Breaking News

Corse – Reprise des conférences de presse clandestines du FLNC

Une trentaine de membres du front de libération nationaliste corse se sont rassemblés dans une forêt près de Bastia, armés et cagoulés, pour rendre hommage à un indépendantiste assassiné le 29 juin dernier.

Une trentaine d’hommes cagoulés et lourdement armés s’exprimant dans les bois au nom du Front de libération nationaliste corse (FLNC) : la scène semble anachronique. Elle a pourtant eu lieu dimanche soir dans une forêt près de Bastia. Les militants indépendantistes de l’organisation historique ont rendu hommage à Charles-Philippe Paoli, 41 ans, assassiné le 29 juin en Haute-Corse à Folelli, près de Bastia, alors qu’il roulait en deux-roues. «L’assassinat par un groupe mafieux de notre militant vient assombrir la vie politique de notre pays. Ceux qui ont appliqué cet acte n’ont pas mesuré sa portée, ni ses conséquences», a lu un porte-parole.

Charles-Philippe Paoli était membre de l’exécutif du parti indépendantiste Corsica Libera et proche de l’ancien dirigeant nationaliste Charles Pieri. Deux jours avant sa mort, un attentat avait visé une résidence touristique à Santa-Maria-Poggio, en Haute-Corse, dans laquelle son entreprise de BTP travaillait. Des inscriptions dénonçant la spéculation immobilière accompagnées du sigle FLNC avaient été tracées sur un bâtiment. «Nous démentons toute participation à l’attentat contre le complexe Melody dont Philippe n’était ni gérant ni propriétaire», affirme le porte-parole. Sa mort, «injuste et inexplicable», «rend (le mouvement) triste» mais «renforce (sa) détermination».

«Nous n’abandonnerons jamais»

Le message du groupe armé prend alors une tournure politique. La «situation de chaos que connaît la Corse aujourd’hui est le résultat de la politique menée par l’Etat français», explique-t-il. «Il appartient maintenant au mouvement national dans sa diversité de s’affirmer comme l’alternative. Nous n’abandonnerons jamais ce que nous avons entrepris le 5 mai 1976», date de création du FLNC.

Depuis mai 2008, un nouveau mouvement baptisé FLNC 1976 appelait à la réunification du front, scindé depuis 1989 et dont le FLNC Union des combattants et le FLNC du 22 octobre restaient les deux principales mouvances. En août 2009, deux hommes cagoulés donnaient une conférence de presse clandestine, la dernière du genre avant celle de dimanche soir, en marge des journées indépendantistes de Corte. Ils se revendiquaient d’un «FLNC unifié» et appelaient «à une réunification stratégique de toutes les forces politico-militaires sur les bases organisationnelles de la création du FLNC».

Source

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: