X

Un article à lire sur le site http://lepeuplebreton.bzh, dont je vous livre un extrait:

Le dimanche 18 juin a vu la victoire historique de trois nationalistes corses membres de l’union Pè a Corsica (autonomistes et indépendantistes) : Jean-Félix Acquaviva, Michel Castellani et Paul-André Colombani. Si les nationalistes corses voguent de succès en succès après la victoire de Gilles Simeoni à la mairie de Bastia en 2014 suivie de la prise du Conseil territorial de Corse en 2015, il était souvent considéré que les élections législatives n’étaient pas « leur » élection. Et pourtant…

Si le Graal est bien l’accès au pouvoir dans l’île, des questions pouvaient se poser au sein de la population quant à l’utilité d’envoyer des députés nationalistes siéger à Paris. La réponse aura été très claire : les Corses ont envoyé les trois candidats nationalistes qualifiés pour le second tour user de leurs talents au Palais Bourbon pour faire entendre la voix de leur peuple.

Une autre possibilité historique, tâche toute aussi ardue que la première, aurait pu consister en la création d’un groupe parlementaire progressiste et écologiste articulé autour du girondinisme et de la défense des territoires (hypothèse défendue par l’Union démocratique bretonne durant la campagne des législatives). Malgré l’effort des trois députés nationalistes et de certains de leurs collègues, notamment de Bretagne, aux sensibilités autonomistes proches, cette tâche s’est avérée impossible à franchir cette fois-ci. *

A lire la suite ici

 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)