Sommes-nous en guerre ? Halte à la militarisation de notre pays ! – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 30 novembre 2021 à 11h45) A l’approche de la troisième consultation qui met fin à la série de scrutins prévus par l’Accord de Nouméa, nous constatons que l’État français s’empresse d’envoyer d’importants moyens militaires, humains et matériels, depuis plusieurs semaines : à ce jour se trouvent sur le sol calédonien, 1 400 gendarmes dont 15 escadrons mobiles, une centaine de policiers et 250 militaires, accompagnés de 160 véhicules, 30 véhicules blindés, 3 hélicoptères Puma et un avion Casa de l’armée renforcés par des moyens d’information et de communication sans précédents.

Nous nous posons la question de la vraie raison de cette présence militaire accrue sur le territoire et du message que souhaite transmettre l’État français.

Lors des deux consultations précédentes, nous n’avions pas eu une telle démonstration de force en Nouvelle Calédonie.

Nous interpellons l’État sur la fragilité sanitaire dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Depuis la mise en place de l’obligation vaccinale en Nouvelle-Calédonie, notre SAS sanitaire n’est plus effectif et met en danger notre pays et sa population. Nous ne pouvons pas omettre l’apparition du variant Omicron qui circule déjà en Europe notamment en France et depuis ce jour dans la région Pacifique. L’arrivée massive de personnes provenant de Métropole et qui circulent sans avoir effectuer de septaine, représente un risque avéré. Les experts qui conseillent le gouvernement calédonien prévoient une seconde vague à la mi-décembre 2021.

Pour cette dernière consultation, nous confirmons notre appel à ne pas participer au scrutin du 12 décembre, puisque à notre sens les conditions humaines et politiques ne sont pas réunies. Les rassemblements demeurent interdits et la période est au recueillement des familles qui n’ont pas fait complètement leur deuil.
Nous appelons les citoyens à ne pas aller voter au scrutin du 12 décembre qui permet à l’Etat de se déresponsabiliser et de se discréditer de son rôle d’accompagnateur, de partenaire d’un accord et d’un processus de décolonisation.

Nous appelons au calme pour que le scrutin du 12 décembre se passe convenablement et sans heurts. Nous réitérons notre appel à la plus grande vigilance et à la responsabilité des uns et des autres dans les prochains jours avant la tenue de la troisième consultation qui ne changera en rien l’équation humaine et politique que la Nouvelle-Calédonie tente de résoudre depuis des décennies.

  • Pierre Chanel TUTUGORO (UC)
  • Marie-Pierre    GOYETCHE  (PT)
  • André FOREST(USTKE)
  • Alosio SAKO (RDO)
  • Jean-Marie AYAWA (DUS)
  • Wassissi KONYI (PALIKA)
  • Jean CREUGNET (UPM)

COMITE STRATEGIQUE INDEPENDANTISTE DE NON-PARTICIPATION (CSINP)
Front de Libération Kanak et Socialiste (FLNKS) Parti Travailliste (PT) Nationalistes du MNSK –
Dynamique Unitaire Sud (DUS) – Union Syndicale des Travailleurs Kanak et Exploités (USTKE) –
Confédération Nationale des Travailleurs du Pacifique (CNTP) – Front de Luttes Sociales (FLS)

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: