#Corse [Foncier] – Villas sur le Domaine Public Maritime, l’Etat Colonial laisse faire…

C’est une information d’U Levante qui démontre encore, s’il fallait le démontrer, que l’application de la loi est selon comment tourne le vent. L’ancien président de Wendel Investissement, Jean Bernard Lafonta, implante sa villa sur le domaine public maritime. L’État laisse faire…

L’article en ligne : Sur la commune de Petrusella, sur la rive nord de l’Isulella, l’ancien président de Wendel Investissement a bâti sa villa en partie sur le domaine public maritime. L’État laisse faire. Mais pourquoi ? Une promenade sur le littoral de la commune de Petrusella (2A) est édifiante. Chacun le sait : le domaine public maritime est inconstructible et inaliénable (DPM1).

Chacun le sait mais d’aucuns veulent l’ignorer : quais, murs de béton et ports privés ont fleuri. Ces d’aucuns -là, du reste, ne sont pas les plus démunis.Ainsi, sur le littoral de Petrusella, la parcelle AC 144 mérite une attention particulière. Propriété du DPM, comme en atteste le cadastre, ce lot de terre supporte une partie(2) de l’imposante maison de Jean Bernard Lafonta, l’ancien président du directoire de Wendel Investissement.

La bâtisse a été reconstruite en 2011 après sa destruction partielle, en août 2010, revendiquée par le FLNC. Une construction sur le DPM ! Les services de l’État ont-ils dressé une contravention de grande voirie contre cette construction illégale ou bien font-ils l’autruche ? Car, outre le fait d’une occupation illégale, c’est également l’attitude de l’État qui interpelle. Pour ce qui est des déclarations d’intention : tout baigne ! Le 6 septembre 2010, le préfet Strzoda ne déclarait-il pas «l’État est déterminé à faire respecter le droit en Corse pour les occupations du DPM, comme pour le reste ».

« Nous allons maintenir la pression sur ces établissements en contrôlant l’ensemble des aspects de leur activité, qui est illégale du simple fait qu’elle s’exerce sans autorisation sur le DPM ». Il faut dire que cette prise de parole du haut fonctionnaire intervenait au lendemain de l’agression de l’équipe de FR3 Corse par M. Carta sur la commune voisine de Coti.

Suite et source de l’article

 

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: