Comparution en audition libre de jeunes patriotes suite à l’occupation de la Préfecture – Les réactions et les soutiens #Corse

(Unità Naziunale – Lutte de Masse – Publié le 29 novembre 2021) Après l’action légitime des jeunes lors de l’occupation de la Préfecture en Corse le 22 février 2021, ils doivent comparaitre en audition libre dans différents commissariats de l’île du 29 novembre au 2 décembre 2021 :

Andarelli Stefanu, Angelelli Petru Maria, Bastianaggi Pierre, Buttafoco Antoine, Capaï Baptiste, Chiappini Jean-François, Corazzini Pierre-Antoine, Ferrandi Simon’Paulu, Forte Michè, Giraud Thomas, Pellegrini tumasgiu, Perquis Hervé, Poggioli Ghjulianu, Torre Mathieu Constantin, Wingert Thomas.



La présence de jeunes militants nationalistes en la préfecture d’Aiacciu en février dernier avait donné lieu à des violences policières d’autant plus inadmissibles que ces garçons étaient venus interpeller pacifiquement le représentant de l’Etat sur le rapprochement des prisonniers politiques. Il s’agissait plus précisément du cas de Pierre Alessandri et d’Alain Ferrandi dont le fils, militant nationaliste lui-même, accompagné d’autres jeunes militants, entendait demander des explications au représentant de l’Etat sur la situation pénale de ces prisonniers politiques. En effet, alors que la majorité politique corse ainsi que la plus grande partie de l’opinion se sont prononcées pour la libération de justiciables qui sont, selon la pratique judiciaire française, libérables, l’Etat et ses corps constitués s’y opposent fermement, démontrant la volonté délibérée d’appliquer à ces hommes la rigueur d’une vengeance de l’Etat français. En réponse à cette démarche les policiers ont matraqué nos jeunes. Corsica Libera s’élève non seulement contre ces brutalités, mais considère que la convocation de ces jeunes gens, étudiants, lycéens et travailleurs dans les commissariats d’Aiacciu et de Bastia pour s’expliquer sur les coups qu’ils ont reçu, relève de la stratégie de provocation sciemment organisée par le préfet de région. Il s’agit bien là d’une tentative de mise au pas que nous ne saurions accepter. Corsica Libera apporte son soutien total à ces jeunes patriotes et s’opposera à leur éventuelle mise en cause dans un incident où nous considérons qu’ils n’ont pas fait autre chose que d’accomplir leur devoir familial et leurs obligations patriotiques.



[CUMUNICATU – SOUTIEN DU PNC AUX JEUNES CORSES] Le 22 octobre dernier, l’Assemblea di Corsica votait à l’unanimité, lors d’une session extraordinaire demandée par notre groupe Avanzemu – Assemblea di Corsica, une résolution en faveur du rapprochement de Pierre Alessandri, d’Alain Ferrandi et d’Yvan Colonna. La délibération historique des élus de la Corse militait également pour une libération de ces trois militants, prévue par le droit au regard de l’antériorité de leur peine. Pour le PNC, cette question est indissociable du processus de règlement politique de la question Corse. Malheureusement, malgré une mobilisation de chaque instant, bien au delà de l’actuelle majorité ou des seuls nationalistes, il nous faut aujourd’hui constater le blocage persistant au sommet de l’état. Cette semaine, la « justice » va s’attaquer ainsi à notre jeunesse, qu’elle convoque dans les commissariats, suite à l’occupation pacifique de la préfecture d’Aiacciu de février 2021. Face à cette nouvelle provocation, nous apportons notre entier soutien à ces jeunes, dont le seul tort fut de clamer leur aspiration à la justice et au droit. Nous nous tenons à leurs côtés et en appelons à la mobilisation générale.





Core in Fronte porta u so sustegnu à l’inseme di i giovani chì anu da passà, da u 29 di nuvembre à u 2 di dicembre, in audizione à i posti di pulizza d’Aiacciu è Bastia.
Di ferraghju scorsu eranu andati in Prefettura d’Aiacciu pè ramintà à u Prefettu Lelarge a sorte di Alanu Ferrandi e di Petru Alessandri in u cartulare Erignac : Sò stati lampati fora è minati.
Alanu Ferrandi è Petru Alessandri sò imprigiunati, dipoi u 1999, è ponu esse liberati dipoi più di 3 anni.
Sò a vulintà è a ragiò di u Statu chì cumandanu, oghje, u cartulare ghjudiziariu di Petru Alessandri è Alanu Ferrandi.
A Francia nega u dirittu è si chjode in a vindetta.
Pè Core In Fronte, a quistione di i prigiuneri pulitichi face parte di a ricerca d’una vera soluzione à u prublema naziunale corsu.
A ripressione ùn serà mai una risposta, nè contr’à i patriotti nè contr’à a ghjuventù.



Mentre u Statu ùn rispetta micca u Drittu, puntellu di e sucetà demucratiche. per l’awicinamentu è a liberté cundiziunale di Petru Alessandri è d’Alain Ferrandi imprigiunati dapoi 22 anni ;
Mentre l’Assemblea di Corsica hà vutatu una resuluzione per l’awicinamentu di Petru Alessandru, Alain Ferrandi è d’Yvan Colonna u 22 d’ottobre scorsu,
Parechji giovani Corsi, sô chjamati davanti à u tribunale d’Aiacciu ê di Bastia da oghje sin’à u 2 di dicembre per un azzione d’occupazione di a prefettura di ferraghju 2021 di pettu à st’inghjustizia !
Femu a Corsica chjama i so militanti à susteneli sta simana in Aiacciu o in Bastia!
Per arradicà a pace, chjamemu di manera sulenna u Statu à cuncipi una soluzione pulitica incù i raprisentanti di u populu Corsu!
Sta suluzione pulitica per a Corsica principierà cù l’avvicinamentu è a liberté cundiziunale d’Alain Ferrandi, di Petru Alessandri è d’Yvan Colonna !
P/à Ghjunta di Femu a Corsica
François MARTINETTI Vice-secretariu

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: