X

Ce matin Sulidarità tenait une conférence de presse suite à la répression Inta-Muros qui a touché des prisonniers politiques corses dont Cédric Courbey et Xavier Ceccaldi. Depuis cette répression, des mobilisations ont eu lieu en Corse : Manifestations, rassemblements, tractages ainsi que des grèves de la faim et des plateaux dans les prisons de plus de 200 détenus politiques et « droits-co »…

Voici le texte, les photos et la vidéo de la conférence de presse :


#Corse Conférence de presse @Sulidarita 24… par antofpcl

« Bonjour, avant de débuter, nous souhaitons remercier toutes les personnes qui se sont déplacées lors des différentes actions menées ces derniers jours

Nous souhaitons aussi particulièrement remercier notre jeunesse qui a su faire preuve d’une grande maturité politique cette semaine en se mobilisant spontanément afin de se dresser face à l’injustice.

Alors nous allons commencer cette conférence de presse par un rappel des faits plus que nécessaire.

Le 12 Janvier, un blocage de la promenade est survenu à la prison de Fleury Mérogis, une centaine de détenus participent au mouvement en se regroupant sous le préau de la cour.

Cédric Courbey et Xavier Ceccaldi, ne participant pas au blocage se désolidarisent du groupe principal et restent en retrait.

Finalement, le groupe se disperse dans le calme et tous les détenus réintègrent leurs cellules sans qu’aucun incident ne soit à déplorer.

Dans la nuit du 12 Janvier, Xavier et Cédric sont brutalement appréhendés par une équipe d’intervention et de sécurité ( ERIS), avant d’être transféré au mitard.

Vêtus seulement de shorts et de Tee-Shirts, ils y restent deux jours, avant de passer devant la commission de discipline qui ne retenant pas le chef d’inculpation d’instigation du mouvement, mais simplement de participation au rassemblement, les condamne tous les deux à la peine maximale : 20 Jours de mitard.

Dans ce cas si seul le fait d’avoir participé au rassemblement leur est reproché, pourquoi les 100 autres participants n’ont ils pas été inquiétés ?

Doit on voir ici une volonté délibérée de s’en prendre à nos patriotes ?

Le mutisme prolongé de la direction de Fleury Mérogis peut nous le laisser penser,

Dans un second temps, 12 prisonniers politiques ont entamé en soutien une grève de la faim qui durera jusqu’à la sortie de Cédric et Xavier du mitard. 147 prisonniers de Borgu ainsi que deux prisonniers politiques de Fresnes sont quant à eux en grève des plateaux, un mouvement massif et historique qui prouve s’il le fallait le sentiment d’injustice partagé par l’ensemble des Corses suite à ces événements.

Nos prisonniers sont en danger de mort, alors oui la phrase est lourde, oui elle est choquante,mais pour nous elle est réelle.

Deux hommes sont depuis maintenant 12 Jours en isolement, sans leurs vêtements dans des cellules vétustes de 4m² et glaciales alors que les températures extérieures avoisinent les -10 degrés.

Sachant que dans l’une des deux cellules, la fenêtre ne se ferme pas !

Douze hommes ont cessé de s’alimenter, et pour deux d’entre eux depuis maintenant une semaine.

Au vu des ces éléments nul ne peut contester que leurs vies sont mises en danger par l ‘administration pénitentiaire.

Je vais un instant laisser la parole aux familles qui vous donneront plus de détails sur ces événements.

Cette affaire met en exergue la dramatique situation des prisonniers politiques corses.

Après la décision du FLNC de s’engager dans un processus de paix il y a près de deux ans, et l’expression de la volonté populaire de voir la paix s’installer en Corse au travers des résultats des élections de Décembre dernier, nous espérions voir enfin la situation des prisonniers politiques s’arranger.

Or !! celle-ci s’est fortement dégradée, malgré les tentatives répétées de nos élus d’instaurer un dialogue apaisé avec Paris.

Nous sommes en droit aujourd’hui, d’affirmer, qu’en laissant cette situation perdurer dans les prisons, l’état n’est peut être pas instigateur mais au moins complice, des maltraitances infligées à nos patriotes.

Combien de temps encore allons nous attendre pour voir nos frères rentrer chez eux ?

Combien de promesses Paris ne va pas tenir ?

Combien de souffrances devront endurer nos patriotes et leurs familles avant que l’état ne daigne appliquer ses propres lois, et entendre la volonté du peuple ?

Nous ne savons pas combien de temps il faudra attendre,

mais ce que nous savons c’est que chaque jour est un jour de trop, et que chaque coup porté aux nôtres renforce notre détermination et c’est pourquoi, après avoir fait le constat que nos frères ne sont plus en sécurité dans les prisons françaises :

-Nous exigeons la sortie immédiate de Xavier Ceccaldi et Cédric Courbey du mitard.

-Nous exigeons le transfert immédiat de tous les prisonniers politiques corses sans exception au centre pénitentiaire de Borgu dans l’attente du vote d’une loi d’amnistie.

Nous sommes conscients que depuis des années les seules avancées obtenues en matière de droits des prisonniers politiques, l’ont été par des mobilisations d’envergure sur le terrain.

En ce sens nous annonçons aujourd’hui le début d’une campagne d’actions de terrain dont le mot d’ordre sera :

Femu li vultà !

Amnistia pà i Patriotti incarcerati e ricercati ! »

ASSOCIU SULIDARITA
24 janvier 2016

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)