Breaking News

#Corse « Non à la privatisation de la mer.. » par Pierrot Poggioli

Dans l’extrême-Sud, des associations de résidents-riverains voulaient « privatiser la mer ».

Après les protestations des nationalistes du Riacquistu de Porti-Vecchju, l’Etat refuse les autorisations demandées par ces  associations.

La privatisation de la mer dénoncée par u Riacquistu di Porti-Vechju n’aura pas lieu. L’Etat refuse aux associations de riverains les autorisations d’occupation temporaires, AOT, pour gérer des mouillages organisés « à leur profit ».

Après le désengagement de la municipalité, « des associations de propriétaires de résidences secondaires ont jugé le moment venu de profiter de la situation.  Elles se sont donc constituées pour « organiser et gérer le stationnement de 150 bateaux».

Ces associations  ont  argumenté que la municipalité (UMP) de Porto-Vecchju, n’utilisant pas son droit de préemption,  avait failli dans sa mission de gestion des nombreux mouillages sauvages qui se multipliaient.

Cette situation avait provoqué la montée au créneau des nationalistes du Riacquistu qui a pointé les responsabilités : « La municipalité a encouragé puis donné un avis favorable à cette privatisation et n’a pas utilisé son droit de préemption. Elle offre à la spéculation plus de 150 anneaux pour 15 ans ».

Suite à cette montée au créneau du Riacquistu, le  23  juin, la Direction Départementale du Territoire et de la Mer a signifié par lettre à toutes les associations de riverains qu’elle refusait les AOT pour les cinq mouillages organisés, de Santa-Giulia à Palombaggia.

La 1ère adjointe en charge des affaires maritimes, avait assuré que «rien n’était figé» car les futurs gestionnaires seraient soumis à une délégation de service public avec appel d’offre et enquête publique. Mais à la DDTM (selon Christophe Merit, directeur adjoint), n’a reçu aucune « demande de DSP pour les mouillages entre Santa Ghjulia et Palombagghja, le seul examiné concernant la baie du Stagnolu. D’où le refus de la DDTM au principal motif de l’absence d’utilité publique de ces mouillages privés qui privilégient « les membres des associations, donc des intérêts particuliers  au détriment de l’intérêt général de l’ensemble des usagers et habitants de la région». Dans ce courrier, la  DDTM conteste aussi le nombre de mouillages, la superficie des emplacements « dont l’usage doit être plus partagé ».

Dans cette région de l’extrême sud où les appétits financiers sont énormes et où certains estiment que tout peut s’acheter, la nécessité d’une réelle solidarité entre les nationalistes et les associations de défense du littoral s’impose plus que jamais pour faire pièce à tous ceux qui ne rêvent que de spéculation immobilière, de privatisation de notre patrimoine et de nos espaces publics au profit des intérêts particuliers de quelques nantis qui n’ont que faire des intérêts collectifs des habitants de la région et des usagers…

Pierre Poggioli

(…) suite ci dessous

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: