#Corse – Dernier conseil municipal pour @LMarcangeli à #ajaccio

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Laurent Marcangeli a présidé hier soir (lundi) le dernier conseil municipal de sa courte mandature et, ce n’est pas une surprise, dans une ambiance lourde et houleuse.

ajaccio election Municipale corse corsicaCe dernier conseil avait à examiner un ordre du jour chargé car des dossiers importants, comme celui du budget supplémentaire 2014 ou celui encore de l’aide aux commerçants du Square Campinchi, étaient inscrits avec un ordre de priorité absolue. Un débat qui n’a pas eu besoin de tour de chauffe car le maire d’Ajaccio, jusqu’à hier soir en tout cas, dans son discours d’introduction a envoyé une volée de bois vert à ceux qui, à son sens, sont responsables de cette situation.

Devant un parterre de supporters tout acquis au maire en place, Paul-Antoine Luciani a eu beaucoup de mal à aller au bout de son propos. La parole donnée, puis retirée à l’opposition a provoqué le départ de celle-ci sous les huées de l’assistance, ce qui a provoqué la réaction calme, mais ferme, de Paul-Antoine Luciani. Le débat budgétaire aura finalement eu lieu uniquement entre José Filippi, qui s’est déclaré contre ce document, et Stéphane Sbaggia le premier adjoint; nous y reviendrons.

Écoutez Laurent Marcangeli sur un conseil municipal pas comme les autres

Marc Marcangeli, maire (bonapartiste) d’Ajaccio, en désaccord avec plusieurs de ses adjoints, a décidé de présenter sa démission. Candidat à sa propre succession, M. Marcangeli souhaite ainsi modifier la composition de la municipalité.

22 juillet 2000 : Le maire bonapartiste d’Ajaccio, Marc Marcangeli, par ailleurs président du conseil général de la Corse-du-Sud, a proposé sa démission, mercredi 19 juillet, et celle de dix-neuf de ses colistiers afin de provoquer des élections municipales anticipées. Il a invité ses vingt-cinq opposants, de droite et de gauche, à faire de même, afin de dénouer la crise ouverte depuis deux mois au sein du conseil municipal. Placé, en 1995, en deuxième position sur la liste du maire, le président de l’Assemblée de Corse, José Rossi (DL) est décidé à se présenter contre lui en 2001. Le 12 juillet, alors que l’Assemblée de Corse discutait des propositions du gouvernement, M. Rossi et ses amis avaient contribué à mettre M. Marcangeli en minorité en n’approuvant ni le compte administratif de 1999, ni le tableau des effectifs qui prévoyait, selon M. Rossi, de nombreuses embauches à la veille des élections municipales

15 septembre 2000 : Reportage. Les Ajacciens votent ce week-end après la démission surprise du maire Marc MARCANGELI et de 19 de ses colistiers. Huit listes électorales s’affrontent pour cette élection, un scrutin sur fond d’accords de MATIGNON pour les nombreux candidats à cette élection. Les nationalistes à défaut d’ête élus espèrent effectuer une percée dans la course aux municipales. Commentaire sur images factuelles des candidats en campagne électorale alternant avec les interviews de Jose ROSSI (candidat Démocratie Libéral), de Simon RENUCCI (candidat Corse Social Démocrate) et de Marc MARCANGELI (candidat bonapartiste).[Source : documentation France 3] Les ajacciens votent ce week-end après la démission surprise du maire Marc MARCANGELI et de 19 de ses colistiers. 8 listes électorales s’affrontent pour cette élection, un scrutin sur fond d’accords de MATIGNON pour les nombreux candidats à cette élection. Pour Jose ROSSI, son rôle dans le processus MATIGNON devrait lui rapporter des points Marc MARCANGELI, maire démissionnaire bonapartiste doit faire face à un certain nombre de critiques notamment celles de gestion de la ville. Simon RENUCCI quant à lui vise dans ses attaques, Jose ROSSI. Les nationalistes à défaut d’ête élus espèrent effectuer une percée dans la course aux municipales politique (INA)

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: