X

Deux bateaux français, dont un au départ de la Corse, s’apprête à partir vers Gaza pour dénoncer le blocus israélien. La participation à cette flottille humanitaire des deux bateaux français est confirmée mais rien ne filtre sur leur nom et position. « Pas d’inquiétudes, ils sont en Méditerranée » a déclaré Claude Léostic, une des porte-parole de la campagne. Selon nos informations, l’un des bateaux serait en Corse et partirait avec une quinzaine de personnes. ttUne dizaine de bateaux doivent ainsi appareiller la semaine prochaine pour Gaza, forçant le blocus israélien.

Ce départ a été décidé des eaux grecques, en raison de la position « géographique du pays et de ses rapports historiques et culturels » avec les pays arabes. Deux cargos, parmi les bateaux, vont transporter « des médicaments, une voiture d’ambulance équipée et du ciment, dont les Palestiniens ont besoin », a précisé le capitaine Vaguélis Pissias, un des responsables de l’organisation grecque « Un bateau pour Gaza ». Parmi les 350 personnes prévues au total à bord, figurent des élus et hommes politiques français, dont Olivier Besancenot, le député communiste du Havre, Jean-Paul Lecoq, ou encore la députée européenne Nicole Kiil-Nielsen, ainsi que des personnalités du monde du sport, dont le marin breton Jo Le Guen, et des militants associatifs comme Julien Bayou, du collectif Jeudi Noir pour le droit au logement.

Parmi les autres bateaux, figurent un navire italien, un irlandais, un espagnol, deux gréco-suédois-norvégiens et un cargo de la diaspora palestinienne. De son côté Israël ne déroge pas : « Aucun navire n’atteindra Gaza », selon un militaire israélien. Néanmoins, l’armée semble vouloir prendre des précautions pour ne pas réitérer le scandale provoqué par l’assaut meurtrier de la première flottille.

En mai 2010, neuf passagers turcs d’un des navires de la première flottille du même type avaient été tués par un commando israélien qui cherchait à empêcher tout déparquement à Gaza, soulevant une vague de réprobation internationale. De nouvelles techniques ont donc été testées pour intercepter les navires, telle l’utilisation de canons à eau. Un exercice que l’armée israélienne a rendu publique grâce à une vidéo. Cette fois-ci, Tel-Aviv souhaiterait aussi gagner la bataille médiatique.

http://corse.france3.fr/info/un-bateau-au-depart-de-la-corse-pour-gaza–69351179.html

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)