X

Les Présidents Simeoni et Talamoni demandent au Président du CD2A, Pierre-Jean Luciani, de revenir sur sa décision de ne plus participer aux groupes de travail sur la future Collectivité de Corse.

Il y a quelques jours des rumeurs couraient sur sa volonté de non participation, rumeurs qui avaient fait réagir Gilles Simeoni sur Corse Matin.

« Je suis actuellement en séminaire de travail avec 110 cadres de la CTC pour faire le point sur l’avancement des travaux. Et je peux vous dire que les fonctionnaires de la collectivité territoriale sont heureux à l’idée de travailler avec leurs collègues. Si l’information devait être avérée, je ne vous cache pas que cela s’apparenterait pour moi à un sabotage d’une institution que les Corses ont voulu au service de la Corse. »

Rumeurs, qui avaient aussi fait réagir le STC CD2A. (<– Lien ici)

Rumeurs qui se sont rapidement confirmées…

Voici le communiqué des Présidents Talamoni et Simeoni

Le Président du Conseil Départemental de Corse du Sud a, le jeudi 15 juin dernier, donné pour consigne ferme et irréversible aux fonctionnaires et agents de cette institution de ne plus participer aux groupes de travail mis en place d’un commun accord entre les trois collectivités appelées à fusionner, et de ne plus communiquer aucun renseignement ni document en provenance du CD2A à ce titre.

Nous n’avons pas été informés officiellement de cette décision, mais nous en avons eu évidement aussitôt connaissance par ce nombreux destinataires de la consigne, particulièrement inquiets de celle-ci. Nous avons cependant choisi dans un premier temps de ne pas nous exprimer, ne voulant pas donner l’impression d’utiliser cette situation dans le contexte pré-électoral.

Les élections législatives étant désormais derrière nous, nous tenons à faire part de notre inquiétude et de notre incompréhension profondes face à cette attitude. Cette décision, si elle était confirmée, serait en effet particulièrement pénalisante pour les fonctionnaires et agents du CD2A, qui travaillent en parfaite harmonie avec leurs collègues du CD2B et de la CTC à la mise en place de la nouvelle Collectivité de Corse à compter du 1er janvier 2018.

Elle aurait également des conséquences extrêmement préjudiciables pour l’ensemble des citoyens de cette île et pour la Corse, en affaiblissant le processus de construction d’une institution qui sera, dès janvier prochain, au service de tous les corses.

Nous appelons donc le Président du Conseil Départemental de Corse du Sud à revenir sur sa décision et à autoriser les personnels placés sous son autorité à poursuivre dans la sérénité le travail collectif entrepris.

Gilles Simeoni
Presidente di u Cunsigliu Esecutivu di Corsica

Jean-Guy Talamoni
Presidente di l’Assemblea di Corsica

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)