[Billet d’Humeur] L’indispensable révolution des institutions de la #Corse va-elle passer à la trappe ?

Retour vers le futur ? il y a 5 ans…

« La Corse semble devenu une sorte d’espace touristique pour promenades électorales.

Pas un mot sur la situation hormis les propos convenus. Tout juste si le favori des sondages concède du bout des lèvres la ratification d’un petit tiers de la charte des langues régionales.

N’étant plus un des obstacles à franchir pour un candidat,la Corse n’est plus qu’un sujet de conversation pour anthropologues amateurs.
Alors que tous les plans mirobolants on échoué depuis 1962, on continue à parler de « développement économique »,comme l’on parlait autrefois de bidépartementalisation, de continuité territoriale ou de statut particulier !

On voit bien que les faits sont têtus et qu’il existe au moins deux raisons de penser qu’un changement institutionnel intelligent permettrait à la Corse d’entamer un processus de modernisation et de rattrapage :

  • l’empilement des structures politiques condamne le système à une impuissance chronique,conséquence de la superposition des compétences. L’inanité de cette organisation est aggravée par le déséquilibre entre zones rurales(moins de 3 habitants au km2) et zones urbaines. Sous prétexte de sauvegarder la démocratie de proximité, on maintient une masse de mandats électifs qui représente 2 fois la moyenne française.

Cette architecture « chiasmatique » est une construction pyramidale qui fait de la majorité des 360 maires de Corse les « clients » des conseillers généraux et qui transforme les 2 conseils généraux en féodalités. Rien ne doit bouger afin que rien ne change,encore moins l’économie où la commande publique doit rester majoritaire.

  • la Corse possède assez d’atouts pour entrer sereinement dans l’ère dite postmoderne. Dans le même temps,l’évolution du marché de l’immobilier en fait un objectif de choix pour les spéculateurs . Toute spéculation induit la proximité de professionnels et d’affairistes douteux;c’est encore plus le cas dans les pays en retard de développement comme la Corse.

C’est pourquoi il faut nous prémunir contre les pressions exercées sur les différents décideurs et désamorcer une construction sociale de type mafieux telle que nous la voyons poindre en Corse. L’ Assemblée de Corse,forte d’un véritable pouvoir législatif,déciderait seule des différents choix d’aménagement et des orientations structurelles et sociétales à venir.

Jamais réforme n’aura été aussi nécessaire, jamais la Corse n’en aura été aussi loin ! Comme si Paris était sur une autre planète !.

Mais qui sont donc les séparatistes ? »

Par Jacques Faggianelli
26 mars 2012

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: