Breaking News

Le personnel des Eaux d’Orezza était en grève depuis le 19 janvier 2021 – « La nouvelle convention a été votée à l’unanimité » #Corse

(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 18 février 2021 à 13h00La Collectivité de Corse et la SNEEMO, société exploitante de la source des eaux d’Orezza, ont trouvé un terrain d’entente il y a quelques jours. La nouvelle convention a été votée à l’unanimité mercredi par les groupes de l’Assemblée de Corse. Pour autant, tout ne semble pas réglé dans ce dossier.

lire la suite sur RCFM



(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 12 février 2021 à 12h00) Alors que les négociations avaient repris en début de semaine, un accord global vient d’être signé par Marie-Laurence Mora, la présidente de la SNEEMO.

Lire la suite sur le site de Corse Matin



Eaux d’Orezza : un accord qui garantit les intérêts des salariés, du territoire d’Orezza et de la Corse

La Société nouvelle d’exploitation des Eaux d’Orezza (SNEEMO) a signé ce jour les différents documents relatifs à l’exploitation de la source d’eau minérale d’Orezza située à Rapaghju.

Ces documents sont constitutifs de l’accord global que le Conseil exécutif de Corse avait pour objectif d’obtenir, ainsi qu’exposé devant l’Assemblée de Corse, les maires et élus de la région d’Orezza, et les salariés de la SNEEMO. Cet accord global a été obtenu à l’issue de dix-sept mois d’âpres négociations, tout au long desquelles le Président du Conseil exécutif de Corse s’est directement impliqué, eu égard au caractère stratégique du dossier d’Orezza.

Le Conseil exécutif de Corse se réjouit qu’un point d’équilibre satisfaisant pour toutes les parties ait pu in fine être trouvé, en tenant compte des contraintes juridiques et matérielles issues notamment de la situation antérieure à la création de la Collectivité de Corse. L’accord global validé par Mme Mora, représentante légale de la SNEEMO, entérine :

– La poursuite de l’exploitation des Eaux d’Orezza dans le cadre d’un contrat de location gérance de quatre ans non renouvelable : la continuité de l’exploitation et le maintien de tous les emplois sont donc garantis ;

– L’acquisition par la Collectivité de Corse des biens de reprise, des biens de la chaine de production, ainsi que de la totalité de la parcelle A133 et les cuves situées sur celle-ci:

la Collectivité de Corse, propriétaire de la source et du fonds de commerce, a désormais la pleine propriété de l’outil de production ;

– Une clause par laquelle le co-contractant s’engage à soutenir les acteurs publics et privés du territoire de la Castagniccia investis notamment dans les domaines culturels et sportifs, à hauteur de 130 000 € pour l’année 2021 (et 100 000 € minimum par an pour les années suivantes) par le biais de conventions de partenariats ;

– Une clause garantissant le maintien de tous les emplois à l’issue de la durée du contrat de location gérance, et ce quelle que soit la forme juridique de la future exploitation.

Cet accord règle également, au bénéfice de la Collectivité de Corse, des situations foncières et des questions de droit qui n’avaient jamais été solutionnées depuis 1998, date du premier contrat conclu par le Conseil Général de Haute-Corse.

Enfin, il s’intègre pleinement dans les choix politiques de développement économique et social que le Conseil exécutif de Corse a placé au cœur de la négociation concernant le devenir de la source d’Orezza, et qui valent au demeurant pour tous les domaines d’activité :

– La maitrise publique des actifs stratégiques de la Corse ;

– Un projet de développement fondé sur le déploiement d’outils de production et la valorisation des richesses naturelles de l’île, dans une logique de développement durable et de préservation des ressources ;

– La volonté de renforcer l’ancrage territorial de l’entreprise exploitant les sources d’Orezza, tant sur le plan des emplois (emploi local ; garanties sociales) que des retombées économiques et sociales au bénéfice des acteurs et forces vives de la région Orezzinca.

Le Conseil exécutif de Corse présentera la semaine prochaine un rapport soumettant le projet d’accord au débat et au vote de l’Assemblée de Corse.





(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 9 février 2021 à 18h40) Après près de deux semaines d’arrêt, les négociations seraient en bonne voie entre la collectivité de Corse et Marie-Laurence Mora, gestionnaire du site d’exploitation des eaux d’Orezza. Le contrat de location-gérance actuel se clôture le 23 février.

Lire la suite sur le site de FR3Corse



(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 3 février 2021 à 16h20) Le statu quo aux eaux d’Orezza suscite un climat d’inquiétude. Réunion à l’issue de laquelle les employés ayant pris acte des avancées favorables du « dossier Orezza » ont repris le travail après quatre journées de grève.

lire la suite sur le site de Corse Matin



(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 29  janvier 2021 à 12h30) 8 jours de grève et un statut quo. La reprise du travail hier jeudi (28 janvier 2021) avait un gout amer. Aucun accord n’a été signé entre la Direction et la CdC.

Le contrat de location gérance qui lie l’exploitant de la source d’eau pétillante et la CdC (propriétaire de la source) arrive à échéance dans un mois.  Un échec des discussions signifierait l’interruption de la production et la mise au chômage des salariés.



(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 27  janvier 2021 à 19h40)La sortie de crise semblait se dessiner en Castagniccia, alors que le temps pressait. Mais les discussions, que l’on croyait terminées, ont finalement fait long feu. Et les employés de l’usine d’Orezza n’ont toujours aucune idée de leur avenir.

Demain, l’assemblée de Corse devait débattre de la question. Ce ne sera pas le cas. Le sujet devra être reporté à la prochaine session, qui se tiendra après le 23 février, date de fin du contrat actuel…

Les employés de l’usine devront encore patienter avant d’avoir la moindre idée de ce à quoi ressemblera leur avenir. Ils sont toujours en grève.

Lire le dossier sur le site de FR3 CORSE



(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 18 janvier 2021 à 17h25) A partir de 8h ce mardi 19 janvier 2021 à l’usine, le personnel des Eaux d’Orezza est en grève. Cette grève est motivée par leurs inquiétudes quant au devenir de la structure. En effet la location gestion des Eaux d’Orezza prendra fin le 23 février 2021. 

Les salariés ont eu de la part de la Collectivité de Corse l’assurance de l’organisation d’une réunion qui aura lieu le lundi 25 janvier à Bastia entre la CdC, le propriétaire des Eaux d’Orezza, la présidente de la SNEEMO (Syndicat d’exploitation des Eaux d’Orezza), le personnel et le STC. Une réunion d’importance puisque la décision du choix de la DSP, pour être entériné, doit passer à la session de l’assemblée de Corse du mois de janvier. Les salariés se mobilisent aussi  contre la mesure de licenciement de leur directeur Jean-Louis Rossi, jugée abusive. (lien Le Petit Corse ci-dessous)

20h30 : Le STC poursuivra demain la grève selon RCFM,  entamée ce mardi à la Société des Eaux D’Orezza, à Rapaghju. Le syndicat indique ce soir attendre demain un avis de la direction sur la procédure de licenciement entamée à l’encontre du directeur industriel.



(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 21  janvier 2021) L’ensemble des élus de PIEDICROCE tient à affirmer son soutien indéfectible aux employés de la source d’OREZZA actuellement en grève. En effet, les conditions de travail, les décisions patronales ainsi que les perspectives proches ne leur ont laissé d’autre choix que la grève pour faire entendre leurs craintes et leurs revendications. Il n’est pas concevable que des choix de l’exploitant puissent mettre à mal la production et de ce fait la pérennité de leurs emplois. Enfin nous tenons à condamner le licenciement abusif du directeur : M. Rossi Jean-Louis . Les multiples échanges que nous avons eus avec lui nous permettent de témoigner de son investissement au sein de l’exploitation, tant au niveau de ses objectifs de production, de la façon d’y parvenir que de son implication auprès des employés du site. Cette exploitation, poumon économique de notre région, fait partie de notre patrimoine et nous sommes à ce titre très attentifs à l’évolution de cette crise. Aussi nous appelons les acteurs concernés à prendre une position forte, dans le respect des revendications émises, et ce, dans les délais les plus brefs. Le maire, Pierre-Ange SENCY



4eme Jour de Grève, vers la fin du conflit…

(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 22  janvier 2021)  Une usine à l’arrêt, des salariés en grève depuis trois jours et des politiques qui expriment leur soutien. Le petit village de Rapaggio, au coeur de la Castagniccia, héberge l’usine des eaux d’Orezza, fleuron de la microrégion et de la Corse, et depuis quelques jours, une mobilisation sociale a mis la production à l’arrêt. Plus de 30 salariés des eaux d’Orezza, soit la quasi-totalité de l’usine, ont entamé une grève à durée indéterminée, dont la portée a dépassé la Castagniccia pour s’immiscer dans les débats politiques à Ajaccio.  (France 3 CORSE)

La mobilisation sociale continue à l’usine des eaux d’Orezza. Cela fait maintenant quatre jours que la chaîne de production de l’eau pétillante ne fonctionne plus puisque les salariés n’ont toujours repris le travail. Cette grève est réalisée alors que la fin du contrat de location-gérance qui lie la CdC à Marie-Laurence Mora, la gestionnaire de la concession, approche. En effet, dans un mois ce contrat de location-gérance qui lie la Collectivité de Corse à l’exploitant arrive à son terme. Si des négociations sont actuellement engagées, l’inquiétude demeure néanmoins car un échec de ces dernières pourrait conduire à un arrêt pur et simple de la production. Nous pourrions alors ne plus voir les bouteilles des eaux d’Orezza sur nos tables. Rappelons qu’une procédure de licenciement a été signifié à Jean-Louis Rossi, le directeur de la structure. Les salariés se questionnent quant au timing de ce licenciement alors que les négociations en vue d’une prolongation de la location-gérance étaient selon plusieurs sources, bien engagées. Si aucun accord n’est trouvé d’ici le 23 février, les emplois d’une trentaine de salariés seraient ainsi menacés. (Alta Frequenza)

Menacé par une procédure préalable à un licenciement entamée par sa direction, Jean-Louis Rossi devrait finalement être maintenu dans ses fonctions. Le Syndicat des Travailleurs Corses l’a annoncé ce vendredi, mais poursuit sa grève. (RCFM)

Le syndicat STC devait lever dans la journée la grève à l’usine des Eaux minérales d’Orezza. Le directeur industriel, Jean-Louis Rossi, qui était sous le coup d’une procédure de licenciement avec mise à pied, est réintégré avec un simple avertissement. (Corse Net Infos)

Alors que les salariés de l’usine de production mettaient un terme à la grève qui a cristallisé les tensions dans le village de Rapaggio, les élus de la pieve d’Orezza sortaient « rassurés » de leur réunion avec le président de l’Exécutif, Gilles Simeoni (Corse Matin)



Revue de presse

(Le Petit Corse) (Corse Net Infos) (Corse Net infos)



Les archives : 

En 1998, le Conseil général de la Haute-Corse, qui possédait alors le site, a donné la concession de service public d’une durée de 20 ans à la SNEEMO.

En novembre 2012, le STC avait lancée une grève. Les salariés demandaient la reprise du dialogue social. Le syndicat réclamait l’ouverture des négociations salariales annuelle et dénonçait surtout la procédure de licenciement contre une employée. les salariés avaient obtenu le retrait de la procédure de licenciement avec une réintégration immédiate ainsi que l’ouverture de négociation salariale.

En 2017, ce statut juridique (de 1998) change pour un contrat de location-gérance de 18 mois conclu avec la CdC.

En juin 2017, la société des Eaux d’Orezza est la première entreprise à signer la charte pour l’emploi.

#Corse – La production des « Eaux d’Orezza » a repris hier



« Eramu Prisenti »

 




Le 20 janvier 2021 : Corsica Libera presente oghje, à fiancu à l’impiegati di l’Acqua cittosa, in Rapaghju, vole assicurà ognunu di u so sustegnu, in sta situazione d’urgenza chì ùn si pò spiegà… Di fattu, sò cunnisciute da tutti, sindicatu, direzzione, pruprietari, è ancu pulitichi, e cundizione di spluttazione di a surghjente, chì appartene à u duminiu publicu. Duvemu dunque manifestà a vulintà, incù i persunali grevisti, di una gestione sana, linda, di una struttura chì tene in e so mane una parte maiò di u patrimoniu naturale di a Nazione corsa. Patrimoniu ancu industriale di una muntagna primurosa, u vale d’Orezza, chì merita, più chì mai, una vista rinuvata di u so avvene da tutti l’attori di a nostra ecunumia. In sta cattiva perioda, i settori di l’ambiente, di u sviluppu rurale, e di e surghjenti naturali sò d’una impurtenza maiò per u fiatu di a Corsica. Ghjè incù a cuscenza di u duvere di salvezza chì Corsica Libera stà pronta à una mubilisazione, chì serà a nostra manera d’ùn cappià una squadra di travagliadori, di quale a Corsica hà bisognu. Allora, tenimuci pronti : l’Acqua cittosa deve cuntinuà da corre cusì fiera è ardente…



PNC : La menace qui pèse sur la poursuite des activités des Eaux d’Orezza est une menace pour la Corse. U Partitu di a Nazione Corsa apporte son soutien total aux employés et cadres de l’entreprise ainsi qu’aux élus et à la population de la vallée. Tous, nous aspirons à pérenniser ce symbole économique et culturel de notre ruralité. Face aux enjeux d’une nouvelle DSP, le PNC appelle à soutenir la seule option qui vaille, celle d’un outil à développer au cœur de la Castagniccia. L’Acqua d’Orezza, una primura per l’Avvene di a Corsica  »



 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: