu’à la dernière extrémité : le retour derrière les barreaux pour avoir revendique’ leur statut d’homme libre.
Nous ne l’accepterons pas !
Il nous appartient collectivement de montrer à l’Etat français que oui, le peuple corse existe et qu’il n abandonne pas ses enfants !
Et singulièrement pas ceux qui ont risqué leur vie et payé au prix fort la défense de son droit à être au monde et à choisir librement son destin !
MARTI U 26 DI MARZU﹐ À 13o30 IN BASTIA﹐ SEREMU UNA VOLTA DI PIÙ À FIANC’À GHJUVAN’MARCU! Ùn cappieremu nunda ! FIJAIT INNÒ ! PATRIOTTI MICCA TERRORISTI !

Associu Aiutu Patriotticu

Réquisitions : 3000€ d’amende. Verdict : 2500€

Patriotti : « Tutti à u Prucessu di Jean Marc Dominici mercuri u 21 di ferraghju in Bastia à 2 ore » – #Corse

Tutti per u prucessu di Jean Marc Dominici
Marti u 26/03 1 ore 30 dopu meziornu
Certains membres du collectif des anciens prisonniers ont initié, ces derniers mois, une démarche politique qui a abouti à la création d’une nouvelle organisation politique.
Par souci de lisibilité nous prenons pour notre part la dénomination Patriotti In Lotta collectif d’anciens prisonniers politiques.
• Hors des appartenances et de l’engagement politique de nos membres nous restons donc structuré en collectif en étant uniquement centré sur les objectifs que nous nous étions fixé à notre création.
• En novembre 2017, suite à l’appel de 4 anciens prisonniers politiques : Jean Marc Dominici, Stephane Tomasini, Felix Benedetti et Antoine Marchini, des dizaines d’anciens prisonniers se sont regroupés pour dénoncer :
• Le FIJAIT et le refus de l’amalgame avec les islamistes radicaux.
• Les amendes pécuniaires.
• Nous entendons continuer cette démarche jusqu’à la suppression du FIJAIT pour les patriotes corses et à la levée des amendes.
Nous menons, depuis 7 ans, une campagne sans relâche pour obtenir le retrait de ses mesures répressives intolérables.
Notre action se situe sur 2 niveaux :
• Combat judiciaire avec 3 de nos membres qui refusent systématiquement de signer le FIJAIT. Cette situation les portent régulièrement devant les tribunaux.
• Une campagne de sensibilisation avec actions, mobilisations, conférences de presse etc…
Cette campagne a eu comme point d’orgue la manifestation, de plusieurs milliers de personnes, le 13 avril 2019 suite à notre appel, après un énième procès.
Alors que l’Assemblée de Corse a voté une motion unanime, le 27 octobre 2022, contre la répression, le #Fijait, les amendes, alors que l’État français s’était engagé sur des mesures d’allègement, la répression contre les anciens prisonniers politiques corses continue et s’accélère.
Jean Marc Dominici passe pour la deuxième fois en un mois en procès pour le FIJAIT, mardi 26 février à 1330 au Tribunal de #Bastia.
Cette comparution est pour la première fois assortie d’une recidive légale avec aggravation du risque encouru.
Nous sommes à ses côtés et appellons à la mobilisation pour le soutenir.
Tutti in Bastia à u tribunale u 26 di marzu à 1 ore è mezu dopu meziornu.
FIJAIT BASTA
Patriotti In Lotta

—-

Une fois de plus, l’Etat français a décide d’envoyer un signal répressif tres clair. Mardi 26 mars 2024 à 14h00, Jean-Marc Dominici passera en procès pour refus de satisfaire aux obligations liées à son inscription au FIJAIT Nous rappelons qu’il s’agit ici de sa première récidive legale et que Jean-Marc Dominici risque jusqu’à deux ans d emprisonnement et 30 000 € d’amende. Notre syndicat refuse que les militants du mouvement national soient assimilés aux terroristes islamistes pour lesquels le FIJAIT a été crée. Nous n’accepterons pas cet acharnement répété à vouloir faire plier à génou tant par la privation de liberté, que l’asphyxie financière des militants nationalistes C’est pourquoi, le STC appelle donc tous ses militants, adhérents et sympathisants a se rassembler ce mardi 26 mars 2024 a 1330 au palais de justice de Bastia afin de soutenir Jean-Marc Dominici. Più che mai, LOTTA E RESISTENZA !!! SINDICATU DI I TRAVAGLIADORI CORSI

—-

Core in Fronte apporte son soutien total à son militant, 𝗝𝗲𝗮𝗻-𝗠𝗮𝗿𝗰 𝗗𝗼𝗺𝗶𝗻𝗶𝗰𝗶, qui passe en procès, le mardi 26 mars, à 13h30, au Tribunal de Bastia pour le 𝗙𝗜𝗝𝗔𝗜𝗧. C’est la première fois qu’un militant nationaliste passe en récidive légale pour le FIJAIT. Core In Fronte réaffirme le caractère inique de ce fichier, qui assimile les patriotes corses aux islamistes radicaux. La répression ne sera jamais une solution à la question nationale corse. Il ne peut y avoir de paix durable, sans une prise en compte politique de l’arrêt de la répression contre les militants nationalistes et les anciens prisonniers. Chjamemu à a mubilisazione pè purtà un sustegnu à Ghjuvan Marcu Dominici. Tutti in Bastia, u 26 di marzu, à 1 ore è mezu à u Tribunale!

—-

Demain, le 26/03 à Bastia, Jean-Marc Dominici passera à nouveau en procès pour non-respect des obligations FIJAIT. L’acharnement du gouvernement français à maintenir contre toute logique et avec un cynisme assumé, l’amalgame entre les militants nationalistes corses et les terroristes islamistes sonne comme une insulte renouvelée envers tous ceux qui se sont battus pour l’émancipation de leur peuple et l’ont payé au prix de leur liberté ou de leur vie. Cet acharnement sape également, à dessein, la recherche d’une solution politique globale, seule capable de solder le conflit entre la Corse et la France. Aiutu Paisanu apporte son soutien total et fraternel à Jean-Marc et appelle à venir le soutenir demain, 26/03, à 13h30, devant le Palais de Justice de Bastia.

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: