Breaking News

#Corse #SNCM – « Action Pascal Paoli » : reprise du travail par les syndicalistes du STC

(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – Le STC de la SNCM a voté à l’unanimité la reprise du travail, à la suite de la rencontre avec le président du conseil exécutif Paul Giacobbi. Au terme d’une assemblée générale des marins, le syndicat a donc entériné le texte qui prévoit, selon Alain Mosconi, que « la CTC s’engage à récupérer les 4 navires de continuité territoriale, dans le cas où la SNCM viendrait à péricliter ». Les emplois seraient, par la même, maintenus. Toujours selon Alain Mosconi, il semblerait que nous puissions aller vers une « régionalisation de la compagnie ». Une porte ouverte sur les revendications syndicales qui permet donc une reprise de l’activité maritime de la compagnie.

Voici la lettre de Paul Giacobbi adressée à Alain Mosconi (source Fr3Corse)

Monsieur le Secrétaire national aux Transports, Comme suite à notre entretien, je vous adresse par la présente les réponses aux questions que vous m’avez posées. Je tiens d’abord à vous rappeler que la Collectivité Territoriale de Corse (C.T.C.) n’est en aucune manière responsable de la situation actuelle de la SNCM et que ce sont les actionnaires qui doivent assumer leur responsabilité dans cette affaire. La CTC a la volonté de faire valoir ses droits sans le cadre d’une éventuelle procédure collective dans le but de reprendre les quatre navires mixtes affectés au service public. Cependant la CTC n’émettra aucun titre et ne lancera aucune procédure qui aboutirait à précipiter le sort de la compagnie. Nous avons avec nos nos conseils, sous l’autorité de votre serviteur et de Paul-Marie Bartoli étudié la possibilité d’utiliser notre créance pour obtenir en nature le transfert de tout ou partie de la flotte de service public afin de l’affecter à une société d’économie mixte régional. La CTC n’a d’autre but que la pérennité du service public et le maintien du plus grand nombre d’emplois possible. La CTC est plus particulièrement attachée au personnel résident en Corse, et notamment au personnel sédentaire qui ne saurait être la victime principale de cette situation. Pour ce faire, nous estimons que la constitution d’un outil régional de service public de la Corse serait la meilleure solution probablement sous cette forme la société d’économie mixte. La CTC ne peut non plus être indifférente au sort des personnels affectés aux cars ferries même s’ils sont placés hors du service public. La CTC veillera en tout état de cause à ce qu’aucune solution ne se traduise par une nouvelle captation par le secteur privé, aboutissant à bénéficier excessivement des deniers publics. Je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire national.

Un pavillon corse pour les navires de la SNCM ?

Telle est, en somme, la teneur du document écrit et validé hier par Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de Corse, et de Paul-Marie Bartoli, président de l’Office des transports de la Corse.

Dans ledit texte, la CTC s’engage à ne pas mettre en exécution l’ordonnance qui prévoit le remboursement par la compagnie de 220 millions d’euros d’aides jugées illégales par Bruxelles. Le cas échéant, ce versement imposé ne ferait que précipiter davantage la Société nationale Corse Méditerranée, détenue à 66 % par Transdev (coentreprise de transports publics de Veolia Environnement et de la Caisse des dépôts ), à 25 % par l’État et 9 % par les salariés, dans un gouffre sans fond. Une position qui s’explique par le refus de la « CTC de tirer sur une ambulance et de provoquer la perte de la SNCM »,a précisé Alain Mosconi, secrétaire national du STC-marins. Un acte fort qui suscite néanmoins des interrogations : comment refuser de renflouer les finances publiques en fermant les yeux sur un remboursement de cette envergure, qui plus est d’argent public ? Un point qui sera certainement soulevé et explicité ce jour à l’assemblée de Corse en présence des élus territoriaux qui examineront les obligations de service public de transport de passagers et de marchandises.

Deuxième engagement qui trace un sillon vers l’avenir. Si la SNCM était contrainte de déposer le bilan – ce qui de facto entraînerait un effacement des dettes -, la CTC entreprendrait des démarches pour récupérer quatre navires de la compagnie. « Avec la garantie que les emplois seraient maintenus pour assurer la continuité territoriale ». Pour Alain Mosconi, c’est donc « l’affirmation que la régionalisation des transports maritimes est appréhendée comme une alternative sérieuse ».La CTC devenant ainsi selon ce scénario propriétaire des navires, la créance de la SNCM serait comme effacée…

(Lundi 16 décembre 2013, [Unità Naziunale] Le Syndicat des travailleurs corses (STC) avait appelé lundi dans la soirée à une Assemblée Générale sur le PASCAL PAOLI à son arrivé dans le port. le STC dénonce « l’instrumentalisation des salariés » dans ces manifestations qui n’ont pas été organisées par des syndicats de la compagnie. A son arrivée, et lors de l’Assemblée Générale mardi matin, le STC a décidé de bloqué à quai le Pascal Paoli.
logo stc« C’est la démonstration de son (la direction, ndrl) incompétence à gérer une entreprise, mais à ce moment-là il vaut mieux partir » a déclaré Alain Mosconi, délégué transports STC, qui appelle à une assemblée générale des personnels mardi sur le Pascal Paoli (8h).

La SNCM emploie 2600 personnes dont près de 700 en Corse, auxquels il faut rajouter une centaine d’entreprises sous-traitantes de la compagnie. 

Plusieurs dizaines de marins du STC ont décidé d’occuper « pour une durée illimitée » le navire à l’issue d’une assemblée générale qui s’est tenue en début de matinée à bord, a indiqué à l’AFP un représentant du STC, Alain Mosconi. Alain Mosconi, qui est secrétaire général de la branche transports du STC, a indiqué que le navire serait bloqué « tant qu’une compagnie régionale corse ne serait pas créée ». L’avenir de la SNCM, dont le siège est à Marseille, se joue cette semaine si l’actionnaire principal Veolia Transdev refuse le plan de relance de la compagnie en proie à des difficultés de trésorerie.

Les 80 marins STC entendent peser sur le débat qui agite la SNCM, confrontée à une crise majeure liée à des difficultés de trésorerie et d’actionnariat, alors que la compagnie maritime attaque une semaine cruciale qui doit déterminer son avenir. Les marins ont voté l’immobilisation du Pascal Paoli dans le port de commerce Bastia. Le STC réclame l’engagement de l’Etat et de la Collectivité territoriale Corse (CTC) sur le maintien de la flotte, en cas de dépôt de bilan de la SNCM. Le syndicat veut la garantie du maintien en service des quatre navires de la compagnie maritime qui assurent la continuité de service public entre la Corse et le continent, des personnels de bord et des agences insulaires.

En 2005, le navire avait été détourné par des marins STC, lors de la privatisation de la SNCM, avant une intervention de la Marine nationale et du GIGN.

(Julien Pernici – Alta Frequenza) – Après une assemblée générale du personnel ce mardi matin, le STC des marins de la SNCM a décidé de bloquer à quai et d’occuper, comme un symbole, le Pascal Paoli à Bastia. Les revendications du STC sont simples, à savoir le rachat de quatre navires de la compagnie, dont la mise en liquidation judiciaire semble imminente. Le STC craint que ces navires tombent dans des mains aussi néfastes à leurs yeux que celles de Veolia. On écoute Alain Mosconi sur Alta Frequenza

alain mosconi

lepluscorsicainfurmazioneAlain Mosconi s’explique dans Corse Net Infos : « Nous occupons le Pascal-Paoli pour une durée illimitée tant que la Collectivité territoriale de Corse ne s’est pas engagée par écrit à reprendre quatre navires de la SNCM en cas de dépôt de bilan en vue de la création d’une compagnie régionale ».

NewGIFAlain Mosconi, chef de file des marins STC, annonce qu’une délégation sera reçu demain (mecredi) à Ajaccio par P. Giacobbi et P.M. Bartoli.

Réponse de Paul Giacobbi sur Corse Net Infos « Cela équivaudrait à faire valoir nos droits  dans le cadre de procédure que j’évoquais auparavant. Mais je ne l’a déclencherai de pas procédure avant l’éventuelle décision du tribunal de commerce »

Soutien

Ghjuventù Indipendentista Mandemu u nostru sustegnu à i sindicalisti di u STC chi occupanu u Pasquale Paoli in Bastia è ramintemu a nostra vulintà d’andà à u più prestu versu à a creazione d’una cumpagnia regiunale

A Manca : « Nous soutenons sans réserve cette mobilisation et nous appelons au plus large rassemblement de lutte et de soutien de toutes les composantes nationalistes et progressistes. »

(…)

CorsicaInfurmazione.org by @Lazezu 

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Alta Frequenza France 3 Corse Corse Net Infos Alta Frequenza France 3 Corse Corse Matin Corse Net Infos
Dossier SNCM
PAROLES DE CORSEFrance 3 CorseFrance 3 CorseAlta FrequenzaCorse Net InfosLa ProvenceFrance 3 CorseMensuel Corsica

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: