Breaking News

#Corse « Le post nationalisme ? »

pré-positionnement d’un candidat aux législatives qui avance ce concept. L’occasion de relancer certains débats.

La question de la présence de nationalistes corses aux législatives françaises est un serpent de mer. Le postulat est le suivant. Que vient faire un nationaliste corse, de surcroit indépendantiste parfois, pour postuler ou siéger au Parlement de la nation dominatrice ? Intellectuellement c’est une grave contradiction.

Les nationalistes irlandais de Sin Fein l’avaient réglée, ils se faisaient élire (Bobby Sands lui même fut candidat), mais ne siégeaient  pas à Westminster, d’ailleurs les députés britanniques devaient prêter serment à la Reine. Hors de question pour un Républicain irlandais. Le martiniquais Aimé Césaire fut député. l’indépendantiste martiniquais Marie Jeanne aussi. Les nationalistes corses, toutes tendances confondues, ont souvent été candidats, depuis 1992 en particulier, en donnant un sens revendicatif à leur candidature. C’est une tribune, un message, parfois une conjoncture.

Suite à la victoire historique de décembre 2015, dans le cadre de la décomposition politique française, il est possible qu’une candidature patriotique finisse par connaitre un succès. Quel serait son sens ? Un message que l’Etat ne pourra occulter.

Un ancien cadre nationaliste ayant cessé son activité politique en 1992, Léo Battesti, candidate à la candidature pour  l’échéance de 2017 (des primaires nationalistes ?) .  Nous ne restons ici que sur le fond du débat, respectueux, et franc. Dans une longue interview  à Corse matin, il situe son nouvel engagement dans le cadre du « post nationalisme ». En annonçant que « les choses ont changé et la population aussi » (dixit). Chute du mur et fin du communisme, mondialisation et  Europe ultralibérale en crise, changement climatique, démographiques, salafisme…la liste est longue. Bien des choses ont changé depuis 1992. en effet, mais ce qui n’a pas changé c’est l’obstination de l’Etat français dans son refus de reconnaitre les droits du peuple corse. Le post nationalisme ne peut être un concept de post victoire, où chacun reprendrait ses billes politiques, devenant libéral, socialiste, populiste, ou autre, stricto sensus. Ce concept est fallacieux. Historiquement, le nationalisme corse n’est pas, notre postulant le sait car il a toujours été lucide sur cela, un nationalisme idéologique tel que peut le connaitre une nation reconnue, mais un nationalisme de libération face à une situation de non reconnaissance d’un peuple. Abandonner cette acception là, celle de l’émancipation, ce serait soit un renoncement soit un mensonge à soi même et aux Corses.

Rinnovu n’a renoncé à rien, tout en se situant dans le débat permanent pour adapter et faire aboutir la cause de l’émancipation du peuple corse. Avec l’engagement constant de patriotes, cette cause a remporté des succès démocratiques importants au sein d’une  société corse plus mûre, notamment à travers les votes historiques de la dernière mandature, mais l’Etat reste inflexible.

Restons dans le combat. 

LIBERTA, PER DIRITTI DI U POPULU CORSU !
SIN’ A A VITTORIA !

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: