« Décès en prison de Geshe Tenzin Pelsang, prisonnier politique tibétain » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 26 novembre 2022 Un prisonnier politique tibétain qui a purgé six longues années de prison pour des crimes politiques fabriqués est décédé au début du mois des suites de blessures prolongées subies lors de sa garde à vue par la police chinoise, a indiqué une source fiable.

Le bureau de la sécurité publique de la préfecture autonome tibétaine du Sichuan et de Karze (Ch: Ganzi) a arrêté Geshe Tenzin Pelsang, également connu sous le nom de Tenga, le 2 avril 2012 lors d’une réunion à Drakgo (Luhuo) sans fournir aucune explication pour cette arrestation. Au cours des 10 mois suivants, ses allées et venues et son état de santé sont restés inconnus.

Sur de fausses accusations de crimes politiques, les autorités chinoises de Chengdu ont condamné quatre moines tibétains, dont Guéshé Tenga, deux moines enseignants tibétains et un rinpoché du monastère de Drakgo à six ans de prison. Un autre moine a été condamné à cinq ans de prison et 36 Tibétains, laïcs et moines, ont été condamnés à des peines de prison allant de un à deux ans pour des crimes politiques présumés, selon la source.

Tenga était à l’époque le trésorier principal du monastère de Drakgo et n’avait aucun problème de santé. Au cours de son emprisonnement, « il a été soumis à des tortures et des passages à tabac graves et répétés par la police chinoise à la suite desquels il est tombé gravement malade après trois ans d’emprisonnement », a indiqué la source. Il n’a pas pu recevoir de soins médicaux en temps opportun dans les années suivantes, et le manque de produits de première nécessité tels que la nourriture et les vêtements a détérioré sa mauvaise santé, ce qui a conduit à une série de circonstances malheureuses.

En avril 2018, il a été libéré de prison après avoir purgé sa peine. « Ces conditions étaient si graves qu’il avait besoin de l’aide des membres de sa famille même pour faire ses affaires ou se promener dans la maison », a déclaré la source. De plus, il lui était interdit de visiter son monastère et de rencontrer des personnalités importantes. Sa maison a été envahie chaque jour par les autorités lui ordonnant ce qu’il devait et ne devait pas faire, lui causant des problèmes physiques et mentaux.

Pendant ce temps, ses confrères moines et les membres de sa famille étaient gravement préoccupés par sa santé. En conséquence, les médecins du monastère de Drakgo l’ont soigné autant que possible. Pendant un certain temps, il s’est remis dans une certaine mesure de ses blessures. La maladie est réapparue depuis le début de cette année, mais il n’a pas pu recevoir le traitement standard en raison de pressions politiques. Ainsi, il est décédé au début de ce mois des suites de blessures et de blessures qu’il avait subies en prison.

Répression sanglante contre les manifestants pacifiques

Les résidents tibétains du comté de Drakgo, y compris des moines et des laïcs, ont organisé une manifestation contre les politiques discriminatoires et répressives du gouvernement chinois en janvier 2012. Les résidents ont protesté contre le fait de vivre sous de telles politiques et ont plutôt exigé la liberté et les droits religieux. Les autorités chinoises ont brusquement interrompu la marche de protestation en tirant des coups de feu au hasard dans la foule, provoquant la mort de plusieurs Tibétains et de nombreux blessés. Yonten était parmi plusieurs Tibétains tués et au moins 40 autres gravement blessés lors des représailles.

Geshe Tenga a présenté ses condoléances et ses conseils aux familles des personnes décédées et blessées à la suite de l’incident. De plus, il a fourni des conseils judicieux et une assistance thérapeutique aux victimes. En signe de solidarité, les Tibétains des comtés voisins, dont Tawu (Ch: Daofu) ont apporté leur aide et leurs condoléances aux blessés de Drakgo.

Vrai patriote tibétain

De nombreux Tibétains de Drakgo se sont réunis au monastère à la suite de l’événement au cours duquel Guéshé Tenga s’est adressé à eux. Voici un extrait de son discours :

« Toutes les régions du Tibet ont été témoins de manifestations pacifiques depuis 1959, lorsque les Chinois ont envahi le Tibet. Les Tibétains de Drakgo ont protesté sans interruption depuis 2007 en raison des politiques oppressives de la Chine et de la violation des droits et libertés des Tibétains. Cela nous a rendus incapables de contrôler nos émotions et nos souffrances plus longtemps. Les demandes désespérées et authentiques des Tibétains pour la liberté d’expression et les droits religieux ont été accueillies par des représailles brutales de la part des autorités chinoises. Un tel comportement dépasse l’entendement. Cela ne sert à rien de dire ou d’informer les dirigeants chinois de quoi que ce soit. Pour maintenir leur position et leur pouvoir, les autorités chinoises ont brutalement réprimé le peuple tibétain au nom de « protéger la patrie » et « assurer le bien-être du peuple ». Nous ne pouvons pas accepter de telles personnes comme dirigeants ou leur donner notre consentement.

« Même s’il faut se sacrifier pour que le peuple tibétain puisse réaliser ses droits et sa liberté, il est essentiel d’exhorter le peuple chinois à combattre les politiques chinoises radicales, à dénoncer et à renverser le gouvernement détenu par les dirigeants chinois du diamant. Il est essentiel que les citoyens chinois soient pleinement conscients de l’importance de pouvoir jouir de la liberté et de l’égalité. Le peuple chinois doit être informé que les hauts dirigeants chinois n’auront aucune chance si toute la nation s’oppose à eux.

« Voici quatre points importants sur lesquels nous devons nous exprimer : premièrement, nous devons tous mobiliser notre force collective pour sauvegarder les droits et le bien-être des Tibétains. Dans un deuxième temps, nous devons continuer à défendre la liberté d’expression et de religion au Tibet afin que Sa Sainteté le Dalaï Lama puisse rentrer chez lui. Cela répondra aux souhaits et aux demandes de milliers de Tibétains. Troisièmement, nous devons nous efforcer de préserver la religion et la culture tibétaines, ainsi que la compassion et la paix, afin de favoriser la paix et la prospérité globales pour tous les êtres sensibles. Enfin et surtout, nous devons continuer à nous efforcer d’avancer sur la voie de la vérité et de la non-violence pour mobiliser et gagner le soutien des personnes et des intellectuels du monde entier pour la cause du Tibet. »

« Non seulement les arguments susmentionnés sont conformes aux lois et ordres internationaux, mais ils sont également conformes aux lois et constitutions chinoises. Par conséquent, notre lutte pour les droits et la liberté en est une de courage et de fierté plutôt que d’illégalité et de déraison. Par conséquent, nous ne devons jamais abandonner et devons toujours aller de l’avant pour atteindre nos objectifs », a-t-il déclaré.

C’est pour cette raison que les autorités chinoises l’ont arrêté et condamné à la prison.

Geshe Tenzin Pelsang est né en 1965 dans le village de Norpa, comté de Drakgo, préfecture de Karze. Enfant, il a étudié le bouddhisme tibétain dans le monastère local.

Il a étudié le bouddhisme au monastère de Drepung Loseling dans le sud de l’Inde en 1986. Après avoir obtenu un diplôme de guéshé (un doctorat en bouddhisme tibétain), il est retourné au Tibet.

Classé par l’ONU, l’UE et le Bureau des droits de l’homme, Section de défense du Tibet, DIIR

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: