X

(Unità Naziunale – 25 septembre 2017 – 18h30) Réaction de la communauté éducative après l’interpellation d’un lycéen à Corte.

La Communauté éducative s’est réunie en assemblée générale pour dénoncer et condamner « fermement l’intervention disproportionnée et l’attitude provocatrice de certains gardes mobiles lors de la manifestation lycéenne du jeudi 21 septembre ». « interpellation violente d’un élève de 15 ans ayant conduit à l’usage de lacrymogènes à l’encontre d’un personnel d’éducation, identifié comme tel ».

(Corse Matin)



(Unità Naziunale – 22 septembre 2017 – 19h30) Bâche en soutien à Franck Paoli et contre la répression ce soir au stade du GFCA ! Et mobilisation cet après midi devant la Préfecture de Bastia



(Unità Naziunale – 21 septembre 2017 – 15h30) Une manifestation avait lieu ce jeudi à Corte, en soutien à Franck Paoli, militant nationaliste arrêté la semaine dernière et transféré à Paris dans des conditions qui ont suscitéla polémique.

Au cours de cette manifestation, un lycéen a été interpellé et conduit à la gendarmerie de Corte. Les manifestants sont actuellement regroupés devant la gendarmerie de Corte afin de réclamer la libération de ce lycéen.


(Alta Frequenza) (France 3 Corse) (Corse Matin) (Corse Matin)


Réaction d’A Ghjuventù Indipendentista :

Blocage du lycée de Corti : un jeune élève de 2nde plaqué au sol, menotté, traîné sur plusieurs mètres et transporté à la gendarmerie

Rassemblement immédiat devant la gendarmerie de Corti.

Sustegnu à ellu, vergogna à a Francia è a i so gendarmi !

Ghjuventù Indipendentista



Réaction de Corsica Libera

Corsica Libera apporte son soutien à la jeunesse corse et à la communauté éducative de Corti dont un des membres a été agressé alors qu’il tentait d’apaiser la situation.

L’interpellation violente et volontairement humiliante d’un jeune lycéen par des forces dites de l’ordre, qui se déploient dans notre pays dans le seul but de semer le trouble, doit être dénoncée et condamnée par toutes celles et ceux qui pensent que la démocratie n’est pas une vaine parole.

De la Catalogne à la Corse, la logique répressive des États centraux à l’égard de nos peuples respectifs nous plonge dans des ténèbres que l’Europe pensait ne devoir plus connaître.

Notre solidarité envers toutes celles et tous ceux qui se dressent contre cette ignominie ne faiblira jamais.

Un’alba nova s’hà da pisà, quella di i populi liberi è di a demucrazia vera.


Réaction APC CORTI

Jeudi après midi, lors du soutien pacifique des lycées cortenais à Franck Paoli devant le lycée de Corte, des policiers en civil ont violement menotté et plaqué au sol un lycéen de 15 ans sous les yeux de ses camarades et de la population choquée et scandalisée par la méthode expéditive et sans ménagement des forces de l’ordre.

Cette façon « d’embarquer » l’adolescent jusqu’à la gendarmerie pour y être entendu 6 heures durant a suscité l’émoi des parents d’éleves qui font part de leur plus total indignation



(Unità Naziunale – 20 septembre 2017 – 15h30) Selon le site Corse Matin  : « une poignée de lycéens de Porto-Vecchio a de nouveau bloqué l’établissement Jean-Paul de Rocca Serra aujourd’hui pour soutenir le jeune Franck Paoli, incarcéré la semaine dernière.

« Nous bloquons l’accès à l’établissement pour mobiliser la population, nous ne pouvons pas laisser passer un tel acharnement sur notre peuple », explique Petru, un élève de terminale.



(Unità Naziunale – 19 septembre 2017 – 12h30) Hier lundi, plus de 300 jeunes ont manifesté à Aiacciu pour dénoncer la répression à l’encontre de 3 corses, dont Franck Paoli.

Sartène et Porto Vecchio

Les lycéens du Clémenceau à Sartène étaient mobilisés ce mardi matin devant les grilles de leurs établissements pour dénoncer « les conditions indignes du transfert de Franck Paoli à Paris ». Ils étaient une quarantaine devant le lycée Clémenceau, mais l’accès à l’établissement n’a pas été perturbé et les cours se sont déroulés normalement.

Au lycée agricole toujours à Sartène, les filles internes ont bloqué l’accès à l’établissement dès six heures du matin et les cours n’ont pas lieu aujourd’hui, pour les Bac pro.

Soutien de l’équipe pédagogique de la cité scolaire de Sartè

Aujourd’hui, les lycéens de Sartè se sont mobilisés pour dénoncer les conditions indignes du transfert à Paris de Franck Paoli. Heureux de la prise de conscience politique et collective de la jeunesse, l’équipe pédagogique de la cité scolaire de Sartè tient à s’associer à la démarche et procède ainsi à un débrayage ce jour de 11h à 12h.Les pratiques employées pour le transfèrement de Franck Paoli à Paris sont scandaleuses et inacceptables, elles constituent une atteinte grave à la dignité humaine.

« Dénoncer un acharnement de l’État sur le peuple Corse »

Les lycéens de Porto-Vecchio ont bloqué l’accès à l’établissement Jean-Paul de Rocca-Serra pour soutenir Franck Paoli, militant nationaliste qui a été interpellé la semaine dernière.

Une quinzaine de jeunes s’est retrouvée à 10h devant la gendarmerie de Porto-Vecchio, soutenue par des élèves de Bonifacio.


Soutien d’A Ghjuventù Indipendentista

A Ghjuventù Indipendentista se réjouit des différentes actions de blocages et des manifestations organisées depuis hier par les lycéens corses. À l’heure où l’État poursuit sa politique répressive, la détermination de la jeunesse corse reste intacte. Face à l’injustice, à la répression aveugle ou aux traitements inhumains comme celui infligé à Franck Paoli lors de son transfert, la réponse à apporter doit être forte, déterminée et digne. Nous félicitons donc les lycéens d’Aiacciu, de Bastia, Sartè et Portivechju pour leurs différentes mobilisations. A nostra cuscenza hè resistenza !

Ghjuventù Indipendentista


Revue de presse du mardi 19 septembre 2017

(Corse Matin) (Corse Matin)


(Unità Naziunale – 18 septembre 2017 – 15h00) Des lycéens ont manifesté ce matin devant plusieurs établissements ajacciens pour apporter leur soutien à Franck Paoli, transféré dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris, dans le dossier du tir d’une roquette contre une gendarmerie en 2013 dans la cité impériale.

Ce matin, les services du rectorat faisaient le compte des établissements bloqués par les jeunes manifestants. Ces derniers ont prévu une conférence de presse, ce matin, devant le tribunal d’Ajaccio pour faire entendre leurs voix dans ce dossier.

Mais aussi pour soutenir Antoine Pes et Luc Ruiu, incarcérés à Ajaccio depuis plus de 4 mois à la suite des événements du commissariat d’Ajaccio. Le commissariat d’Ajaccio avait été la cible de jets de cocktails Molotov et de pierres le 17 février par des jeunes nationalistes qui protestaient contre le réquisitoire prononcé à Reims à l’encontre de sept supporters corses poursuivis pour outrage et rébellion.


350 jeunes venus dire leur « un sentiment de révolte et d’écoeurement (…) face à une justice inhumaine et fainéante qui s’acharne contre la jeunesse Corse »

Voici le discours des jeunes devant le tribunal d’Aiacciu

« C’est un sentiment de révolte et d’écœurement que nous éprouvons face à une justice inhumaine et fainéante qui s’acharne contre la jeunesse corse.

Une justice qui maintient en prison Luc et Antoine depuis 4 mois.

Avec une Juge d’Instruction qui repousse les auditions, qui refuse les confrontations, qui bloque les courriers et les visites des proches.

Une justice qui conduit Frank Paoli à Paris dans des conditions inhumaines et illégales digne des pires dictatures.

Madame le Juge d’Instruction, Monsieur le Procureur de la République, vous outragez la jeunesse corse qui n’entend pas rester silencieuse.

Allora vulemu di, un pianteremu mai di lottà
Vulemu di, à su statu culuniale assassinu :
Basta à Ripressione, Ghjustizia è libertà per i nostri fratelli, evviva u populu Corsu, evviva a Corsica Nazione »




Revue de presse du lundi 18 septembre 2017

(France 3 Corse) (Corse Matin) (Corse Matin) (Alta Frequenza) (RCFM) (Corse Net Infos) (Alta Frequenza)

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)