X

Les « Ghjurnate Internaziunale di Corti » des 5 et 6 août prochain seront, une nouvelle fois, un rendez-vous important dans le cadre du rapport de force politique d’ores et déjà engagé avec l’Etat colonial depuis 2014 sur le plan institutionnel avec le dépôt des armes du FLNC-UC, et juste après les victoires des nationalistes unis au sein de « Pè A Corsica » en 2015 et 2017.

L’échéance Territoriale sera donc largement abordée lors de ces journées.

Egalement au programme la validation de 36 années de soutien aux nations sans Etat et à tous les peuples qui luttent pour leur indépendance.

36 années de combat anti-répressif… avec un moment d’intense émotion lors de l’hommage à Jean Marie Poli.


2017

Dossier photos, vidéos, revue de presse
GHJURNATE 2017 (<–lien)

Programme 2017

Sabbatu u 5 d’aostu

14h30 Réception des délégations par Jean-Guy Talamoni, Presidente di l’Assemblea di Corsica, au Cunsigliu di a Lingua (Corti)

16h Présentation des délégations et tour d’horizon international « Catalunya, Euskadi, Kurdistan, Polynésie, Kanaky, Guyane , Sardigna, Bretagne, »

17h30 « Processus de paix et Amnistie » – Associu Sulidarità – Délégation d’Euskadi, de Kanaky et du Kurdistan

18h30 « L’Educazione corsa à u XXIesimu seculu » cù Josepha Giacometti (Cunsigliera Esecutiva in carica di l’Educazione) Jean-Guy Talamoni (Presidente di l’Assemblea di Corsica), Dumenica Verdoni (Direttrice di l’ESPE di Corsica), Thierry Antoine Santoni (Viziu Presidente di l’Università), Stéphane Gareddu (furmatore in u settore di u numericu), Denis Luciani (Presidente di l’APC), Pierre-Jo Filipputti (STC Educazione)…Animatu da Alta Frequenza

21h Concert gratuit « Donne di Corsica : e voce di a libertà » (Doria Ousset, Francine Massiani, Diana Saliceti, Patrizia Gattaceca, Anna Rocchi, Michela Sammarcelli)

Dumenica u 6 d’aostu

15h Présentation par le Ribombu Internaziunale des « quaterni di l’indipendenza nantu à i trasporti » avec Alain Mosconi, Eric Simoni et Paul Medurio

16h Catalogne et Kanaky « référendums d’autodétermination et d’indépendance »

17h30 Débat « Guvernu Corsu : custruimu a Nazione » cù Jean-Guy Talamoni, Petr’Antone Tomasi, Gilles Simeoni, Jean-Christophe Angelini, Jean Biancucci, i deputati « Per a Corsica », Josepha Giacometti, François Sargentini – animatu da Alta Frequenza

19h Meeting CORSICA LIBERA

21h Concert gratuit de l’Arcusgi è d’Orizonte

2016ghjurnatedicorti2016corsecorsica

Dossier photos, vidéos, revue de presse des GHJURNATE 2016 (<– lien)

Samedi 6 Aout
16h : Présentation des délégations. Débat international.
18hDébat Répressions syndicales et politiques.
Associu Sulidarità, STC, Ghjuventù Indipendentista Aiacciu, Ligue des Droits de l’Homme , représentants des barreaux d’Aiacciu et de Bastia e Maxime Beux supporter bastiais ayant perdu un œil suite à un tir de flashball après le match Reims-Bastia.
21h : Teatru Mascone (l’ultima) – entrata di gratisi

Dimanche 7 Aout
15h30 – Débat – Un véritable projet européen, celui d’une Europe des peuples.
cù Ferran Civit Martí, deputatu catalanu Junts pel Sí / ERC à u Parlamentu di Catalugna
17h30 – Débat – Guvernu Corsu, Custruimu a Nazione
cù Jean-Guy Talamoni Presidente di l’Assemblea di Corsica è Gilles Simeoni Presidente di u Cunsigliu Esecutivu di Corsica, Jean-Christophe Angelini Presidente di l’ Agence de Développement Économique de la Corse (ADEC) è Secretariu Naziunale di u PNC (Partitu di a Nazione Corsa), Giacometti Josepha Cunsigliera Esecutiva è Cunsegliera Municipale Corsica Libera d’Aiacciu, Sargentini François Presidente di l’ODARC è viziu Presidente di a Cumunità di e cumune di e Trè Pieve, Biancucci Jean Presidente di u gruppu FEMU A CORSICA è ripresentante di a Chjama Naziunale, Pierre-Antoine Tomasi Presidente di u gruppu Corsica Libera, Eric Simoni Secretariu Naziunale Corsica Libera.
19h30 – Meeting Corsica Libera
21h – Cuncertu di u Gruppu L’Arcusgi – entrata di gratisi

Le Journal U RIBOMBU et Corsica Libera, tout comme l’Associu Sulidarità, et la Ghjuventù Indipendentista, tiendront des tables de presse avec les produits du mouvement national à vendre.

ghjurnatedicorti2016corsecorsica2Dossier en ligne 1981 -2016 (<– lien)

Dossier photos et vidéos Unità Naziunale (<– lien)

7.8.9 d’AOSTU 2015 (<– lien)

35 ans de présence à Corti pour le mouvement national historique

Les journées, organisées par le mouvement de libération nationale depuis 1981, sont un lieu de débats de propositions et d’échanges. Elles rythment la vie politique corse et démontrent l’impact du mouvement national sur la Corse de notre temps. Depuis trente ans, les Ghjurnate internaziunale de Corte rythment la vie politique insulaire. Trois décennies de meetings ovationnés avec la même ardeur populaire. Rien n’a vraiment changé. Le chapiteau s’est un peu modernisé, mais les soirées se finissent toujours par des chants corses.

Merci à Lyvia et Filippu pour les archives

LES ANNÉES 80

Les premières journées internationales de Corte eurent lieu en 1981, la création revient au mouvement indépendantiste de l’époque la Cunsulta di i Cumitati Naziunalisti. (CCN). Les Ghjurnate ont toujours eut pour but de donner une tribune au mouvement national mais aussi de réaffirmer le soutien sans faille aux prisonniers politiques et à leurs familles. Elles se déroulaient pour cette première année sur une seule journée le 1 aout 1981 !

Le 1er Aout 1981 marque la naissance des premières journées internationales de Corte, cette année les événements furent consacrés sur une seule et unique journée ! C’est le début de la longue histoire que des Ghjurnate Internaziunale di Corti ! La première organisation revient au mouvement nationaliste de l’époque connu sous le nom de la CCN, A Cunsulta di i Cumitati Naziunalisti.

A partir de 1982, les Ghjurnate passeront sur un format de 2 à 3 jours selon les années avec une ouverture sur les autres peuples en lutte dans le monde. Des débats politiques dans l’après-midi et évidemment des soirées culturelles où se succéderont les plus grands groupes culturels régionaux mais aussi les groupes des délégations invités.

Aout 1984, c’est le Muvimentu Corsu per l’Autodeterminazione (MCA) qui prend le relais de cet événement majeur du mouvement national. C’est cette année-là qu’apparaitra le fameux rendez-vous du dimanche après-midi pour un grand meeting populaire ! La foule est au rendez-vous, le succès des Ghjurnate vient de s’ancrer dans les habitudes des militants et sympathisants nationaliste.

1985 est l’année de consécration de l’événement… en effet, une présence massive des délégations étrangères, un succès populaire qui prend la mesure de l’avancement des idées de la Lutte de Libération Nationale, les Ghjurnate sont devenues le rendez-vous de l’année des peuples en lutte de par le monde.

Le 10 Août 1985: Ouverture à Corti des  » IVè Ghjurnate Internaziunale ». Point fort de la journée:la conférence de presse et le meeting international regroupant de nombreux représentants d’organisations étrangères. Plusieurs centaines de personnes assistent à la conférence de presse de présentation.

Le 11 Août 1985: Plusieurs milliers de visiteurs aux  » Ghjurnate ». Près de 3000 participants pour le seul débat MCA/UPC sur le thème de la politique d’union. Lors du meeting du MCA , Leo Battesti appelle ,en tant que Secrétaire Général,à un élargissement de la lutte sur des bases claires.

1986, les Ghjurnate di u Populu corsu, organisées par les MCA et l’UPC, portent les prémisses de d’Unità Naziunalista qui arrivera en 1987 représentant l’ensemble du mouvement national !

Le 8 Août 1986:  Ouverture des  » Ghjurnate di u Populu Corsu  » MCA -UPC à Corti.

Le 10 Août 1986:  Succès des journées MCA-UPC à Corti. Lors du meeting de clôture ,les responsables des deux mouvements lancent un appel au renforcement de l’union.

1987-1988, les Ghjurnate d’Unità Naziunalista rencontrent toujours un succès majeur. Lors du meeting du dimanche 14 aout 1988, le FLNC montera sur la scène (lien) des Ghjurnate pour un discours où il réaffirme les raisons de son existences et qu’il sera toujours présent pour défendre les intérêts du peuple corse.

Aout 1989, les premières Ghjurnate de la Cuncolta Naziunalista où le mouvement affirme enfin que l’autonomie n’est qu’une étape et que le mouvement se tourne vers l’indépendance pour la Corse. Une étape cruciale qui déterminera beaucoup des choix de la décennie à suivre…

Ne manquez pas notre chronique sur les Ghjurnate

LES ANNÉES 90

Les années 90 marquent un tournant dans l’histoire des Ghjurnate. Elles seront organisées par a Cunculta Naziunalista de 1991 à 1997.

1990 voit apparaître la première communication du FLNC par vidéo (lien). Cette intervention fait suite à un reportage réalisé par 2 journalistes ayant suivi plus de 150 représentants du mouvement clandestin pour l’enregistrement de la conférence de presse. Des délégations venues de Slovénie et d’Allemagne étaient présente cette année-là.

1991, dans l’année de la scission entre la Cuncolta et le MPA, les Ghjurnate revêtent une importance particulière, il est important de montrer que le mouvement est fort et puissant. Le FLNC canal Historique (lien) créé quelques mois plus tôt, prononce son premier discours aux Ghjurnate devant un public surchauffé, Pierre Poggioli, quitte alors le chapiteau.

1992, Le succès de la coalition Corsica Nazione à l’Assemblée de Corse nous offre une tribune aux Ghjurnate exceptionnelle ! Les principaux représentants du mouvement nationalistes sont présents à l’exception du MPA qui suit toujours sa route seul. L’enjeu est important et les esprits toujours marqués par la catastrophe de Furiani, 2 mois auparavant.

1993, l’image marquante de cette année-là restera la conférence de presse du FLNC canal Historique revendiquant l’assassinat de Robert Sozzi. Revendication qui sera prise pour un défi par l’état et qui entraînera la condamnation d’Edmond Simeoni, qui ne tolérera jamais l’acte commis.

1994, Les Ghjurnate 1994 se tiennent après l’arrestation du commando de Sperone. Elles se feront l’écho de la présentation du projet de loi organique portant statut du territoire de la Corse élaboré par Corsica Nazione.

1995, En pleine guerre fratricide, les Ghjurnate de Corte ont lieux sous tension suite à l’assassinat de Vincent Dolcerocca. Ces Ghjurnate lui sont dédiées de par son engagement à les réaliser et à les maintenir malgré l’année noire qui vient de s’écouler. Cette année-là, des milliers de personnes viennent soutenir le mouvement national malgré la tourmente.

1996, Suite à l’attentat à la voiture piégée commis sur le port de Bastia, les Ghjurnate sont annulées.

1997, les Ghjurnate connaissent une baisse d’influence… le contexte politique lourd des dernières années a marqué les esprits. A la tribune, Charles Pieri proposera au gouvernement Jospin de discuter autour d’un projet d’évolution institutionnelle.

du 9 au 10 août 1997 : Lors de ses « Journées de la nation corse » organisées à Corte et moins suivies que les années précédents, Charles Pieri, porte-parole de la Cuncolta naziunalista, vitrine légale du FLNC-Canal historique, a décidé de proposer le dialogue au gouvernement Jospin, pour un « règlement historique du problème corse », afin notamment « d’éradiquer la violence ». Le mouvement de Pieri présentera des candidats aux élections territoriales de 1998.

1998, Les Ghjurnate sont organisées par a Cuncolta Indipendentista. Le mouvement se déclare officiellement pour l’Indépendance de la Corse avec un processus non violent et basé sur le dialogue avec l’Etat français. Cette année 1998 fut marquée par l’assassinat du préfet Erignac.

Le 7 août 1998 : Ouverture des Journées internationales de Corte, réunissant les militants et les sympathisants d’A Cuncolta Indipendentista,  dans la capitale Historique de la Corse.

Le 9 août 1998 : A la clôture des Journées internationales de Corte, le mouvement A Cuncolta, réclame désormais l’indépendance pour l’île de Beauté. Mais une indépendance négociée avec la France, au besoin en prenant un peu de temps, sous conditions et sans violence. 

1999, les Ghjurnate sont placées sous le signe de l’apaisement ! Les accords de Migliacciaru signés un mois plus tôt et les bons résultats des élections Territoriales remettent les nationalistes corses en ordre de marche pour appréhender l’entrée dans les années 2000. Les tensions sont derrière nous, place à l’avenir maintenant !   (Unità Naziunale : Les nationalistes, réunis lors de « journées internationales » à Corte, sont bien décidés à oublier leurs querelles du passé, souvent meurtrières. Ils ont confirmé leur volonté de travailler désormais ensemble. Avec, pour premier objectif, d’élaborer un projet politique qui donnerait à l’île une plus grande autonomie. L’indépendance restant le but ultime. « L’objectif est d’inclure le pluralisme dans le mouvement national », a résumé Joseph Colombani, porte-parole du Comité de Fiumorbu, qui regroupe la totalité des quinze mouvements et partis composant la nébuleuse nationaliste corse. Pour autant, toutes les divergences, toutes les dissensions, n’ont pas disparu. Certains mouvements n’ont pas répondu à l’invitation lancée par A Cuncolta Indipendentista. D’autres ne sont venus qu’en observateurs.)

Les années 2000

Les années 2000 signent la modernisation du mouvement et la volonté de s’ancrer profondément dans le paysage politique insulaire. Les années noires sont finis ! Place à la construction d’une Corse solide et apaisée.

2000, les 4, 5 et 6La situation politique est différente, les discussions sont en cours pour une évolution institutionnelle et l’unité des nationalistes s’affiche avec fierté aux Ghjurnate de Corte ! Une tribune représentant les principales structures nationalistes, une très belle affluence, et l’espoir que le processus de Matignon aboutira !

2001, l’organisation des Ghjurnate est maintenant à Indipendenza-Corsica Nazione. Les débats sont tournés vers les différents moyens d’accès à l’indépendance et l’amnistie des prisonniers politiques corses.

les 3, 4 et 5 Août 2001 : L’amnistie en question Suite à la demande des groupes nationalistes Clôture des journées de Corte « Les journées internationales de Corte » se sont clôturées hier soir avec la traditionnelle réunion publique devant plus de 1000 personnes.De nombreux mouvements étrangers indépendentistes et autonomistes seront présents dont : l’ Irlande, le Pays Basque, la Sardaigne, la Catalogne, la Guyanne, la Bretagne. A la clôture d’ « I ghjurnate internaziunale di Corti » le but déclaré reste l’indépendance et l’amnistie de tous les prisonniers politiques corses.

2002, la parole aux jeunes ! Pour la première fois, la Ghjuventù Indipendentista prend place à la tribune des Ghjurnate pour s’exprimer au nom de la jeunesse Corse qui se bat chaque jour sur le terrain.

2003, A un an des élections territoriales, ces Ghjurnate sont placées sous le signe de l’union des partis nationalistes. En effet, le travail pour les prochaines élections a déjà commencé ! il faut mobiliser et rentrer en force à l’Assemblée de Corse.

2004, Avec la réussite aux élections de la liste Unione Naziunale, nous retrouvons sous le chapiteau des Ghjurnate les représentants de toutes les structures du mouvement national. Une journée de débat riche, une présentation du projet et du travail faites aux militants et aux délégations étrangères. Une véritable réussite !

2005, c’est maintenant Corsica Nazione Independente qui organise les Ghjurnate. Une présence massive des délégations étrangères et des débats riches. C’est la marque de ces Ghjurnate 2005.

2006, 30 ans de lutte armée, 30 ans de soutiens et 30 ans de répression ! C’est des Ghjurnate placées sous le signe de la Solidarité avec nos prisonniers et avec les autres peuples en lutte qui se déroule cette année-là à Corte.

2007, Les bases de la refondation du mouvement national sont jetés, l’ensemble des mouvements indépendantistes sont présents et prépare l’avenir ! Le FLNC Union des combattants (lien), dans une conférence de presse vidéo, met en garde l’Etat français et ses représentants sur l’île vis-à-vis du PADDUC.

2008, E Ghjurnate di a Rifundazione. Une organisation variée, la naissance de Corsica Libera est en marche. Ces Ghjurnate sous le signe de l’évolution du mouvement, du renouveau du courant indépendantiste connaitront un énorme succès.

2009, E Ghjurnate di Corsica Libera ! Le mouvement est en ordre de marche pour les élections territoriales ! Après le succès du congrès fondateur en février 2009, les Ghjurnate ont un succès exceptionnel ! Elles permettent à Corsica Libera d’amorcer la campagne des territoriales sereinement et dans une ambiance surchauffée, le dimanche soir, le meeting est suivi par des milliers de personnes !

2010, Après le succès des élections territoriales, les Ghjurnate viennent clôturer une saison politique chargée et sonne le renouveau du mouvement national ! Le slogan de la campagne restera marqué dans les esprits pour longtemps ! Un Alba nova si pesa avà, Corsica Libera Serà !

2011 : 30 ans des Ghjurnate, 30 ans de lutte nationalistes présentées dans une exposition, 30 ans de personnalités nationales et internationales, un bilan positif, des milliers de personnes sous le chapiteau… les Ghjurnate sont bien devenues le rendez-vous politiques incontournable de l’été en Corse.

2012Depuis les ghjurnate d’aout 2012 qui avaient réunis de nombreux représentants des partis politiques de Corse , à l’assemblée territoriale les débats portant sur des thèmes essentiels pour le futur de notre pays se sont déroulés sans connaître de moments de crispations . Le projet de défense et d’officialisation de notre langue a été validé sans opposition, « ainsi que le vote sur un statut de résident à cinq ans ».

2013, Journées internationales marquées par la présence du MNLA (Mali) au niveau international, et la continuité au niveau nationale, de la mise en place d’un processus politique, avec la présence des élus progressistes qui sont à l’origine des propositions Lingua Corsa, Statut de résident, Institutions. Réformes qui ne sont pas voulus pas l’Etat, Valls en première ligne parle de dogmatisme. (Demande d’un référendum pour légitimer les réformes)GhjurnateCorti2014ArcusgiCantaUpopuluCorsu

2014: (Dossier sur ce lien) Le retrait du FLNC a largement favorisé le rapprochement entre le mouvement national et les forces progressistes qui une nouvelle fois étaient les invités des GHJURNATE INTERNAZIUNALE. L’annonce par le Front de libération nationale de la Corse (FLNC), le 25 juin, d’un « processus progressif de démilitarisation » pour favoriser une série de réformes votées par l’Assemblée de Corse, dont la majorité est de gauche, a été au coeur des traditionnelles Journées internationales de Corsica Libera. Les réformes concernent notamment la co-officialité de la langue corse, l’instauration d’un statut de résident pour lutter contre la spéculation foncière et immobilière, la fiscalité et une adaptation de la Constitution française en ce sens.

Invitée aux Journées de Corte, la première secrétaire du Parti socialiste en Corse, Emmanuelle de Gentili, l’a pourtant qualifiée de « fait historique et de démarche courageuse (…) qui renforce la démocratie ».

Mme de Gentili, qui est aussi conseillère exécutive de Corse et secrétaire nationale adjointe du PS, a ajouté que « le changement est inexorable mais qu’il ne faut pas se précipiter » et « continuer à avancer en faisant le double travail politique et technique » pour faire admettre la nécessité de mettre en oeuvre les réformes votées à de larges majorités par l’Assemblée de Corse. »

GhjurnateCorti2015 (2)prugramma_ghjurnate2015GhjurnateCorti2015 (1)
GhjurnateArcusgi

2015 – (Dossier sur ce lien) Renforcement des relations internationales avec la présence de Orkan Yilmaz (Congrès National Kurde), Mehmet Yuksel (Représentant du HPD aux USA – Kurdistan) et Moussa Ag Assarid (MNLA – Azawad) et des différentes délégations étrangères venues de Sardaigne, Ecosse, Mali, Kurdistan et Catalogne.

L’amnistie au centre des débats! (Photos des journées ici)

Renforcement de la lutte institutionnelle avec la rencontre des militants de Femu A Corsica dans l’optique probable d’une « union » de second ou troisième tour, et la présentation des 5 premiers de la liste Corsica Libera aux élections Territoriales de décembre 2015

2016 – (Dossier sur ce lienDe l’avis des observateurs comme des participants, l’édition 2016 de ghjurnate di corti fut une réussite, tant par l’affluence que par la qualité des débats, des discours et des intervenants. Plus de 700 personnes le confirmeront par leur présence dimanche après midi.

La présence de nombreuses délégations indépendantistes mais aussi du courant modéré avec notamment Gilles Simoeoni, Jean Christophe Angelini, Jean Félix Acquaviva…

La présence de Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse et leader des Nationalistes modérés de Femu a Corsica, à la tribune, dimanche après-midi pour le traditionnel débat organisé par Corsica Libera, donne, à elle seule, la mesure du chemin parcouru depuis l’union du 8 décembre dernier et la victoire qui en a découlé.

2017 – (Dossier en ligne) – Beaucoup dimanche pour valider la démarche d’union « Per A Corsica » et pour confirmer que Corsica Libera reste un mouvement de militants de terrain.

Hommage à deux militants, Jean-Charles Albertini, assassiné quelques heures avant les Ghjurnate et Jean Marie, militant de la cause des prisonniers politiques.

Soutien international dans les processus d’indépendance, d’amnistie, de soutien aux prisonniers politiques. Nombreuses sont les délégations à venir à Corte pour parler de leur volonté d’autonomie ou d’indépendance.

Cathy Bartoli, Présidente de Sulidarità : « La situation des prisonniers politiques en Corse a empiré, a-t-elle clamé haut et fort. Cette année fut aussi celle d’une répression aveugle à l’encontre de la jeunesse : près de 200 jeunes Corses ont été interpellés depuis le début de l’année ».

L’Union au centre des débats pour la prochaine Territoriale. Corsica Libera est pour l’union dès le premier tour, Femu A Corsica préfère temporiser et consulter sa base.

(revue de presse complète ici)



GhjurnateCorti2011-Alessio (71)

19 ans de revendications et d’occupations du terrain pour l’Associu Sulidarità

Journée dédiée à Jean Marie Poli décédé le 14 janvier 2017

Créée en 1998, l’associu Sulidarità a pour but de venir en aide aux détenus incarcérés sur le Continent, ainsi qu’à leurs familles. « Plus de quinze années d’un incessant et difficile combat pour soutenir les trop nombreux patriotes qui durant cette période ont connu et connaissent malheureusement encore la terrible épreuve que constitue l’exil carcéral et les conditions de détentions injustement infligées à ces hommes qui ont lutter pour défendre les intérêts vitaux de notre peuple.  AidezAssociuCorseDans ce défit de résistance et donc de souffrance , l’Etat colonial n’a épargné personne, ni les familles ou les proches qui subissent eux aussi l’injustice d’un traitement répressif inhumain qu’il réserve à ceux qui s’opposent à sa politique destructrice. Ni le peuple corse tout entier, sous la forme d’une grande punition collective destinée à le culpabiliser de sa propre existence et l’acculer ainsi à sacrifier ses droits fondamentaux.

Depuis plus de 15 années autour d’une multitude d’actions publiques, grèves de la faim, manifestations , occupations, symposium internationaux, conférences de presse au parlement européen, rencontre à l’assemblée nationale Française et à l’assemblée territoriale avec l’ensemble des élus et parlementaires de Corse, la détermination de notre engagement pour cette juste cause à permis d’amorcer une véritable prise en compte de nos revendications par l’ensemble de la société civile corse et parfois même au delà, obligeant ainsi l’appareil d’Etat à reconnaître en plus haut lieu ses carences et l’iniquité de son attitude face a un principe humanitaire et social pourtant légalisé par les différentes lois Françaises Européennes et Internationales . Force est de constater que le compte n’y est pas et que l’Etat continu volontairement par ces atermoiements et sa mauvaise foi à tergiverser pour régler définitivement le problème des conditions de détentions de l’ensemble des prisonniers politiques Corses.

200 euros chaque mois par détenu

«Cet argent nous permet d’aider les détenus qui sont 17 au total et à qui nous envoyons un mandat mensuel de 200 euros. C’est la priorité de notre association. Nous soutenons aussi financièrement les familles afin de leur permettre d’aller rendre visite à leurs parents qui sont incarcérés sur le Continent» « Malgré la crise, et les difficultés que chacun rencontre, les gens se sentent concernés et continuent de nous soutenir financièrement. Pour les familles de prisonniers, les difficultés sont à la fois morales mais aussi financières. Qu’ils sachent que nous serons toujours là pour leur venir en aide et leur apporter tout notre soutien ».

Les liens

Comment aider Sulidarità

Ghjurnate : Archives articles, vidéos et photos des dix dernières années.

Ghjurnate : DOSSIER SUR CORSICA INFURMAZIONE

Ghjurnate: 30 ans ARCHIVES AFFICHES – PHOTOS

 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)