#Cor’se – L’ADEC è a lingua corsa…

Favurisà u sviluppu è a prumuzione linguistica à u benefiziu di i socio-prufeziunali…Ghjè l’obbiettivu di u statutu di a lingua corsa, parafatu da u presidente di l’ADEC, Jean Zuccarelli, è Pierre Chjonga, u cunsiglieru esecutivu in carriga di a lingua corsa…Si cunterà parcehje azzione pè aiutà l’imprese chi volenu integrà a linga corsa indè e so attività oghjinche…

Da leghje

#Corse – « Tous bilingues » – Mattea Lacave : « Une société bilingue ne se décrète pas, elle se construit .»

Pour Mattea Lacave conseillère territoriale au sein du groupe Femu a Corsica et enseignante, la maîtrise à parité de deux langues et plus constitue un avantage majeur. Dans bien des domaines. Un point de vue que certains candidats à la Présidentielle réfutent.

Langue #corse #Présidentielle 2012 : la mairie d’Ajaccio réagit après les propos de Nicolas Sarkozy et Jean-Luc Mélenchon

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – La langue corse, et par extension la ratification par la France de la Charte européenne sur les langues minoritaires, constituent-elle une ligne de partage, voire de fracture entre les différents courant de gauche ? Une question que l’on ne peut éluder en cette période de prospection électorale. Beaucoup, et y compris au sein même du Parti Communiste, se sont offusqués des déclarations faites sur ce thème par Jean-Luc Mélenchon avant son voyage en Corse, et des déclarations répétées lors du meeting qu’il à tenu à Bastia récemment. Le leader du Front de Gauche l’a dit haut et fort : il n’est pas contre cette charte sur les langues minoritaires mais contre certains articles de celle-ci qui créeraient ce qu’il appelle une fragmentation des droits sociaux. On ne partage pas forcément cette position, et notamment du coté de la mairie d’Ajaccio au sein de l’équipe de Simon Renucci. Tumasgiu D’Orazio conseiller municipal chargé de la langue corse avait, on sent souvient, vivement réagit à la phrase de Nicolas Sarkozy selon laquelle « quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales ». Un discours qui n’a pas de sens pour Tumasgiu d’Orazio.

Da leghje

#Corse – Présidentielle 2012 – Discours de Nicolas Sarkozy sur les langues régionales : la réaction de Tumasgiu D’Orazio

(Michaël Andreani – Alta Frequenza) – « Quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales ». Les propos tenus par Nicolas Sarkozy durant son dernier meeting de campagne à Marseille n’auront pas laisser de marbre bon nombre d’observateurs insulaires, et membres de la classe politique. Pour rappel, selon le Président de la République, cette charte favoriserait via la reconnaissance de droits linguistiques de toutes les minorités, un véritable communautarisme, et non la défense d’un patrimoine faisant la richesse du pays. Un discours qui n’a pas de sens pour Tumasgiu d’Orazio, conseiller municipal à la mairie d’Ajaccio, chargé de la langue corse. Bien au contraire, cette charte s’avère être la traduction d’une diversité culturelle indissociable du patrimoine national, et non « une menace pour la République ».

Da leghje

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: