Breaking News

#corse – « Affaire Cahuzac : les dangers de la centralisation » par François Alfonsi

La France et l’Europe ne sont pas près d’oublier la grande scène du parjure jouée par Jérôme Cahuzac, « les yeux dans les yeux », devant l’Assemblée Nationale. Qu’un fraudeur patenté, véritable menteur compulsif, ait pu accéder au plus haut niveau de l’Etat est proprement sidérant, et très instructif sur la vulnérabilité prodigieuse de l’Etat jacobin.

Le credo des jacobins, c’est l’Etat infaillible. En quelques semaines, les croyants de la religion républicaine ont largement eu de quoi douter de leur dogme : un président de la République sortant, Nicolas Sarkozy, mis en examen pour abus de faiblesse sur une richissime personne âgée, un « presque-Président », Dominique Strauss-Kahn, éjecté de la vie publique à coups de scandales à répétition qui jettent un doute définitif sur sa fiabilité psychologique, et Jérôme Cahuzac, ministre du budget, c’est-à-dire le patron de l’administration fiscale, mis à jour en tant que fraudeur en activité ! Il ne reste plus qu’à découvrir que le Directeur de la Banque de France est un braqueur, et la coupe sera pleine.

Une telle avalanche de scandales retentissants devrait stimuler la réflexion. Ce que la presse a produit jusqu’à présent n’en prend pas le chemin. Le parcours d’un Jean Noël Guerrini à Marseille, au demeurant plutôt modeste au regard des pointures nationales de Bercy, génère d’innombrables discours sur les « dangers de la décentralisation ». Mais, à ce jour, il n’y a pas eu un seul chroniqueur pour pointer, à travers les errements de Jérôme Cahuzac, les « dangers de la centralisation ».Pourtant, c’est bien là que se pose le problème. Un retour en arrière sur son parcours de carrière, et le probable cheminement des millions d’euros soustraits au fisc, en dit long sur les dérives de la politique française malade de son centralisme.
Ainsi, il y a vingt ans, c’est en abusant d’une position-clef au sein de l’appareil d’Etat, en tant que membre du cabinet du ministre de la santé publique, qu’il a monnayé son influence auprès des grands laboratoires pharmaceutiques. Ceux-ci, dans la foulée, ont probablement largement alimenté ses comptes en banque off-shore ouverts dans les paradis fiscaux. Puis c’est de Paris que ce parisien pur jus, tout juste masqué par un patronyme à sonorité occitane, a obtenu l’investiture PS pour être parachuté dans la circonscription du Sud-Ouest où il a été élu député. Son élection en terre occitane ne lui a pas fait quitter la capitale, et son ascension dans l’oligarchie parisienne de la finance, d’abord à l’Assemblée Nationale grâce à Nicolas Sarkozy, puis comme ministre de François Hollande, l’a mené ensuite jusqu’à la plus haute marche.Le scandale qui éclate aujourd’hui n’est donc pas un accident de parcours. Il est en fait le véritable accomplissement d’un parcours sur vingt années tel que l’engendre la concentration des pouvoirs et ses dérives dans le système centraliste à la française.

Aussi il est particulièrement rageant de constater que c’est au nom de la défense de ce système en passe de devenir totalement hors de contrôle, si un organe de presse improbable, Mediapart n’avait pas surgi sur le net, que l’establishment jacobin a bataillé en Alsace pour arracher la victoire d’un non au referendum qui ferme les portes du futur pour l’Alsace.

La France est en train de marcher sur la tête, et rien ne laisse présager que ça ira mieux demain.

François ALFONSI

La presse en parle / Suite et source de l’article

Vos Réactions, vos commentaires sur Ce forum ?

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale] Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: