Pierre Alessandri, Alain Ferrandi, Yvan Colonna: « l’année de trop »- #Corse

Il aura fallu l’assassinat d’Yvan Colonna en mars 2022 pour que le statut de DPS soit levé par le gouvernement français, et que le rapprochement familial soit effectif en avril 2022 pour Alain Ferrandi 62 ans et Pierre Alessandri, 63 ans. 

Plus de 40 jours de vechje, rassemblements, manifestations et affrontements avec l’Etat.

40 jours auront suffit à obtenir plus qu’en 7 ans.

La demande de la rue est la libération de tous les prisonniers politiques, y compris ceux qui sont toujours en prison sur la région Parisienne, où à la prison de Borgu. La libération de tous les condamnés, présents et futurs.

La demande d’Alain Ferrandi rejetée en appel

Le 24 mai 2022 : Décision en appel pour le projet de semi-liberté pour Alain Ferrandi. La cour d’appel de Paris a annoncé ce mardi avoir « rejeté la demande d’aménagement de peine formulée par Alain Ferrandi », condamné à la perpétuité en 2003 pour sa participation à l’assassinat du préfet Erignac.

Le 19 mai 2022 :Décision en appel pour le projet de semi-liberté pour Alain Ferrandi reportée au 24 mai.

Le TAPAT de Paris accorde la semi-liberté à Pierre Alessandri, le parquet fait immédiatement appel

Le 12 mai 2022 : Décision pour le projet de semi-liberté pour Pierre Alessandri qui passe devant Le tribunal d’application des peines antiterroriste (Tapat) de Paris pour présenter son projet de semi liberté.

C’est la troisième fois que la juridiction de première instance se prononce en faveur du projet présenté par le prisonnier. Le parquet national antiterroriste a fait appel de la décision immédiatement, suspendant sa mise en application.

Pierre Alessandri restera donc en prison en attendant que la cour d’appel examine le recours du Pnat.

Il est libérable depuis 2017. C’est la troisième fois que Pierre Alessandri, âgé aujourd’hui de 63 ans fait cette demande. Sa première demande a eu lieu en octobre 2019, elle avait été acceptée dans un premier temps par le tribunal d’application des peines et le Parquet National Antiterroriste avait fait appel, pareil en juillet 2021.

—-

Le 21 avril 2022 : Décision pour le projet de semi-liberté pour Alain Ferrandi qui passe devant le tribunal d’application des peines anti terroriste de Paris pour présenter son projet de semi liberté. Il est libérable depuis 2017. Décision reportée au 19 mai 2022.

RAPPROCHEMENT FAMILIAL EN CORSE DE FERRANDI ET ALESSANDRI, A QUAND LA LIBERATION ?

Le 11 avril 2022 : L’heure du retour semble avoir sonné pour Pierre Alessandri et Alain Ferrandi. En effet, ceux-ci ont été extraits au petit matin de leur cellule de la maison centrale de Poissy pour ce qui semble devoir être leur rapprochement. La plus grande discrétion règne à l’heure actuelle sur le moment de leur retour et les conditions de celui-ci, mais sauf surprise, les deux hommes devraient dormir ce lundi soir dans une cellule du centre pénitentiaire de Borgo, actant un rapprochement demandé depuis plusieurs années, et accéléré par les conséquences de l’assassinat d’Yvan Colonna à la maison. centrale d’Arles le mois dernier. (Source)

Le 8 avril 2022 : Pierre Alessandri est convoqué devant le tribunal d’application des peines anti terroriste de Paris pour présenter son projet de semi liberté. (Délai de réponse jusqu’à un mois). La même juridiction s’était déjà prononcée deux fois en faveur du projet présenté par le prisonnier qui prévoit une sortie pour travailler en journée et un retour en détention le soir. C’est la chambre d’application des peines qui avait donné une réponse défavorable, empêchant ainsi son transfert à Borgo. (source)

Le 6 avril 2022 : La famille d’Yvan Colonna a décidé d’intenter une action, quelques jours après le décès d’Yvan Colonna. Les parents, l’épouse, le frère, la sœur et les deux enfants d’Yvan Colonna « considèrent que l’administration pénitentiaire est juridiquement responsable de son décès ».

DIMANCHE 3 AVRIL 2022 – 10 PERSONNES A AIACCIU

Le 1er avril 2022 : Pierre Alessandri et Alain Ferrandi signent leur ordre de transfert vers la prison de Borgo.

Le 25 mars 2022 : Yvan Colonna est porté en terre par des milliers de personnes

Le 22 mars 2022 : Le chef du gouvernement annonce via un communiqué, que le transfert de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi serait effectif, « d’ici la mi-avril ».

YVAN COLONNA SI N’HÈ ANDATU

Le 21 mars 2022 : Yvan Colonna est décédé des suites de ses blessures.

DIMANCHE 13 MARS 2022 – 10 000 PERSONNES A BASTIA

RADIATION DU REPERTOIRE DE DPS POUR ALAIN FERRANDI ET PIERRE ALESSANDRI

Le 11 mars 2022 : Après avoir radié Yvan Colonna du répertoire des détenus particulièrement surveillés (DPS), mardi, Jean Castex vient d’annoncer la levée du statut de DPS pour Alain Ferrandi et Pierre Alessandri incarcérés à la centrale de Poissy, en région parisienne, « dans un esprit d’apaisement ».

DIMANCHE 6 MARS 2022 – 10 000 PERSONNES A CORTI

TENTATIVE D’ASSASSINAT SUR YVAN COLONNA, LA CORSE S’EMBRASE

Le 2 Mars 2022 : Tentative d’assassinat en Corse : Tout le dossier ici sur ce lien. (<– lien ici)

LE PARQUET NATIONAL ANTITERRORISTE FAIT APPEL DE LA DECISION

(Unità Naziunale – Publié le 25 février 2022) Selon Corse Matin, le parquet fait appel de la décision accordant la semi-liberté à Alain Ferrandi. Les réactions indignées sont légions sur internet… 

Le PNC réagit dans un communiqué  : Alors même que la décision du Tribunal d’application des peines validait la semi-liberté d’Alain Ferrandi, et lui laissait entrevoir la possibilité d’un retour sur sa terre, le parquet anti-terroriste vient d’interjeter appel. Cet appel étant suspensif, Alain Ferrandi se retrouve de nouveau empêché de rentrer dans l’île, à rebours du droit et de la plus élémentaire des justices. Après le revirement de la commission locale de la centrale de Poissy, concernant le statut de DPS, c’est au tour du parquet anti-terroriste de Paris de s’inscrire dans une vengeance d’état. La question des prisonniers doit pourtant être le point central d’une solution politique. Toutes les forces patriotiques doivent désormais se mobiliser. Hè l’ora di u ritornu.



Accord au projet de semi-liberté présenté par Alain Ferrandi

(Unità Naziunale – Publié le 24 février 2022) Source France3Corse : La décision a été rendue ce jeudi 24 février. Le tribunal d’application des peines antiterroriste (Tapat)  de Paris a donné son accord au projet de semi-liberté présenté par Alain Ferrandi. Le parquet a 48 heures pour faire appel. C’est une première : le tribunal d’application des peines de Paris vient de donner son accord au projet de semi-liberté présenté par Alain Ferrandi lors d’une audience qui s’était tenue le 20 janvier dernier. Le projet, qui prévoit un travail en journée et un retour en détention le soir à la prison de Borgo, pourrait être effectif dès le 14 mars prochain. Une libération conditionnelle serait envisagée en mars 2024. Le parquet a cependant 48 heures pour faire appel de la décision du tribunal d’application des peines et ce recours pourrait être suspensif. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit à deux reprises pour Pierre Alessandri, qui se trouve dans la même situation pénale.

(Unità Naziunale – Publié le 24 février 2022) Le TAPAT a donné son accord pour le projet de semi-liberté présenté par Pierre Alessandri, tout comme Alain Ferrandi. Le PNAT a deux jours pour faire appel. L’aménagement de peine prévoit que Pierre Alessandri travaille à l’extérieur en journée et dorme le soir au centre pénitentiaire de Borgo.



Unità Naziunale – Publié le 24 février 2022) Après avoir hier, rappelé l’actualité répressive des prisonniers politiques, Alain Ferrandi, Pierre Alessandri au sein de l’Assemblée de Corse. Les élus ont occupé symboliquement les locaux appartenant à la Cdc au sein même de la Préfecture.

MAINTIEN DU STATUT DE DPS



(Unità Naziunale – Publié le 21 février 2022) Selon les informations de FRANCE 3 CORSE VIA STELLA, la commission locale de la centrale de Poissy a émis un avis favorable au maintien du statut de « Détenu particulièrement signalé » d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Une première depuis 2017 de la part de cette commission. (Réactions du PNC, Corsica Libera, A Muvra, Paul André Colombani…)

Paul André Colombani, Député de la Corse : LEVÉE DE STATUT DPS POUR ALAIN FERRANDI ET PETRU ALESSANDRI – Décision ubuesque et inique. Depuis 2017, la commission locale en charge du statut de DPS s’était toujours prononcée en faveur de la levée de ce statut pour Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Aujourd’hui, et pour la première fois, elle se prononce en faveur du maintien, volant ainsi au secours du Premier Ministre, que nous avons mis dans l’embarras en pointant du doigt ses contradictions. En effet, notre visite des centrales de Poissy et d’Arles avec l’ensemble des groupes parlementaires, ainsi que la publication de notre tribune, ont mis en lumière ce scandale judiciaire. Comment justifier que le droit ne s’applique pas aux prisonniers du commando Erignac ? Comment justifier que le Gouvernement n’a à ce jour jamais suivi l’avis de la commission locale, contrairement à ce que veut l’usage ? Si Jean Castex ne peut justifier pourquoi il ne suit pas l’avis rendu depuis 5 ans par la commission locale, faisons la tout simplement changer d’avis ! Les détenus Ferrandi et Alessandri seraient donc plus dangereux en 2022 qu’en 2017 ? Ils seraient devenus subitement des prisonniers qu’il faut particulièrement surveiller alors que l’administration pénitentiaire témoigne de leur bon comportement depuis des années ? Cela n’a aucun sens. Comment expliquer une décision aussi absurde si ce n’est par la volonté déguisée de l’État de voir ces deux hommes mourir en prison. Il en va de l’attachement à la Justice et à l’Etat de droit que de s’opposer collectivement à cela.

L’ora di u ritornu : Nous venons d’apprendre que la commission locale chargée de rendre un avis sur le statut de Détenu Particulièrement Signalé de messieurs P. ALESSANDRI et A. FERRANDI vient, contre toute attente et après 2 avis favorables, de se prononcer pour leur réinscription au fichier des DPS. Cet avis nous interroge : sur le fondement des décisions prises par cette commission, sur les intentions réelles du gouvernement et in fine sur les finalités recherchées. Pierre ALESSANDRI et Alain FERRANDI sont aujourd’hui, tout à la fois, les victimes d’une vengeance d’Etat qui bafoue les règles élémentaires du droit et les boucs émissaires d’une situation socio-politique qui ne les concerne qu’indirectement. Si la devise républicaine fait référence aux valeurs d’égalité. Ces dernières ne sont manifestement pas respectées dans le cadre de cette affaire. Cette décision est dans son fondement juridiquement anticonstitutionnelle et humainement inacceptable. Nous mettrons tout en œuvre pour que le droit soit enfin respecté. Ghjustizia è rispettu di i dritti !

A MUVRA : Un’annu fà un gruppu di ghjovani corsi occupava a prefettura d’Aiacciu da palisà a situazione di A. Ferrandi è P. Alessandri. Oghje a cumissione lucale hà datu un avisu à prò di mantene u statutu DPS chì impedisce u so ritornu in Corsica, prima volta dapoi 2017. Chì fà ?

Partitu Femu a Corsica « Quand le lobby préfectoral prend le pas sur les règles de droit il déshonore la justice et l’état démocratique qu’il est censé défendre ». La commission jusque là favorable à la levée du statut de DPS s’est de manière scandaleuse conformée aux injonctions de la hiérarchie politique.

Fà Populu Inseme – Assemblea di Corsica : Maintien du statut de DPS de Petru Alessandri et d’Alain Ferrandi sans aucune raison valable et alors que les commissions locales préconisaient sa levée depuis des années. A Francia ùn pò micca continuà à nigà u dirittu ! Torna una malfatta di Statu di pettu à i Corsi chì dumandani ghjustizia Avà basta à a vindetta!

Core in Fronte apporte son soutien à Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, suite au maintien de leur statut de DPS (Détenu Particulièrement Surveillé). Comment la commission locale de la centrale de Poissy, où sont incarcérés Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, peut-elle avoir pris une telle décision alors même, que depuis 2017, elle s’est toujours prononcée en faveur de cette levée? Quels arguments fallacieux va-t-elle objecter pour justifier une telle mesure? Pour Core In Fronte, cette décision de la commission de la centrale de Poissy est politique. Elle est également cynique. C’est un prétexte pour permettre à l’Etat, à quelques mois de l’élection Présidentielle, de ne justifier d’aucune avancée dans l’affaire Erignac. La France est une parodie de démocratie qui applique une vengeance d’Etat. Le peuple corse doit rejeter, dans la rue, de manière forte et populaire, la situation qui est faite aux prisonniers politiques.

Ghjuventù Indipendentista : Pè a prima volta dapoi u 2017, dopu à parechje manifestazione è azzione, a cumissione lucale di a prigione di Poissy hà datu un avisu negativu inquantu à a stanciata di u statutu DPS pè A. Ferrandi è P. Alessandri. A Ghjuventù Independentista porta un sustegnu fraternu à sti duii militenti è a e so famiglie. Oramai, hè ghjunta l’ora di discitassi è di reagisce pè u populu corsu. A nostra cuscenza hè resistenza !



 

(Unità Naziunale – Publié le 24 janvier 2022) Ce lundi, c’est pour demander une nouvelle fois la radiation du nom d’Alain Ferrandi de la liste des prisonniers inscrits au répertoire des DPS que l’avocate a écrit au Premier ministre, Jean Castex. Dans son courrier, elle explique qu’au cours de chaque année civile, il doit être notifié au détenu qu’il fait encore partie du registre des DPS. Or, depuis le 20 mars 2020, plus aucune information n’a été donnée à ce sujet à Alain Ferrandi et à son conseil. (Info FR3Corse).


(Unità Naziunale – Publié le 24 janvier 2022) Partitu Femu a Corsica : Lionel Dumont, ancien djihadiste et membre du gang dit « de Roubaix », condamné à ce titre en 2007 à 25 années de réclusion avec peine de sûreté, vient de bénéficier d’une mesure de libération conditionnelle après 18 années de détention. Cette libération conditionnelle lui permettra de vivre en semi-liberté dans le Nord, sa région d’origine. Lionel Dumont avait été arrêté après huit années de cavale. Il a été condamné à l’étranger pour de multiples hold-up meurtriers, et en France pour de multiples crimes, dont une tentative d’attentat à la voiture piégée contre un commissariat de police. Cette décision souligne avec éclat le caractère inique et insupportable du traitement réservé aux derniers prisonniers politiques corses, qui voient leurs demandes de libération conditionnelle et d’aménagement de peine systématiquement rejetées. Elle Incarne aussi la politique de “deux poids, deux mesures“ qui frappe injustement Pierre Alessandri, Alain Ferrandi, et Yvan Colonna. En juillet 2021, le tribunal d’application des peines avait décidé d’accorder à Pierre Alessandri une mesure de semi-liberté. La Cour d’appel, dans une décision frappée de cassation en date du 7 octobre 2021, l’a maintenu en détention, au motif que l’existence d’un terrorisme islamiste devait conduire à conserver à la peine prononcée contre les détenus corses condamnés pour « terrorisme » son caractère exemplaire. La libération de Lionel Dumont, condamné pour des crimes liés au terrorisme islamiste démontre que cet argument n’est pas seulement scandaleux au plan juridique. Il est également totalement dénué de fondement. Plus que jamais, le droit doit être appliqué à tous sans distinction. Il commande que Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et Yvan Colonna soient rapprochés sans délai. Et que les demandes de libération conditionnelles des prisonniers politiques corses soient jugées avec loyauté et équité.


Visites en prison et demande d’aménagement de peine…

(Unità Naziunale – Publié le 21 janvier 2022) Deuxième visite des parlementaires, vendredi 21 janvier, à la maison centrale d’Arles dans les Bouches-du-Rhône, où Yvan Colonna est incarcéré. Jean-Felix Acquaviva, Michel Castellani et Jean-Andre Colombani sont arrivés ce matin à la maison centrale d’Arles pour y rencontrer Yvan Colonna.

Paul André Colombani, Député de la Corse :  Je me suis rendu hier matin avec une délégation parlementaire à la maison centrale des Yvelines afin de rendre visite à Alain Ferrandi et Petru Alessandri. J’ai, comme déjà par le passé, usé de mon droit de visite parlementaire en prison pour aller à Poissy et discuter avec les deux hommes du commando Erignac. Cette visite collective, rassemblant des hommes politiques de toutes sensibilités, marque notre volonté transpartisane, de voir enfin appliquer le droit. Ces échanges constructifs, en toute franchise, ont permis de mettre en exergue toutes les incohérences du statut de DPS auquel sont soumis injustement et sans fondement aucun, depuis bien trop longtemps, Alain Ferrandi et Petru Alessandri. L’Etat ne peut plus être hypocrite et continuer à appliquer sa vengeance ! Le respect du droit est exigé et doit être obtenu. Nous continuerons à nous battre, à travailler, à sensibiliser nos collègues parlementaires d’autres bords politiques pour que Petru Alessandri et Alain Ferrandi ne subissent plus ce statut de DPS et puissent être enfin rapprochés de leur famille. Il ne s’agit pas ici d’un problème corse mais de respect de la justice, d’équité devant la loi et surtout de respect de la dignité humaine ! Anu pagatu abbastanza, devenu vultà in casa soia. Dans la continuité de la journée d’hier, nous nous rendrons aujourd’hui à la prison de Arles pour rendre visite à Yvan Colonna.


(Unità Naziunale – Publié le 20 janvier 2022) Une audience concernant une nouvelle demande d’aménagement de peine pour Alain Ferrandi se déroulera au tribunal de Paris. En raison des restrictions dues au Covid, Alain Ferrandi y assistera par visioconférence depuis la maison centrale de Poissy. Son avocate, Me Françoise Davideau, le représentera physiquement devant le tribunal. (demander un aménagement de peine sous un régime de semi-liberté à Borgo). Le jugement a été mis en délibéré au 24 février prochain selon FR3Corse.


(Unità Naziunale – Publié le 20 janvier 2022) Une première visite des parlementaires composée de neuf parlementaires corses et continentaux (huit députés et un sénateur (Paulu Santu Parigi)) à la maison centrale de Poissy dans les Yvelines, où Pierre Alessandri et Alain Ferrandi sont détenus. En début d’après-midi, une délégation de parlementaires se rend à la centrale de Poissy pour rencontrer Pierre Alessandri et Alain Ferrandi. Les quatre députés corses, le sénateur Paulu Santu Parigi, et les députés Bruno Questel et François Pupponi en font notamment partie.


(Unità Naziunale – Publié le 19 janvier 2022) Interview du Député LR de Corse, Jean-Jacques Ferrara sur le site Alta Frequenza,


(Unità Naziunale – Publié le 18 janvier 2022) Selon la presse FR3 CORSE et CORSE MATIN, dans les prochains jours, des députés et des sénateurs insulaires et continentaux pourraient se rendre dans les établissements pénitentiaires où sont détenus les trois membres du commando Erignac. L’idée est d’aller plaider, au sein même de leurs lieux actuels de détention, le rapprochement à Borgo de Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et Yvan Colonna, D’après Corse-Matin, ces visites pourraient se dérouler les 20 et 21 janvier prochains. Une première délégation se rendrait d’abord ce jeudi à la prison de Poissy, dans les Yvelines, là où sont détenus Pierre Alessandri et Alain Ferrandi. Une seconde visite aurait lieu le lendemain, à la maison centrale d’Arles, là où Yvan Colonna est incarcéré.


(Unità Naziunale – Publié le 13 janvier 2022) Dans le cadre d’un soutien à deux jeunes incarcérés, manu et josé, A Cunsulta di a Ghjuventù Corsa et  Ghjuventù Indipendentista prennent position sur le dossier Alessandri, Colonna et Ferrandi.


(Unità Naziunale – Publié le 7 janvier 2022) Dans le cadre d’un soutien à deux jeunes incarcérés, manu et josé, l’Associu Sulidarità et  Ghjuventù Indipendentista prennent position sur le dossier Alessandri, Colonna et Ferrandi.

Pour la première fois en 22 ans, la commission statuant sur le maintien du statut de DPS de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi ne s’est pas réunie. Les deux hommes condamnés pour l’assassinat du préfet Erignac attendent la levée de ce statut pour obtenir leur rapprochement en Corse. Pierre Alessandri, 63 ans, Yvan Colonna, 61 ans et Alain Ferrandini, 62 ans, sont conditionnables.

Pierre Alessandri, Alain Ferrandi, Yvan Colonna : « Une année de mobilisation, une de plus, une de trop » #Corse

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: