TURQUIE. « L’Etat turc modifie la démographie de la ville kurde d’Ahlat » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte Internationale – Publié le 27 février 2024 – Source TURQUIE / KURDISTAN – Un nouveau groupe de Turcs meskhètes (Ahıska) a été réinstallé dans la ville kurde d’Ahlat (Xelat) à Bitlis (Bedlîs), dans le sud-est de la Turquie, relançant les discussions sur les politiques de réinstallation du gouvernement et leurs implications pour la composition démographique de la région.

L’État turc est critiqué pour avoir manipulé la structure démographique des régions peuplées de Kurdes en installant des familles meskhètes (Ahıska) d’origine ukrainienne dans la ville à majorité kurde d’Ahlat (Xelat) à Bitlis (Bedlîs), dans le sud-est de la Turquie, dans le cadre du une politique de longue date perçue comme visant à modifier la composition démographique de ces zones.

Les observateurs voient la guerre en Ukraine comme une opportunité saisie par le gouvernement turc pour poursuivre cette politique, la dernière initiative à Ahlat s’inscrivant dans la continuité de la stratégie plus large du pays consistant à réinstaller les Turcs dans les régions historiquement kurdes, une décision qui s’est heurtée à la résistance et critiques de la part des communautés kurdes et des observateurs, qui y voient une tentative de diluer l’influence kurde et de modifier la dynamique ethnique et politique de la région.

Hüseyin Olan, député du parti pro-kurde pour l’égalité des peuples et la démocratie (DEM), a porté cette question au premier plan du parlement turc. Olan a attiré l’attention sur les implications environnementales et démographiques de cette réinstallation, remettant en question l’adoption accélérée des approbations d’urbanisme sans examen approfondi ni discussion au sein des sous-comités. Les plans impliquent la réinstallation des Turcs meskhètes dans des parcelles de terrain spécifiques à Ahlat, qui comprennent des champs cultivés et des pâturages, ce qui pourrait avoir un impact sur l’équilibre écologique de la région, les ressources en eau locales et une réserve ornithologique locale.

La récente réinstallation a concerné environ 703 personnes issues de 218 familles précédemment hébergées dans un centre d’hébergement temporaire à Elazığ (Elezîz), marquant une étape importante dans la politique de réinstallation de longue date du gouvernement.

Cette décision s’est heurtée à la résistance des entités politiques kurdes locales, telles que le Parti des Patriotes du Kurdistan (PWK), qui considère la réinstallation comme une tentative de manipulation démographique – une question sensible étant donné le contexte historique de telles pratiques dans la région.

Le PWK a fait valoir que l’approche du gouvernement turc en matière de réinstallation des Turcs meskhètes, en particulier ceux évacués d’Ukraine entre 2016 et 2017, s’inscrit dans la continuité d’une politique visant à modifier le paysage ethnique des zones à majorité kurde et a historiquement impliqué l’appropriation des terres kurdes. et la réinstallation des populations turques dans ces zones, entraînant des changements démographiques importants.

Les critiques soutiennent que de telles politiques, particulièrement prononcées dans les années 1990 avec la destruction et l’évacuation des villages kurdes, portent atteinte à l’intégrité culturelle et démographique des régions kurdes. Les récents développements à Ahlat, associés aux allégations d’ingérence électorale, ont encore alimenté les inquiétudes quant aux intentions de l’État concernant la composition démographique de la région.

À Ahlat, le gouvernement turc a intensifié ses efforts pour achever la construction de logements pour les Turcs meskhètes dans le cadre d’un changement démographique stratégique, en particulier à l’approche des élections. En décembre, le gouverneur de Bitlis aurait lancé des ultimatums aux travailleurs, exigeant la construction rapide de 300 résidences en un mois afin d’empêcher d’éventuelles victoires électorales des partis kurdes.

Cette initiative n’est pas isolée ; il fait suite à la construction de 500 logements l’année dernière, et des plans sont en cours pour 1 000 logements supplémentaires. Cette campagne de logement agressive devrait relocaliser environ 20 500 Turcs à Ahlat, modifiant considérablement le tissu démographique de la ville.

 

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: