X

Il y a quelques jours l’ADIM (association de défense des intérêts des muratellais) se plaignait, une fois de plus des travaux de la traversée du village. Que se passe t-il ?

Dume-TafaniD. T. : En effet, nous avons l’impression que ce chantier est sans fin. Voilà près de deux ans qu’il a été ouvert et on est loin de son achèvement.

Pouvez-vous nous nous en faire un historique ?

D. T. : il y a plus de dix ans que ce projet est en gestation. La formidable urbanisation du village imposait une réfection de la chaussée, la mise en place de trottoir, un véritable éclairage public. De plus , le réseau d’assainissement devait-être repris. Ce chantier incombait donc au conseil général et à la mairie. Nous avons aussi imposé l’enfouissement des lignes électriques et de télécom. Cette multitude de responsables a provoqué une absence de cohésion dans la maitrise du chantier.

Soyez plus précis :

D. T. : par exemple, il fallait des autorisations de propriétaires pour élargir la route sur leurs parcelles. L’ADIM soutenu par les 2 élus du village ont fait le tour des propriétaires et obtenus des accords de principe. Mais il fallait que le conseil général et la mairie finalisent officiellement avec eux les détachements parcellaires. Ce qui devait arriver arriva, au premier coup de pioche le chantier a été arrêté par un propriétaire n’ayant jamais été informé par les autorités que l’on allait lui prendre plusieurs dizaines de mètres carrés de manière cavalière. Il a donc fallu modifier le tracé de l’entrée du village.

Pour l’enterrement des lignes électriques, c’est encore plus fou, les lignes sont enterrées, les boitiers de raccordement placés, les gainages sur les maisons aussi, mais les poteaux bétons n’ont pas été déposés car cela n’a pas été budgété. On nous promet un budget supplémentaire rapidement. Il faudra donc couper les poteaux à leur base et refaire les trottoirs.

France Telecom nous a également informés que les gaines sous les trottoirs ne sont pas conformes, il faudrait là aussi couper les trottoirs et la route pour mettre de la gaine aux normes.

Le goudronnage est un résumé de ce chantier : promis avant l’été, une première couche a été posée fin juillet dans des conditions cocasses (pannes multiples de l’usine à goudron). Le 31 juillet, l’entreprise a fermé pour les congés. Promis, juré, on revient en septembre. En fait de septembre il a fallu six mois pour assister à leur retour. Hélas le goudron n’est pas conforme et les travaux sont interrompus.

Nous le voyons donc dix ans après la décision d’engager les travaux, deux ans après le début des travaux, les muratellais sont bien loin de voir la fin de ce chantier. Dans quelques mois les élus s’apercevront qu’ils ont oublié de prévoir des abris pour les containers à poubelles. Ceux-ci continueront à encombrer des trottoirs neufs et à tomber sur la route par jour de grand vent.

La superposition des acteurs, l’absence de vision globale ont aboutie à une gabegie. L’ADIM s’est battue pendant des années pour que ce projet aboutisse. Hélas le résultat est loin de ce qu’il aurait du être.

Suite et source de l’article

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)