Breaking News

#Corse – « Dès lundi, un groupe de huit personnes entamera une grève de la faim si… »

Malgré la nomination d’un médiateur, la direction semble ne pas être prête à s’asseoir à la table des discussions. C’est le sentiment du STC qui, hier dans le hall de la clinique du Golfe, à Ajaccio, a donné une conférence de presse. Conséquences, chez les personnels grévistes, la menace d’une grève de la faim à compter de lundi, s’affirme de plus en plus.

« Il y a deux jours, le préfet de Corse a nommé un médiateur. Très vite désigné, nous l’avons rencontré et lui avons expliqué les raisons de notre mouvement social. Il devait par la suite, en toute logique, rencontrer la direction ainsi que les deux actionnaires principaux afin de pouvoir lancer des négociations. Malheureusement, ces derniers n’ont pas accepté de voir le médiateur. Ce qui est incompréhensible dans un conflit qui dure maintenant depuis onze jours. Nous sommes face à des patrons intransigeants, qui pratiquent le mépris. Un mépris vis-à-vis des salariés mais également des patients et de l’ensemble de la population. Aussi, en assemblée générale, nous avons décidé qu’un groupe de huit personnes, entamerait, dès lundi, une grève de la faim. Nous sommes prêts à aller jusqu’au bout »,a indiqué Étienne Santucci, pour le STC. On le voit, toujours pas de solution dans le conflit qui oppose le STC à la direction de la clinique du golfe à Ajaccio. Rappelons, par ailleurs, que le tribunal d’Ajaccio a rendu un arrêt d’expulsion à l’encontre des grévistes assorti d’une astreinte de 2 000 euros par salarié et par jour de retard dans l’exécution. Un arrêt qui n’a pas forcément surpris le syndicat et qui n’a pas, en tout cas, entamé sa motivation dans une action qu’il juge toujours aussi légitime. Du côté de la direction et du conseil d’administration, on ne veut pas entendre parler de la remise en question du licenciement de trois salariés. On sait que cette question précise est justement le motif déclencheur de la grève. « Mais au-delà de ces licenciements, nous mettons aussi en exergue les conditions de travail dans la clinique qui sont devenues, au fil des mois, extrêmement difficiles pour les salariés. Ce qui entraîne forcément une dégradation des conditions de soins dans les services », aajouté Étienne Santucci.

Source et suite de l’article

 

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: