#corse #internatioal #Tibet « Arrestations pour des demandes tibétaines de restitution de terres »

Les autorités de la province du Sichuan ont arrêté au moins une douzaine de Tibétains [1] après qu’ils aient réoccupé leurs terres, confisquées cinq ans plus tôt pour un projet gouvernemental de développement.

Le 15 mai 2015, les habitants de la ville de Thangkor, Comté de Dzoege [2], en avaient appelé au gouvernement pour la restitution de leurs terres car aucun promoteur n’avait entamé de construction et les autorités locales les louaient à des particuliers.
Mais les responsables locaux, irrités par cette demande, ont riposté en retirant les aides aux familles locales.

Lorsque les habitants se sont plaints, le gouvernement local a promis de résoudre le différend pour le 20 septembre, mais quand l’échéance est passée, les Tibétains ont réoccupé la terre.
En réponse, les autorités ont envoyé un contingent de policiers du Comté de Dzoege et d’autres régions de Ngaba et réprimé les Tibétains le 22 septembre.

Au moins 12 Tibétains ont été placés en détention, dont six ayant aidé à la rédaction de l’appel – Dobe, Shetruk, Tsering Kyab, Patra, Tsering Tashi et Tsokyi.
Tsokyi, sœur du leader de l’appel, Jigje Kyab, a été sévèrement battue, puis relâchée, tandis que les 11 autres sont toujours détenus dans le Comté voisin de Marthang [3].

Jigje Kyab, 39 ans, a disparu.

Tibet-fc5c81-300x190
En avril, Kyab, aussi connu sous le nom de Jigme Kyab, est entré dans la clandestinité après qu’un fonctionnaire de Thangkor et les employés de l’administration locale ont fouillé sa maison, et dit à l’époque par vidéo qu’il avait « évité la capture » et était dans un endroit sûr.

Kyab, dépositaire des pièces justificatives des revendications tibétaines de restitution des propriétés prises il y a cinq ans, a dit qu’il était passé dans la clandestinité afin qu’il puisse présenter le cas aux autorités provinciales supérieures.
Kyab avait également joué un rôle dans l’organisation d’une manifestation de 20 Tibétains de la région de Thangkor, le 28 janvier 2015, à Chengdu, capitale provinciale du Sichuan.
Lors de cet incident, les autorités avaient rapidement dispersé la manifestation et arrêté 11 Tibétains, les libérant plus tard, tous, sauf deux, après que le groupe ait présenté une pétition pour la restitution de leurs terres, devant des bâtiments du gouvernement lors d’une réunion du Congrès de la province du Sichuan.

Selon des sources, une partie des terres de la ville de Thangkor a été prise par la force par les autorités pour un projet de développement du gouvernement, il y a cinq ans de cela, et bien que les Tibétains locaux aient demandé à plusieurs reprises sa restitution au gouvernement du Comté, ils n’ont jamais reçu de réponse positive.

La réquisition de terres rurales par les gouvernements locaux pour des transactions immobilières lucratives déclenche des milliers « d’incidents de masse » à travers la Chine chaque année.
Beaucoup entraînent répression violente, détention des principaux organisateurs, et pression intense sur la population locale afin qu’elle se conforme aux souhaits du gouvernement.

Source : Radio Free Asia, 24 septembre 2015.

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: