Produit CORSU E RIBELLU

X

« Qui entre pape au conclave en ressort cardinal » dit un proverbe italien. Pourtant cette élection ne ressemble à aucune autre et l’on aurait grand tort d’imaginer, comme dans une élection politique, un conflit d’ambitions et des querelles d’ego dans le conclave.

On le voit bien d’ailleurs avec la démission de Benoît XVI puisqu’elle a démontré que la charge était telle qu’elle pouvait s’avérer trop lourde même pour une personnalité aussi forte et aussi solide que Josef Ratzinger. Je crois au contraire que pour beaucoup de cardinaux, c’est la crainte d’être désigné qui l’emporte sur la vanité qui pourrait s’attacher à l’être. C’était d’ailleurs le sujet d’un film récent qui, au-delà de la caricature, présentait un tableau probablement réaliste des sentiments qui doivent habiter les « papabile » Josef Ratzinger avait fait d’ailleurs dans son homélie, prononcée lors des obsèques du pape Jean Paul II, des déclarations très fortes sur sa conception des choses et, en particulier, son rejet du relativisme qui constituaient presque un avertissement pour ses collègues mettant en évidence les raisons pour lesquelles ils ne devaient pas le choisir et, en tout cas, ce à quoi ils devaient s’attendre pour le cas où malgré tout ils le choisiraient quand même. On ne sait évidemment qui sortira de ce conclave et ce que sera le futur pape, sans doute un homme plus jeune, peut-être issu d’un autre continent que l’Europe, mais sans doute tout aussi ferme dans son orthodoxie que Benoît XVI.

Blog Paul Giacobbi

Suite et source de l’article 

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !