X

Les négociations entre le gouvernement et les étudiants québécois pour trouver une issue au conflit sur les droits de scolarité ont été rompues jeudi à Québec. Les pourparlers sont tombés « dans l’impasse », a déclaré la ministre de l’Education Michelle Courchesne. 

Le syndicat étudiant le plus radical, la Classe, a annoncé aussitôt la rupture des négociations sur le réseau Twitter et a appelé les étudiants à sortir dans la rue avec leurs casseroles.

Ouverts lundi, les pourparlers qui portent sur la hausse des frais de scolarité refusée par les étudiants ont donné lieu à des « discussions franches », a dit Mme Courchesne, indiquant qu’elle allait expliquer la situation dans un point presse à venir.

Sortis quelques minutes après la ministre, les dirigeants étudiants ont affirmé que le gouvernement avait rompu les pourparlers pour des raisons politiques.

Le gouvernement a indiqué que « pour des raisons politiques, de communication publique, on ne peut plus écouter nos demandes », a déclaré le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) Léo Bureau-Blouin.

Il a souligné que les propositions de la partie étudiante contenaient des solutions « qui ne coûtent rien au gouvernement ni aux contribuables ».

« Mais, pour des raisons politiques, le gouvernement ne pouvait pas accéder à nos demandes », a répété le dirigeant étudiant, en soulignant que ces demandes étaient présentées dans le cadre de paramètres donnés par le gouvernement.

La ministre ayant dit à ses interlocuteurs que les pourparlers étaient « suspendus », ils ont déclaré qu’ils allaient l’attendre pendant une heure, dans l’espoir de la voir revenir à la table de négociation.

http://www.corsematin.com/article/monde/quebec-les-negociations-avec-les-etudiants-sont-rompues.670255.html

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)