Breaking News

« U CHU hè una lotta para à quella per a riapertura di l’Università » – #Corse

(Unità Naziunale – gestion institutionnelle – publié le 25 mars 2021) Voici le discours du Président de l’Assemblée de Corse lors de la session du 25 mars 2021 :

Le CHU est un combat identique à celui mené pour la réouverture de l’Université
Chers collègues,

Un an après le confinement, je me retrouve cas contact, comme d’autres élus de cette Assemblée.

L’épidémie n’est pas encore derrière nous. Nous avons de nombreux cas dans les écoles. Je veux penser ici aux malades et à leurs familles, ainsi qu’à ceux qui prennent toujours des risques dans le cadre de leurs missions. Je veux inviter aussi les Corses à faire attention, à respecter autant que possible les gestes barrières, sans s’éloigner des leurs.

Même si nous sommes cas contacts, nous continuons à travailler.

Le ministre français de la santé également. Olivier Véran a annoncé avec le ministre des outre-mer la création d’un CHU, Centre Hospitalier Universitaire, en Guyane. Nous nous en réjouissons.

Olivier Véran a annoncé également un financement de 420 millions d’euros pour le CHRU de Nancy, le maintien de 300 postes, l’annulation de 128 millions de dettes et l’ouverture de nouveaux lits. Nous nous en réjouissons aussi.

De mon côté, je me félicite de ces annonces. En Lorraine comme en Guyane, les gens ont le droit à la santé. C’est un droit de l’Homme, c’est un devoir des institutions de donner tous les moyens de soigner les siens. L’éducation, la santé, la sécurité, nous y sommes bien évidemment favorables.

A l’Assemblée de Corse, nous regardons ce que font les autres, mais nous pensons par-dessus tout à faire pour la Corse. Il n’est pas besoin de le dire. Notre Assemblée a demandé la création d’un CHU en Corse le 31 juillet dernier. Nous l’avons aussi demandé dans notre contribution au Ségur de la santé.

Nous l’avions déjà dit lors de la venue de l’Inspection Générale de la Santé en 2018. Le conseiller et médecin Fanfan Benedetti a lancé une pétition et créé un collectif en faveur de ce projet de structuration et de transformation de la Corse. La commission de la santé présidée par le Docteur Dany Antonini travaille aussi sur ce projet.

La Santé est une compétence d’Etat.

Dans le même temps, malgré le silence du gouvernement et de l’Etat, le préfet a pris des initiatives pour relancer notre économie. Le préfet, chef de parti, a pris des décisions qui engagent la Corse sans partager les choix des opérations structurantes avec les élus de la Corse. Il le fait sans consulter les Corses. Il ne fait même pas semblant. Il ne fait rien de caché.

Son tourisme, d’Aiacciu à Bunifaziu, nous coûte cher. Quand vous avez sur la table le choix entre un CHU et un téléphérique, que choisiriez-vous pour entrer dans la modernité ? De mon côté, je ferais le choix d’un CHU. Il y a bien pire que la procrastination. Il y a l’erreur. Et pire que l’erreur, il y a la tromperie. Ce préfet là nous trompe.

En mars 1981, personne ne pouvait croire en l’ouverture d’une Université de Corse six mois plus tard. Et pourtant, nous l’avons fait, il y a 40 ans. Qui pourrait remettre en cause le besoin fondateur de recherche et de développement pour la Corse ? Le CHU est un combat identique à celui mené pour la réouverture de l’Université. Il s’agit d’adaptations de nos structures à nos besoins. Il s’agit du respect de nos délibéra

ions. Il s’agit de justice, de démocratie et de santé. Mais il s’agit également de développement ou de choix de sous-développement.
Dans la France entière il n’existe pas de Collectivités sans CHU. Dans la France entière, il n’existe aucune collectivité où les investissements de l’Etat dans la Recherche et développement sont aussi faibles qu’ici. Et quand je regarde ailleurs, quand je regarde les Antilles, quand je regarde la Sardaigne, quand je regarde les Baléares, à chaque fois je vois un CHU.

Il y a 40 ans, les Iles Baléares étaient l’anti-modèle de la Corse. Le préfet doit savoir qu’il peut faire le tour de la Corse autant qu’il le voudra, nous ne le laisserons pas faire de notre pays un anti-modèle pour nos amis insulaires de la Méditerranée et d’ailleurs.

Nous serons toujours là.

Président de l’Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni


U CHU hè una lotta para à quella per a riapertura di l’Università

Care culleghe, cari culleghi,

Un annu dopu à u cunfinamentu, mi ritrovu « casu cuntattu », cum’è d’altri eletti di st’Assemblea.

L’epidemia ùn hè ancu daretu à noi. Avemu assai casi in e scole. Vogliu pensà quì à i malati, à e so famiglie, è à quelli chì piglianu sempre risichi in u quadru di e so missione. Vogliu invità dinù i Corsi à fà casu, à rispettà quant’ellu si pò, e distanze, senza alluntanà si da i soi.

Puru casi cuntatti, cuntinuemu à travaglià.

U ministru francese di a salute dinù. Olivier Veran hà annunziatu cù u ministru di l’oltri mare a creazione d’un CHU, un Centru Uspidalieru Universitariu, in Guiana. Ci ne rallegremu.

Olivier Veran hà annunziatu dinù un finnzamentu di 420 milioni per u CHRU di Nancy, u mantenimentu di 300 posti, l’annulazione d’un debbitu di 128 millioni è l’apertura di letti novi. Ci ne rallegremu dinù.

Per contu meiu, mi feliciteghju di st’annunzii. In Lurena cum’è in Guiana, a ghjente hà u dirittu à a salute. Hè un dirittu di l’omu, hè un duvere di l’istituzione di dà tutti i mezi per curà i soi. Educazione, salute, securità, sicura chè no simu à favore.

À l’Assemblea di Corsica guardemu ciò ch’elli facenu l’altri, ma pensemu sopratuttu à fà per a Corsica. Mancu à dilla. A nostra Assemblea avia dumandatu a creazione d’un CHU in Corsica u 31 di lugliu scorsu. L’aviamu ancu dumandata in a nostra cuntribuzione à u Ségur di a salute.

L’aviamu detta digià quandu ella hè ghjunta in Corsica l’Ispezzione Generale di a Salute in u 2018. U cunsigliere è duttore Fanfan Benedetti hà purtatu una petizione è cunducce un cullettivu à prò di stu prugettu di strutturazione è di trasfurmazione di a Corsica. A cummissione di a salute presidata da u duttore Dany Antonini travaglia dinù nant’à stu prugettu.

A salute hè una cumpetenza di Statu.

In u frattempu, malgratu u silenziu di u ministru è di u Statu, s’hè mossu u prefettu per rilancià a nostra ecunumia. U prefettu capipartitu hà pigliatu decisione chì ingaggianu a Corsica senza sparte a scelta di l’uperazione di strutturazione cù l’eletti di a Corsica. A face senza cunsultà i Corsi. Ùn face mancu nice. Ùn face nunda à l’appiattu.

U so turisimu, d’Aiacciu à Bunifaziu ci costa caru. Quandu avete nant’à un tavulinu un CHU è un telefericu, cosa sceglieriate voi per entre in a mudernità ? Per contu meiu, ferebbi a scelta di u CHU. Ci hè assai peghju chè a prucrastinazione. Ci hè u sbagliu è peghju chè u sbagliu, ci hè l’ingannu. Quessu u prefettu, ci vole ingannà.

40 anni fà, di marzu 1981, nimu pudia crede in l’apertura d’un Università di Corsica sei mesi dopu. Eppuru l’avemu fatta, sò 40 anni. Quale hè chì puderebbe rimette in causa u bisognu fundivu di ricerca è di sviluppu per a Corsica ? U CHU hè una lotta para à quella per a riapertura di l’Università. Si tratta d’adattazione di e nostre strutture à i nostri bisogni. Si tratta di rispettu di e nostre deliberazione. Si tratta di ghjustizia, di demucrazia è di salute. Ma si tratta ancu di sviluppu o di scelta di u sottu sviluppu.

In a Francia sana, ùn c’hè cullettività senza CHU. In a Francia sana, ùn ci hè cullettività duve l’invistimenti di u Statu in ricirca sò cusì debbuli chè ind’è noi. È quandu guardu altrò, quandu guardu l’Antille, quandu guardu a Sardegna, quandu guardu e Baleare, ogni volta vecu un CHU.

40 anni fà, l’isule Baleare eranu l’anti-mudellu di a Corsica. Ch’ellu sappia u prefettu ch’ellu pò girà a Corsica quant’ellu vole, ùn lu lasceremu micca fà di u nostru paese un anti-mudellu per i nostri amichi isulani di u Mediterraniu è d’altrò.

Seremu sempre quì.

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: