#Corse #Législatives2012 – Réponses de Paul Leonetti [Corsica Libera] à l’AILCC

Le 12 juin 2012 [10h00] (www.unita-naziunale.org) :  Partant du constat que la langue corse dans notre île connaît aujourd’hui une inquiétante érosion, particulièrement au sein des jeunes générations et que son enseignement dans le cadre de l’Education Nationale ne permet ni son épanouissement ni même sa sauvegarde ;

partant du constat que toutefois, si l’on venait à promouvoir une politique linguistique dynamique, des résultats probants, déjà constatées dans nombre de régions européennes ne manqueraient pas d’intervenir, l’Associu di l’Insignanti di/in Lingua è Cultura Corsa souhaite interpeller les candidats aux prochaines élections législatives afin d’obtenir, avant le premier tour, les nécessaires éclaircissements quant à leur positionnement à l’égard d’un sujet central, omniprésent dans les préoccupations insulaires.

1/ Site à favore di a cuuficialità?

Di sicuru ! Ghjè a basa di u nostru prugettu. Ricuniscenza di u populu corsu, lingua corsa ufficiale, civititudina corsa sò leate tutte à trè.

Evidemment, cela fait partie du socle de nos revendications : reconnaissance du peuple corse, officialisation de la langue corse, création d’une citoyenneté corse.

2/ Site per l’appiicazione sana sana di u prugettu purtatu da a CTC (foglia di strada, pruposta di statutu per a cuuficialità, travagliu di a cummissione di e lege…) ?

L’educazione deve esse una cumpetenza di l’Assemblea di Corsica. Sò numarosi i paesi d’Auropa à avè fattu stà scelta. In un ambiu naziunale francese, induva a lingua è a cultura corsa sò di pocca impurtanza, hè un bisognu. Un pudemu miccà fiddacci à u Statu. Un prugettu di l’esperti, palisatu trà pocu ind’a stampa lucale, ripiglia stu puntu impurtantissimu, da poi sempre bramatu da Corsica Libera, mà pare micca esse a vera primura di a CTC è di i so puliticanti tradiziunali.

L’éducation doit être une compétence dévolue à la CTC. C’est le cas dans de très nombreux pays européens, c’est une nécessité pour défendre une langue et une culture minoritaire au sein d’un grand ensemble national. Je note que le projet « officieux » reprend cette proposition de Corsica Libera, mais que cette mesure semble déjà en voie d’abandon par la classe politique traditionnelle, sans doute effrayée des conclusions des experts.

3/ In casu mai, site per a generalizazione di e filiere bislingue in i stabilimenti sculari ? Tandu, chì mezi cuntate di mette in opera pà ghjunghjeci ?

Ancu se aghju aghjà dettu che spartivu u prugettu di a CTC, vogliu schiarisce ciò che un elettu naziunalistu deve fà di u sò mandatu di diputatu. Un tocca micca à u diputatu di urganizà l’imparera nantu à u tarritoriu. U duvere di u diputatu hè di fà a legge é di esse attentu ch’ella sia messa in vallu. In Francia ci sò tante legge chè ùn ghjovanu à nunda : subitu fatte, sò scurdate. Cusì a legge di u 22 ghjennaghju di u 2002 chè impunia a generalisazzione di l’imparera di a lingua corsa ind’u primu gradu. Stà legge hà da esse acconcia.

Ci vole a generalisazzione di u bislinguismu, à sente l’esperti hè l’unica manera di salvà a nostra lingua.

Stà legge deve esse rispettata da l’amministrazione incù un bisognu di mezi è di risultati. Essendu diputatu, sarà a me primura.

Même si j’ai répondu favorablement à la question précédente, je souhaite faire une mise au point sur le rôle d’un député, si ce député devait être nationaliste. Un député ne gère rien. Ce n’est donc pas moi qui vais organiser l’enseignement du Corse. Mais un député vote la loi et en contrôle l’application. Or de trop nombreuses lois restent lettre morte, dont celle du 22 janvier 2002 qui prévoit la généralisation de l’enseignement de la langue corse dans le primaire*. Il faut que cette loi soit amendée pour prévoir la généralisation de l’enseignement bilingue et ensuite qu’elle soit appliquée. La loi doit comprendre une obligation de moyens et de résultat. Et les députés de la Corse ne doivent pas oublier d’en contrôler l’application. Pour ma part, si je suis élu, j’y veillerai.

4/ Sè vo site elettu à l’Assemblea Naziunale, v’impignerete per un’ azzione à prò di a lingua corsa, circhendu soprattuttu à fà mudificà – o ancu fà sparisce- l’articulu 2 di a custituzione ?

Un vogliu micca impone a nostra andatura à tutti i Francesi. Anu u dirittu di sceglie u sò destinu, è noi altri u nostru ! Vulemu che a cunstituzione sia cambiata, ma solu pà mette nentru u statutu di a Corsica, chi deve ricunnosce u populu corsu, a lingua corsa ufficiale è u dirittu à l’autodeterminazione.

Non, car nous n’avons pas vocation à imposer notre modèle à l’ensemble des Français. Nous souhaitons que la constitution soit modifiée pour y inscrire le statut particulier de la Corse, lequel comprendra la reconnaissance du peuple corse, l’officialisation de la langue corse et le droit à l’autodétermination.

5/ Site prontu à zifrà a Cartula di e Lingue minuritarie à u so gradu u più altu ?

Ghjè u minimu ! Mà ci vole à esse attenti : hè un azzione impurtante in quantu hè simbolica mà ùn purterà nisun obbligu per a Francia.

C’est le moindre que l’on puisse faire. C’est un symbole, mais cela ne crée pas véritablement d’obligation pour la France.

http://www.ailcc.net/

 

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: