#Corse [Billet d’Humeur] – « Un franc menteur. »

mercredi 3 octobre 2012 (www.unita-naziunale.org) [17h00] : Un franc menteur. Louis Lefranc, sous-préfet de son état n’a pas dû voir le même match que les 16000 supporters de Furiani. Alors qu’une foule débonnaire, avec femmes et enfants, quittait le stade sagement, voilà que les « forces de l’ordre » décidèrent de faire un peu d’exercice.

Sous les yeux des spectateurs médusés qui regagnaient leurs voitures, ces futurs Nobel du maintien de l’ordre chaussèrent leur heaume , dégoupillèrent leurs lacrymos et commencèrent à faire une démonstration de leur savoir-faire. On se serait cru dans une BD de Goscinny, les légionnaires regroupés en « tortue » et les badauds essayant d’échapper aux vapeurs répressives.

Dans la minute qui suivit, tout ce qui compte de média annonçait des « incidents à Bastia », sous-entendu « comme il fallait s’y attendre ». Lefranc déclarait que « le match ne s’était pas passé aussi bien que le disait la direction du Sporting ». Il a raison : la prochaine fois on essaiera de laisser Ibrahimovic marquer 6 buts ! La grandeur des préfets La Corse a bien de la chance : n’a-t-elle pas bénéficié de la présence, coup sur coup, de deux « grands préfets ».

C’est du moins ce qu’a déclaré Popaul Giacobbi aux journalistes de radio Paris dimanche soir. Nous souscrivons à cette déclaration d’amour désintéressée, même si nous craignons que des esprits chagrins ne jugent que la grandeur de ces préfets est inversement proportionnelle à celle des ministricules lilliputiens qui dirigent la Corse depuis Emmanuel Arène.

Réforme institutionnelle : le bonheur est dans le flou Ceux qui doutaient de l’homogénéité de l’Exécutif de l’Assemblée de Corse en seront pour leurs frais. Les deux présidents l’ont dit ; de manière un peu différente, certes, mais en apparente harmonie : la réforme institutionnelle n’est pas au cœur du débat politique à venir. D’ailleurs il n’y aura pas de débat politique : on prend les mêmes et on recommence.

On a bien repris le délirant projet du train à 300 millions d’euros, pourquoi pas le projet à 97 conseillers, avec une dose de scrutin uninominal suffisante pour maintenir ce statu quo qui fait le bonheur de la Corse ! Est-ce un canular ou une fuite organisée ? C’était, on le sait, le projet de l’ancien directeur des services de la CTC ; il est au placard, pas son projet, qui n’est pas à l’évidence celui élaboré par Pierre Chaubon!

Le nouvel Exécutif se soucie des préoccupations concrètes des Corses, qu’on se le dise ! Et la réforme institutionnelle, ce n’est pas du concret, c’est du superflu idéologique… Sauf que de ce superflu dépend l’aménagement du territoire, l’énergie, le droit au travail, le coût de la vie, le prix du foncier, tout ce qui pourrait construire le bien-être des Corses. Presque rien en somme !

On sent Giacobbi plus flambard qu’en 2004 et ce n’est pas la mollesse des intervenants de Cuntrastu qui aurait pu l’émouvoir ! La montagne accouchera-elle du plus petit commun dénominateur ?

Jacques faggianelli

*Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: