X

Au lendemain de l’Election Présidentielle, l’Etat Colonial par l’intermédiaire de son administration répressive, opérait une réponse au peuple corse en interpellant massivement sa jeunesse.

Au lendemain de la victoire du mouvement national à la Législative de juin 2017, hier donc, c’est la gendarmerie qui rappelle la réalité française en Corse.

Voici le communiqué de Sulidarità :

Ce matin notre ami Emmanuel Peru, sous contrôle judiciaire depuis septembre 2016 dans l’attente de son procès, a été prié par un appel téléphonique sur son lieu de travail, de se rendre en urgence à la gendarmerie de Propriano pour « non respect de ses obligations »de pointage, le jour même où Manu va habituellement pointer, avec à la clé menace de réincarcération immédiate.

A son arrivée tout était déjà prévu pour son incarcération à la prison d’´Aiacciu , escorte ,menottes ………..

Après intervention de son avocate, et débats quelques peu animés, la vaillante administration française s’est aperçue qu’elle avait égaré le registre de pointage comportant les signatures d’Emmanuel Peru et grâce à son conseil maître Maricourt tout est réapparu subitement. Notre ami pointe une fois par semaine depuis plusieurs mois et aucun policier ne se souvenait de l’avoir vu…

Nous voilà rassurés quant aux performance de la police française dans le domaine physionomiste. Pendant ce temps un jihadiste fiché S peut obtenir un permis de port d’armes et tuer en toute légalité, peut-être avaient ils égaré son registre de pointage………

Semu salvi ! Il est plus que temps que cette persécution envers nos patriotes cesse !!!

BASTA À A RIPRESSIONE !!!!!

Associu Sulidarità
20 juin 2017


Peru Emmanuel, dont le numéro d’écrou était 32950, est âgé de 36 ans, il avait été interpellé le 23 novembre 2013, il était en préventive depuis environ trois ans à la Maison d’arrêt de Villepinte dans le 93. Né le 23 janvier 1981, il a deux 2 enfants, avant son incarcération il était employé. Libération acceptée puis refusée en août 2016, pour être finalement acceptée le 16 septembre 2016, libéré sous contrôle judiciaire dans l’attente d’un procès.

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)