Breaking News

Assemblée de #Corse – Question orale posée par François Benedetti au nom de @Corsica_Libera, Réponse de @Gilles_Simeoni

OBJET : Infrastructures de santé publique en Plaine Orientale (25 février 2016)

Monsieur le Président du conseil exécutif,

La Plaine Orientale est en pleine expansion démographique. Pourtant, c’est la seule région de Corse à ne pas disposer des infrastructures sanitaires à la hauteur de son développement.

L’accès à des infrastructures sanitaires publiques et privées de qualité, dignes du XXIème siècle est un droit légitime dû à la population. Il aura fallu une longue mobilisation et de multiples manifestations (de 2008 à 2012) pour que la population de la Plaine Orientale obtienne enfin des structures permettant la prise en charge des urgences vitales avec :

la pérennisation du SMUR.

ne amélioration des conditions d’explorations radiologiques via l’installation d’un scanner.

Aujourd’hui, se pose la question de la création d’un Hôpital Public Local en Plaine Orientale. Cette région étant la seule à être éloignée de plus d’une heure (voire plus en saison estivale) des structures hospitalières existantes. La création de cet Hôpital est d’autant plus réaliste que ce territoire possède un EHPAD « a Ziglia », vétuste et ne bénéficiant pas actuellement des investissements nécessaires à sa modernisation. Le terrain sur lequel l’EHPAD est implanté appartient à la Commune de Prunelli di Fium’Orbu et est suffisamment grand pour accueillir une extension permettant la création de la structure hospitalière à moindre frais. La création d’un Hôpital Public Local permettrait de moderniser et de valoriser l’actuel EHPAD, de disposer d’un service de médecine générale doté de quelques lits de courts séjours pour toutes les personnes nécessitant une hospitalisation temporaire sans chirurgie, ainsi qu’une USLD (Unité de Soins de Longue Durée)… La transformation de l’EHPAD en Hôpital permettrait au personnel d’intégrer la Fonction Publique Hospitalière avec tous les avantages qui y sont liés (salaires, statuts, plans de carrière…). La présence d’un centre de radiologie et d’un scanner à proximité immédiate justifierait ce choix d’emplacement, structure avec laquelle il conviendra de conventionner pour avoir accès 24H/24 H à ces équipements en cas d’urgence dans l’intérêt de la population. Une demande d’IRM a été déposée au mois de novembre dernier par le Dr Ristorcelli, dont le cabinet de radiologie est installé à Migliacciaru et comme cela avait déjà été le cas pour le scanner, l’Agence Régionale de la Santé (ARS) refuse d’instruire ce dossier et d’en signer l’agrément. Cet équipement, indispensable pour déceler précocement les pathologies les plus graves, notamment traumatologiques et cancéreuses, serait entièrement financé par le propriétaire du Centre sans aucune subvention publique et permettrait de répondre aux besoins de la population de la Plaine Orientale qui disposerait ainsi d’un plateau de radiologie complet sur son territoire. La mise en place régulière de la Permanence des Soins (PDS) est également une préoccupation majeure. À l’initiative de la Mairie de Ghisonaccia, l’ouverture d’une Maison Médicale de Garde sur cette commune est déjà programmée. Elle bute encore sur des détails quant au mode de rémunération des médecins libéraux et des internes du Centre Hospitalier Général de Bastia qui pourraient y participer. Là encore, l’ARS se doit de faire l’effort indispensable pour débloquer la situation. L’ensemble de ces infrastructures, Hôpital Local, Maison Médicale de Garde et IRM, garantira une prise en charge globale des besoins sanitaires de la population et pourra inciter de jeunes médecins à s’installer dans une région où la désertification médicale est programmée. Nous savons que la CTC n’est pas compétente pour agir en matière de santé publique. En revanche, elle est la garante de l’ensemble des intérêts matériels et moraux des Corses. En ce sens, notre Assemblée a souhaité affirmer son rôle politique dans ce secteur en créant une commission des politiques de santé publique.corsicaLiberaAssembleeCorse2016 (7)

En conséquence, et au regard de la clause de compétence générale, nous estimons d’une part, que notre Collectivité doit saisir officiellement l’ARS afin de demander la levée des blocages constatés et d’autre part, que les actions menées dans ce cadre doivent faire l’objet d’un examen par la commission des politiques de santé publique.


Monsieur le Président, au nom du conseil exécutif, seriez-vous prêts à engager ce type de démarches ?

Je vous remercie.

François Benedetti au nom du groupe Corsica Libera 

___________________________________________

SantecorsecorsicahopitalARSOGGETTU : Infrastruttura di salute publica in Piaghja urientale

O Sgiò Presidente di u Cunsigliu esecutivu,

A Piaghja Urientale hè in piena crescita demugrafica. Però, si trova esse a sola regione di Corsica à ùn dispone d’infrastrutture sanitarie à l’altura di u so sviluppu . L’accessu à infrastrutture publiche è private di qualità, degne di u XXIsimu seculu hè un dirittu legitimu devutu à a pupulazione.

Ci serà vulsutu una longa mubilizazione è parechje manifestazione (da u 2008 à u 2012) per chì a pupulazione di a Piaghja Urientale ottenessi in fine strutture da permette a presa in carica di l’urgenze vitale cù :

  • A perenizazione di u SMUR.
  • Una megliurazione di e cundizione di splurazione radiologiche per via di a stalazione di un scanner.

Oghje, si pone a questione di a creazione d’un Uspidale Publicu Lucale in Piaghja Urientale. Sta regione essendu a sola à esse alluntanata di più d’una ora di e strutture uspidaliere esistente. A creazione di st’uspidale hè di più realista chì stu territoriu hà un EHPAD, « a Ziglia », vetustu è ch’ùn benefizieghja micca attualmente di l’investimenti necessarii à a so mudernizazione. U terrenu nantu à u quale l’EHPAD hè impiantatu hè pruprietà di a cumuna di Prunelli di Fium’Orbu è hè abbastanza grande da pudè accoglie un’estensione chì permetteria a creazione di a struttura uspidaliera à bon pattu. A crezione d’un Uspidale publicu Lucale permetteria di mudernizà è valurizà l’EHPAD attuale, di dispone di un serviziu di medicina generale cù qualchì lettu di cortu seghjornu per ogni persona necesitendu un’uspidalizazione tempuraria senza chirugia, cum’è di una USLD (Unità di curamentu di longa durata)… A trasfurmazione di l’EHPAD in uspidale permetteria à u persunale d’integrà à Funzione Publica Uspidaliera cù tutti l’avantaghji chì ci sò liati (paghe, statuti, piani di carriera…). A presenza d’un centru di radiolugia è d’un scanner ne u circundariu vicinu ghjustificheria sta scelta d’impiantazione, struttura cù a quale si cunvenerà di cunvenziunà per avè accessu 24ore/24 à st’arnesi in casu d’urgenza in l’interessu di a pupulazione. Una dumanda d’IRM hè stata posta di novembre scorsu da u Dre Ristorcelli, chì u cabinettu di radiolugia si trova in Migliacciaru è cum’ella s’era digià fatta per u scanner, l’Agenza regiunale di a Salute (ARS) rifusa di struisce stu cartulare è di signà ne u gradimentu. St’attrazzu indispensevule per avvintà precucemente e patulugie è più grave, principalmente traumatologiche è cancherose, seria enteramente finanzatu da u pruprietariu di u Centru senza nisuna suvvenzione publica è permetteria di risponde à i bisogni di a pupulazione di a Piaghja Urientale chì dispuneria cusì d’un settore di radiolugia cumplettu nantu à u so territoriu. A messa in piazza regulare di a Permanenza di i curamenti (PDS) hè ugualmente una preocupazione maiò. A l’iniziativa di a Merria di a Ghisunaccia, l’apertura di una Casa Medicale di guardia nantu à sta cumuna hè digià prugramata. Inciampa sempre nantu à ditaglii quantu à u modu di rimunerazione di i medichi liberali è di l’interni di u Centru Uspidalieru Generale di Bastia chì ci puderianu participà. Quì dinù, l’ARS si deve di fà un sforzu indispensevule per sbluccà a situazione. L’inseme di l’infrastrutture, Uspidale Lucale, Casa Medicale di Guardia è IRM guarantiscerà una presa in carica glubale di i bisogni sanitarii di a pupulazione è puderà incità parechji giovani medichi à stallà si in una regione duve a desertificazione medicale hè prugrammata. Sapimu chì a CTC ùn hè cumpetente per agisce in materia di salute publica. Però, hè a guarante di l’inseme di l’interessi materiali è murali di i corsi. In stu sensu, a nostra Assemblea hà pregatu accertà a so parte pulitica in stu settore creendu una cummissione di e pulitiche di salute publica. In cunsequenza, è vista a clausa di cumpetenza generale, stimemu d’una parte, chì a nostra Cullettività devi dumandà uffizialmente à l’ARS ch’ella pisessi l’impedimenti custattati è d’altra parte, chì l’azzione purtate in stu quadru sianu esaminate da a cummissione di e pulitiche di salute publica.

O sgiò Presidente seriate prontu d’ingagià stu generu di dimarcchje, à nome di u Cunsigliu esecutivu?

Vi ringraziu.

François Benedetti au nom du groupe Corsica Libera 

___________________________________________

Réponse de Gilles Simeoni, Président du Conseil Exécutif

OBJET : Infrastructures de santé publique en Plaine orientale

Monsieur le Conseiller territorial,

femuACorsicaAssembleeCorse2016 (1)Je connais votre engagement pour la santé dans la région du Fium ‘Orbu. Vous savez mon attachement pour cette région et combien je considère légitime les revendications dont vous vous faites aujourd’hui l’écho. En un mot comme en cent, nos positions respectives d’aujourd’hui nous confèrent la responsabilité de chercher à concrétiser les demandes que nous avons hier portés en qualité de militants, d’acteur de terrain engagés, ou de simples citoyens. Notre combat commun pour le droit à la santé n’est pas dissociable de celui mené, encore récemment, pour le maintien des écoles dans les villages, des services publics dans l’intérieur et en zone de montagne, de l’équité territoriale dans le cadre de la construction de la collectivité unique, en un mot d’une vision globale et équilibrée de ce que doit être la Corse d’aujourd’hui et demain, avec des régions vivantes, productives, et développées.

Comme rappelé en introduction de la question, la plaine orientale a été identifiée dans le volet ambulatoire du SROS 2012-2016 (schéma régional d’organisation de soins) comme un territoire fragile compte tenu des difficultés observées par le territoire en termes de démographie médicale, d’âge de la population, de difficultés d’accès et de niveau de consommation des soins ainsi que de la participation à certaines campagnes de dépistage. Les avancées obtenues avec la pérennisation de l’antenne SMUR pour les urgences vitales ainsi que l’installation d’un scanner à Prunelli di Fium’ Orbu ne sont toutefois pas suffisantes pour satisfaire l’offre de soins sur ce territoire.

La micro région est pourtant jugée prioritaire avec une population importante, soumise à des variations saisonnières et répartie entre les villages de l’intérieur, souvent difficiles d’accès, et la plaine. L’approche qui doit prévaloir sur ce territoire doit être globale pour offrir une réponse adaptée aux besoins de la population particulièrement prégnante pour les soins de premiers recours. Si les efforts de modernisation de l’EHPAD « a Ziglia » et d’extension des services nécessitent d’être poursuivis (la CTC est intervenue pour 183 412 € entre 2011 et 2014 pour des travaux de restructuration et de mise aux normes), la création d’un hôpital public local (centre hospitalier de proximité) doit être envisagée au regard des autres établissements existants au niveau régional avec des centres hospitaliers de référence qui ne présentent pas une bonne santé financière.

Il s’avère en effet difficile de déconnecter des établissements de cette nature les uns des autres, notamment dans la perspective de la création des GHT (groupements Hospitaliers de territoire) créés par la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé. Cette disposition implique des coopérations entre les établissements publics de santé basées sur une gradation de l’offre de soins hospitaliers. La priorité apparaît ainsi davantage, dans un premier temps, sur le renforcement de l’offre de soins de premier recours avec la création d’un pôle de santé. Le territoire a fait l’objet d’une étude en 2012 destinée à établir un diagnostic devant préfigurer un projet territorial de santé qui n’a pas émergé à ce jour. La structuration territoriale de l’offre de santé sur ce territoire intégrant les équipements, établissement (EHPAD a Ziglia) et dispositifs existants doit constituer un objectif pour mieux organiser le parcours des patients sur la microrégion.

Dans cette perspective, la création de « communautés professionnelles territoriales de santé » par la loi santé du 26 janvier 2016 pourrait être l’occasion de susciter le regroupement de professionnels de santé pour définir un projet de territoire portant sur les soins de proximité mais aussi l’accès aux soins des personnes âgées et handicapées, la prévention. S’agissant de la permanence des soins, l’organisation et l’accueil de soins non programmés en dehors des heures d’ouverture du cabinet (soit de 20h00 à 00h00 en semaine et du samedi 12h00 au lundi matin le week end) constituent un vrai sujet sur les territoires fragiles comme la plaine orientale. L’ouverture d’une Maison médicale de garde est en effet actée. Une réunion a été organisée à ce sujet par l’ARS le 1er février dernier. D’après les éléments obtenus, une étude de faisabilité relative aux aspects règlementaires inhérents à la rémunération des professionnels de santé serait prévue. A ce titre, le cahier des charges régional de la permanence des soins élaboré en 2012 définit les zones de permanences des soins ainsi que les modalités de rémunérations et les exonérations fiscales.

L’enjeu en termes de PDS est également de prévoir d’étoffer l’offre par rapport à la demande et d’intégrer la possibilité désormais offerte aux internes en dernière année de stage de s’inscrire sur le tableau des gardes. Cela suppose néanmoins de développer la maîtrise de stage sur le territoire pour accueillir ces stagiaires. L’imbrication de toutes les composantes de l’offre de soins démontre la nécessité d’arriver à construire sur ce territoire un projet de santé partagé permettant de pérenniser l’offre de soins de premier recours et de répondre efficacement aux besoins immédiats de la population. Pour ce qui est de l’implantation d’une IRM à Migliacciaru, il est utile de rappeler que le recours à l’IRM s’effectue dans deux cas bien défini : – L’IRM programmée (IRM viscéral et osseux) – L’IRM d’urgence notamment en matière d’AVC où le diagnostic et la prise en charge doivent s’effectuer dans des délais rapprochés. La demande déposée par le Dr RISTORCELLI porte vraisemblablement sur le premier cas et le refus de l’ARS a été motivé par l’atteinte des objectifs fixés dans le SROS 202-2016 qui fixait à 5 IRM l’objectif d’implantation au niveau régional (1 à Bastia, 1 à Porto-Vecchio et 2 à Ajaccio). L’implantation de cette IRM supplémentaire permettrait effectivement de consolider l’offre existante avec le scanner (toutefois moins précis et plus irradiant) mais doit vraisemblablement répondre à un besoin exceptionnel identifié sur le territoire en tenant compte de l’utilisation des IRM existants (en particulier celui de Porto-Vecchio) et de l’organisation du flux des patients. Cette question pourra toutefois être étudiée dans le cadre de l’actualisation du volet imagerie du SROS qui doit intervenir avec la révision du Projet régional de santé 2012-2016 dont les travaux doivent débuter cette année avec une évaluation.

Comme il a été rappelé dans la question, si l’organisation de l’offre de soins régionale relève de la compétence de l’Agence Régionale de Santé, les problématiques d’accès à des soins de qualité sur des territoires fragiles tels que la plaine orientale méritent toute l’attention de notre Collectivité pour oeuvrer en faveur de la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé dans une logique d’aménagement équilibré . La création d’une commission des politiques de santé publique en atteste et les enjeux d’importance comme l’organisation de la permanence de soins, la création d’un véritable parcours de soins adapté aux territoires et l’implantation des équipements matériels lourds tels que les IRM pourront rapidement faire l’objet d’une rencontre avec le Directeur Général de l’ARS destinée à approfondir ces différents sujets. A cet égard, et comme rappelé précédemment, la période de révision du PRS qui débute s’avère particulièrement propice pour réexaminer l’ensemble de ces problématiques qui sont une préoccupation majeure pour tous les Corses. Et une priorité politique pour l’Exécutif et l’ensemble de la majorité territoriale.

GILLES SIMEONI PRÉSIDENT DE L’EXÉCUTIF DE CORSE

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: