X

A l’échelle de l’Etat français :

Formellement E. Macron remporte les élections législatives. Son mouvement (La République en Marche – LRM) obtient 308 députés, et avec les 42 du Modem, il bénéficie d’une majorité absolue à l’assemblée nationale, avec 350 députés sur 577.

Pour autant, il faut relativiser cette “victoire” au vue du niveau d’abstention.

En effet, elle atteint dans ce second tour 57% en battant tous les records de la Ve République. Déjà au premier tour, elle s’éleevait à 51%, alors que les candidats favorables à Macron réalisaient 32% des suffrages exprimés. Ainsi, d’un point de vue arithmétique, les députés favorables à Macron ne représentent en fait que 16% des électeurs…

Cette donne nous fait visualiser que cette “victoire” de Macron n’est en fait que l’expression d’une grave crise du système politique français. Et de fait, la victoire de Macron a fait exploser les partis classiques acteurs de l’alternance politique habituelle en France.

D’un côté la bérézina de F. Fillon laisse Les Républicains dans une situation critique, même si leurs résultats ne sont pas aussi catastrophiques que ceux escomptés (113 députés)… Et d’un autre, le PS (avec 30 députés) sort totalement défait de cette séquence électorale. Ceci étant, Macron a déjà annoncé qu’il allait renforcer l’offensive libérale, en procédant dès cet été à une attaque en règle contre le code du travail en gouvernant par ordonnance.

Il va donc s’atteler à une restriction du droit du travail en passant par dessus le Parlement. On voit mal comment ce “programme” pourrait apporter le début d’une solution à la crise politique actuelle dans les cinq qui viennent…

A l’échelle Iparralde

Nous pouvons affirmer qu’avec 12 665 voix obtenues au premier tour des législatives, EH Bai est en train de s’ancrer dans le territoire. La progression d’EH Bai dans les circonscriptions qui concernent Iparralde est indéniable. Avec 10,4% des suffrages exprimés, nous sommes la troisième force politique, mais surtout, nous sommes la première force de gauche en Iparralde. Et ce, face à un Parti socialiste effectivement très impacté par la vague Macron. Concernant le Parti socialiste, seule Colette Capdevielle est arrivée à se maintenir au second tour.

La très forte abstention ne nous a pas empêchés de progresser en voix, en obtenant 1242 supplémentaires comparé aux voix obtenues en 2012. Un paradoxe que l’on peut expliquer la stabilité et la clarté que nous transmettons face à la décomposition des partis traditionnels embourbés dans de nombreuses contradictions.

Néanmoins, nous notons que la progression ne s’est pas faite de façon homogène sur tout le territoire. Dans la 6ème et la 4 ème circonscription, nous avons obtenus de très bons scores en passant respectivement de 9.78% à 12% des voix et de 13.70% à 16.77% des voix. En ce qui concerne la 5 ème circonscription le bilan des élections est plus mitigé, car depuis 2012 nous stagnons, passant de 5.28% à 5.66% des voix, ce qui correspond à une augmentation de 49 voix.

De plus, le second tour des élections législatives de 2017 est marqué par une forte abstention dans les trois circonscriptions d’Iparralde. 54,68 % des électeurs basques n’ont pas glissé de bulletin dans l’urne ce dimanche contre 46,15% au premier tour. En outre, les votes blanc ou nul ont également été significatifs. Dans la sixième circonscription par exemple, le taux de bulletins blancs et nuls atteint les 14%. Ces votes blancs et nuls fragilisent la légitimité des député.e.s élu.e.s d’autant plus que le taux d’abstention bat là aussi un record historique.

La crise du système politique, l’éclatement de la gauche française et notre renforcement permanant depuis 2014 nous ouvrent de grandes perspectives en Iparralde. Pour cela nous devrons nous poser les bonnes questions sur nos faiblesses et nos capacités ainsi que prendre la mesure de notre responsabilité en tant que première force de gauche.

SORTU
21 juin 2017

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)