Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 12 janvier 2018 – 08h30) « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non »

Chaque jour il faut décortiquer la sémantique coloniale pour savoir où la corse et les corses iront dans les prochains mois.

Reste les faits, des rendez-vous avec les instances coloniales. Dont la date de l’anniversaire de l’assassinat du Préfet Erignac.

Des fenêtres de discussions entrouvertes, laissant passer à peine un espoir, mais un espoir quand même.

Une vague de mécontentement remplace le tsunami des résultats électoraux.

La convocation à Paris, par un juge antiTerroriste, de la Présidente de l’Associu Sulidarità tombe comme un cheveux sur la soupe. Le calendrier de la justice coloniale ne tenant pas compte du calendrier politique de « Madame Corse » et de ses supérieurs. Procès de militants politiques en juin prochain…

Le rapprochement présenté comme une avancée, alors que depuis 2009, c’est une loi…

Les corses et la Corse attendent des actes concrets, pas des tergiversations politiques.

À la question « Symboliquement, est-ce que vous accepteriez qu’il y ait une référence à la Corse dans la Constitution?« , la ministre a répondu: « On verra« .   Elle a aussi jugé « possible » que des prisonniers corses soient rapatriés.

I Scrianzati

(..)