#Corse #Législatives2012 – un candidat nationaliste évoque des soupçons de fraude

Le candidat nationaliste Gilles Simeoni, arrivé deuxième dimanche au premier tour des législatives dans la première circonscription de Haute-Corse, à Bastia, fait part mardi de soupçons de fraude lors la clôture du scrutin.

« Nous avons informé officiellement les autorités de la disparition des listes d’émargement des 26 bureaux de la circonscription pendant une demi-heure à la clôture du scrutin », a déclaré M. Simeoni, qui a envoyé un courier au préfet et au procureur de la République à Bastia.

Candidat du mouvement nationaliste Femu a Corsica (Faisons la Corse), M. Siemoni est arrivé deuxième avec 24,73% des voix, derrière le député UMP sortant Sauveur Gandolfi-Scheit (31,19%) et devant le candidat PRG/PS Jean Zuccarelli (23,55%), fils du maire de Bastia Emile Zuccarelli.

Les trois hommes s’affronteront au second tour dans une triangulaire.

Pour M. Simeoni, « la disparition des listes, qui doivent être remises à la préfecture dès la clôture du scrutin, a permis de les photocopier dans les locaux de la mairie pour démarcher ensuite les abstentionnistes entre les deux tours ».

Le maire de Bastia, Emile Zuccarelli, a rejeté ces accusations et dénoncé ces « manoeuvres alors que tout s’est passé dans la limpidité ».

« Une horde est venue demander les listes d’émargement alors que l’on était en train de les mettre dans des cartons. Elles étaient bien là, elles ont été montrées à ceux qui les demandaient », a dit le père du candidat de gauche, accusant M. Simeoni d’utiliser « le vieux fonds de commerce de Bastia capitale de la fraude ».

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: