Michel Stefani: « Le front de gauche s’oppose à une citoyenneté #corse »

Avant la nouvelle session de l’assemblée de Corse des 25 et 26 avril, le conseiller territorial communiste Michel Stefani estime que « la réforme institutionnelle n’est pas la réponse aux maux de la Corse »

Après le scandale Cahuzac, l’actualité renvoie une image désastreuse des hommes politiques. Quel est votre état d’esprit ?

C’est extrêmement grave parce que les 45 000 élus que compte notre pays assument de manière désintéressée l’action publique. Seuls quelques-uns ont des pratiques condamnables. Le « tous pourris » est donc un piège et l’affaire Cahuzac, plus qu’une dérive hautement condamnable d’un ministre, est le révélateur des logiques pesantes de la finance.

Vous ne pouvez pas nier que François Hollande en paye le prix fort ?

Vous avez un ministre du Budget qui préconise l’austérité alors qu’il fait partie des évadés fiscaux. Ce mélange des genres renforce le sentiment que l’élite dirigeante se passe le pouvoir d’un bord à l’autre sans changer de politique ni de pratiques.

Allez-vous déclarer votre patrimoine personnel ?

C’est déjà fait en tant que président de Sem, mais il faut aller plus loin et interdire le cumul de fonction élective, séparer action publique et économique, s’attaquer aux paradis fiscaux, lever le secret bancaire.

Le contexte politique actuel semble peu propice à une réforme institutionnelle pour la Corse. Votre avis ?

Vouloir interroger le peuple sur des questions qu’il ne se pose pas présente ce risque. Le système démocratique dans notre pays est sclérosé par le présidentialisme. La constitution en est la colonne vertébrale, le bipartisme et l’alternance le fruit. Avec un maître mot, l’austérité, au nom de laquelle l’avenir des collectivités locales et le pacte social républicain sont en cause. La Corse n’est pas la seule à en souffrir.

L’originalité reconnue à la Corse par ses statuts disparaît de votre analyse.

Non, nous inscrivons l’avenir de la Corse dans celui de la France, d’une République solidaire et éthique, unie et ouverte à la spécificité. En ce sens, nous allons organiser le dimanche 5 mai une marche citoyenne pour une alternative à l’austérité et un processus constituant d’une 6e République.

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI), sur Corse Matinsur Alta Frequenza, sur RCFM

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale] Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: