#Territoriales2015 @FEMUACORSICA « EXERCER LES RESPONSABILITÉS AU SERVICE DE LA #CORSE »

Les élections territoriales des 6 et 13 décembre prochains sont décisives. Elles doivent permettre l’émergence d’une majorité alternative, au service exclusif de l’intérêt général. Femu a Corsica a vocation à être la force motrice de ce profond changement, et à l’incarner dès le premier tour. Ce changement, nous proposons aux Corses de le construire autour de trois piliers indissociables :

LES REVENDICATIONS FONDAMENTALES DU PEUPLE CORSE : PER A RICUNNISCENZA DI U POPULU CORSU È DI I SO DIRITTI !

Des générations de femmes et d’hommes ont mené, depuis des décennies, un combat quotidien pour la reconnaissance du peuple corse et de ses droits, pour la moralisation de la vie publique et la construction d’une société démocratique et émancipée. Ces idées, hier portées par les seuls nationalistes, sont aujourd’hui partagées par une large majorité de notre communauté. Elles ont donné lieu à des délibérations capitales de l’Assemblée de Corse : votes sur la coofficialité de la langue corse, la politique foncière et le statut de résident, le statut fiscal dérogatoire et l’arrêté Miot, l’inscription de la Corse dans la Constitution, la question du rapprochement et de l’amnistie des prisonniers politiques… Cette évolution consacre le passage d’une revendication militante à une logique de construction nationale. Désormais, ensemble, nous devons obtenir de l’Etat qu’il tienne compte de ces votes acquis à une large majorité, parfois même à l’unanimité. Femu a Corsica s’engage à faire de ce premier pilier une priorité absolue.

LA CONSTRUCTION D’UNE VÉRITABLE DÉMOCRATIE : A DEMUCRAZIA, PUNTELLU MAIÒ DI A NOSTRA SUCETÀ !

Les attentats de Paris ont souligné que la démocratie, partout dans le monde, doit être défendue contre la barbarie et le fanatisme. Ils viennent aussi rappeler, de manière tragique, la nécessité d’un engagement quotidien autour de valeurs fortes et claires. Femu a Corsica prône un modèle de société fondé sur les valeurs d’humanisme, de justice sociale, de rejet des communautarismes et de tous les intégrismes. La démocratie est aussi une construction quotidienne, qui doit se traduire par des pratiques politiques et sociales fondées sur la transparence, l’équité et la solidarité. En Corse, depuis des décennies, c’est trop souvent l’inverse qui prévaut : chantage à l’emploi, au logement, aux subventions et aides publiques, pressions sur les personnels des collectivités publiques, clientélisme. La situation s’est considérablement aggravée ces dernières années, avec une opacité préoccupante en termes de gestion, et des inquiétudes grandissantes quant à un fonctionnement normal et sain de nos institutions. Femu a Corsica s’engage là encore à placer la démocratie réelle au coeur de ses fonctionnements et de chacun de ses choix, dans tous les domaines de la vie publique (marchés publics, vie des administrations et des institutions, recrutements, relations avec la société civile…).

LE REDRESSEMENT PARTAGÉ DE NOTRE ÉCONOMIE : U RIACQUISTU ECUNOMICU È SUCIALE !

Les Corses sont en proie, au quotidien, à d’innombrables difficultés : chômage structurel, précarité, difficultés d’accès au foncier et au logement, baisse continue du pouvoir d’achat, fractures sociales et territoriales, difficultés des entreprises, recul de l’agriculture, perspectives incertaines pour la jeunesse… Femu a Corsica propose de mobiliser toutes les forces vives au service d’un véritable développement économique et social. Ce nouveau Riacquistu, après celui intervenu dans les années 1970 en matière de langue et de culture, est littéralement indispensable : il ne peut y avoir d’émancipation politique sans émancipation économique et sociale. Il passe par la maîtrise de nos secteurs stratégiques (énergie, eau, transports, infrastructures, déchets…). Il repose sur un modèle de développement diversifié et équilibré, en rupture avec les logiques de rente et de dépendance, qui ont caractérisé notre économie pendant des décennies et conduit à l’échec actuel. Il implique des mécanismes de justice et de solidarité, rompant avec les systèmes qui ont renforcé l’assistance et l’exclusion. Ensemble, nous devons construire une Corse capable de produire, d’investir, d’innover, de générer de nouveaux équilibres sociaux et territoriaux : l’agriculture de production, l’économie de la connaissance, les PME et TPE, l’éco-développement, le numérique, les énergies renouvelables, l’économie sociale et solidaire, la formation, la coopération euro-méditerranéenne, le tourisme durable sont, parmi d’autres, des leviers de croissance et de cohésion sociale qu’il importe de concilier dans le cadre d’une stratégie globale. Femu a Corsica s’engage, là aussi, à impulser, dès les premiers mois de la mandature, ces orientations nouvelles. Tous les jours, dans nos villes et villages, dans l’île comme au sein de la diaspora, une puissante volonté de changement se manifeste, de la part de Corses de tous horizons. Cette attente nous confère une responsabilité majeure. Un chemin existe aujourd’hui pour construire un pays émancipé, apaisé et rassemblé. Femu a Corsica entend être à la hauteur de cette attente et de ces enjeux. Il revient désormais à chaque Corse, en son âme et conscience, de se déterminer. La victoire se joue dès le premier tour, le dimanche 6 décembre. Inseme, avemu da custruisce una Corsica appaciata, sviluppata, aperta nant’à l’Europa è u Mediterraniu.

FEMUACORSICAterritoriales201502

Femu a Corsica fù creatu in u 2010 per risponde à l’inghjochi sempre di più spurghjenti ma dinù, è sopratuttu, à l’ambizioni criscenti per l’avvene di a nostra terra è di u nostru populu. Femu a Corsica prupone una scelta chjara : quella di stà nù u filu storicu di u naziunalisimu corsu, di seguità a scarpata di quelli chì anu sacrificatu sin’à a so vita per porghje à a Corsica un avvene di dignità è di libertà. È, attempu, d’accertà chì solu l’azzione publica è demucratica puderà assicurà a riescita di e dinamiche d’adunita, d’apertura è di prugettu. U populu corsu hà rispostu di manera subitania chì a scelta pruposta cumbasgiava cù à a so attesa. Per a so prima candidatura, à l’elezzioni territuriali di u 2010, Femu a Corsica hà ricoltu più di 26% di i voti.

I nostri ondeci eletti anu pigliatu a misura di e so rispunsabbilità nove, è di a cunfidenza testimuniata. Anu cuniucatu un impegnu cumpitu è custruttivu in ogni cartulare sottupostu, incù un’oppusizione franca è soda di pettu à l’incusequenze è i sviamenti di a maiurità territuriale. Simu suddesfi ben’intesa da u nostru bilanciu ma ormai ùn ne simu più quì. Ghjè un altru ventu chì ci porta : un’aspirazione à esercità rispunsabbilità à u serviziu di a Corsica, per rende la più ghjusta, più diviziosa è più sulidaria. È u bisognu hè à mezu à a casa ! Appimu cuscenza di ciò ch’ella hè oghje ghjornu a nostra sucetà. Ogni ghjornu, un’impresa face bancarotta. U percentuale di puvertà franca i 20%. In un annu, u disiempiegu hè cresciutu di più di 12%, circa duie volte più prestu ch’è in Francia. Ma forse è sopratuttu… chì impieghi è chì perspettive pruposte à prò di u nostru populu, è di modu più precisu à a nostra giuventù ? Pone a dumanda, hè un primu elementu di risposta. U riacquistu ecunomicu è suciale ch’è no vulemu prumove hè propiu un chjassu d’avvene, u chjassu d’una ecunumia di creazione, di pruduzzione, chì inghjenna impieghi novi qualificati è retribuiti cum’ellu si deve. Appimu cuscenza dinù di a rispunsabbilità greve di quelli chì anu capitanatu a Corsica sin’à avà : U Statu è u clanisimu. Qual’hè chì ci hà scantatu durante più d’un seculu è mezu di u sviluppu agriculu è industriale, è aghjevulì di fatti un esiuliu massicciu di u nostru populu ? Qual’hè chì hà fattu contu chì u nostru benistà venerebbe da a ghjunta massicca d’investitori pocu primurosi di a nostra terra è di a nostra cultura ? Qual’hè chì disprezza e rivendicazioni legittimi di u nostru populu dipoi anni è anni, è disprezza oghje e deliberazioni di l’Assemblea di Corsica ? Qual’hè chì cuncipisce u putere cum’è prupietà soia, ne gode è ne face gode i soi, invece di circà l’equità, a sulidarità, è u fattivu ?

Cambià serà difficiule, ma cambià hè un imperativu. Femu a Corsica hè prontu à impersunà u cambiamentu. Cambiamentu nù i valori, cambiamentu nù e pratiche, cambiamentu nù i risultati uttenuti. Simu una nazione in mossa chì vole custruÌ u so avvene da per ella. E scelte imposte da u Statu è i partitoni parigini sò oghje malandate. I retali clanichi, chì s’arrembanu nant’à i sguazzi di debulezza, u clientelisimu è a curruzzione, devenu fà piazza à andati demucratichi, à a trasparenza è à un cuncertu permanente. Si tratta quì d’una mandatura corta, induve a messa in ballu di a cullettività unica serà centrale, induve a debulezza di i mezi inghjennati da e difficultà finanziarie di a C.T.C seranu pisive. Mà sta mandatura serà decisiva per parechji ragioni.

L’inchjocu hè chjaru : cuntinuemu ind’è una strada pulitica è ecunomica ceca ?

O iniziemu una dinamica nova ? A nostra scelta hè fatta, è a saperemu appittà, cùn voi.

Aio ch’ he ora !

Allora, u 6 di dicembre, vutate è fate vutà : Lista FEMU A CORSICA SIMEONI-ANGELINI !

 

 

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: