L’armée française de la Base Aérienne « Travu Ventisari » dégrade la zone humide naturelle #Corse

(Unità Naziunale – Publié le 2 juillet 2021 publié à 13h01) Encore une fois les militaires de la Base 126 se font remarquer sur la commune de Ventisari. Et c’est sur le compte officiel de la commune que l’on peut trouver l’information publiée le 2 juillet 2021 :

« Dégradation de la zone humide par l’Etat de la zone naturelle d’intérêt faunistique et floristique. Et le silence du conservatoire du littoral gestionnaire du site… »

Visiblement les arbres ont été coupé à la tronçonneuse sans que cela n’offusque personne dans l’administration française : 

 

Ce n’est pas la première fois que les militaires se permettent de faire tout et n’importe quoi, comme de privatiser la plage et y mettre une paillote pour les militaires, sans parler d’un projet d’expansion pour construire des logements militaires, ou des nuisances sonores à répétition, de la main mise de l’armée sur les 1185 hectares de territoire communal interdisant l’accès au littoral, sans parler que la BA 126 servait (sert) de logistique à la DNAT (PNAT). Sans oublier des départ de feu inexpliqués suite aux exercices de tir… Bref…  Petit récap :

« avis d’expulsion des indus »

Dans le Corsica Sera du 29 avril 2013  nous apprenions que l’Armée Française réclamait des appartements aux Logirem pour y loger des néo arrivants, « militaire » de surcroît .. L’Armée, par l’intermédiaire de son gradé de la Base 126,  le Colonel Bometon, « prévenait et avertissait » les indus qu’ils devaient libérer les lieux fissa.

Ces « indus » occuperaient ces logements depuis des décennies à Ajaccio. Des « indus » témoignant anonymement par peur, et qui ont payé pendant des années leur loyer et les taxes qui vont avec, contrairement à l’Armée française qui en corse ne paye rien et occupe illégalement notre terre… depuis des années.

A quand un avis d’expulsion de l’Assemblée de Corse ?

En 2007 lors d’un billet « énervé« , je m’étonnais que la presse parle de « notre armée » dans les articles, comme si, les habitants des alentours de la Base aérienne, pouvaient penser que ces militaires étaient les nôtres .. Rappelant tous les maux de la présence de cette base aérienne sur notre terre, armée qui n’a pas toujours respectée son environnement naturel.

Il y a quelques années en 2009 puis en 2011, les indus qui habitent aux alentours (Conca à Moriani) se plaignaient du bruit permanent des avions de chasse…

Corsica Libera et  Roger Simoni, dénonçaient en leur temps, pas si lointain, la Base Aérienne de Travu-Ventisari, avec son non respect de la loi littoral et son golf alimenté via des forages qui mettra à sec l’eau de source utilisée.

En 78 la présence de cette base posait problème, en quoi la situation s’est elle améliorée pour qu’on doivent accepter la présence massive de forces répressives et militaires sur notre terre ?

I Scrianzati
Simonpoli Anthony – AnToFpcL™




Les réactions 

(Unità Naziunale – Publié le 5 juillet 2021) CoreInFronte s’élève contre la destruction d’une zone humide d’intérêt pour la faune et la flore, en bordure de la piste de la base militaire de #Sulinzara. Ce saccage est lié au fait que les cîmes des arbres pouvaient constituer un danger pour les avions. Au lieu d’étêter, de tailler, on a préféré raser un environnement écologiquement sensible. C’est une situation inacceptable avec la complaisance et le silence des services de l’Etat, de la DDTM et même du Conservatoire du Littoral.La Secrétaire d’Etat en charge de la biodiversité, Barbara Pompili, en visite en Corse récemment, a été mise au courant de cette situation sans, pour autant, que cela n’entraîne une réaction de sa part. Core In Fronte rappelle que, depuis des décennies, cette base aérienne de l’#OTAN, fait office de porte avion en Méditerranée pour un impérialisme conquérant. La base dégage des bénéfices énormes pour l’utilisation de ses infrastructures, avec des nuisances sonores ininterrompues pour les habitants de Ventiseri et d’une grande partie de la plaine orientale. Par son emprise foncière, elle entrave également le développement agricole et empêche la construction de logements par la commune de Ventiseri. Elle a agi, aussi, ces dernières années, de façon autoritaire, sans concertations, pour avoir un nouveau plan de circulation de ses abords ou pour déplacer son dépôt de munitions. Après le saccage de cette zone humide, la Corse est en droit de demander des comptes à l’armée française, qui occupe illégitimement notre sol depuis une conquête militaire, sur l’impact écologique de la base sur les écosystèmes limitrophes. SIMU DI STU PAESE CI VULEMU CAMPÀ!

(Unità Naziunale – Publié le 6 juillet 2021) La municipalité de Ventiseri a protesté officiellement et publiquement contre les coupes importantes auxquelles a procédé l’Armée sur une zone humide à l’intérieur du périmètre de la BA de Ventiseri- Sulinzara. Femu a Corsica apporte son soutien à la Municipalité de Ventiseri et s’insurge contre cette façon de procéder, aussi bien sur la forme que sur le fond. L’argument selon lequel les coupes ont été aussi faites de manière raisonnée est inopérant, comme le démontrent les photographies des lieux, Il est indéniable qu’il y a une opposition frontale entre la règlementation de sécurité aéronautique et la préservation environnementale de la zone humide. Cette opposition ne peut perdurer. Femu a Corsica demande que cessent ces méthodes unilatérales et qu’elles laissent la lande à une concertation associant la commune, le conservatoire du littoral et la Collectivité de Corse, notamment au travers de son office de l’environnement, afin de garantir le plus haut niveau de préservation de ces lieux et ressources. Femu a Corsica demande à la collectivité de Corse de se saisir du dossier et rappelle que le périmètre de la BA de Travu-Ventiseri est partie intégrante du territoire de la Corse.

(Unità Naziunale – Publié le 7 juillet 2021) Le glorieux combat de l’armée française ! Ministère des Armées. Au terme d’une lutte acharnée, l’armée de l’air de la base de Sulinzara vient de remporter une écrasante victoire contre l’environnement naturel de notre pays. Avec le soutien, plus ou moins avoué, du Conservatoire du Littoral et le mutisme des différentes autorités de tutelle, l’armée de l’air a arasé une zone protégée sur la commune de Ventiseri. Quels que soient les prétextes (zone de sécurité aéronautique) ou les visées plus personnelles du commandement (création d’un golf), cette agression pose une question de fond quant à la présence militaire française sur notre sol. Tout le monde garde en mémoire les terribles incendies dûs aux manœuvres militaires (Agriates 2017 et Corse du Sud), sans parler d’autres exactions commises par l’armée sur ces dernières décennies. Aujourd’hui, c’est encore notre terre qui est, à nouveau, agressée par une base française de l’OTAN. Pour Corsica Libera, mais aussi pour de nombreux corses, le constat est clair : notre pays ne peut plus servir de zone de rentabilité guerrière à la puissance occupante. La base de Sulinzara est en effet monnayée par la France auprès de ses partenaires de l’OTAN et elle remplit le tiroir caisse du Ministère de la Défense en même temps qu’elle épuise la tranquillité des habitants. La base de Sulinzara, la BAN d’Asprettu (Aiacciu), Les terrains de la légion (Calvi) et l’ensemble des emprises militaires, doivent revenir à la Corse aux fins d’un développement productif et harmonieux au service de notre peuple. ARMATA FRANCESA FORA A TERRA CORSA A I CORSI ! Corsica Libera

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: