[Unità Naziunale] Lettre à Michel Platini : situation de M. Al-​​Sarsak, membre de l’équipe nationale de football palestinienne

« Cela fait main­tenant 66 jours que Mahmoud Al-​​Sarsak est en grève de la faim. Son état de santé se dégrade dan­ge­reu­sement de jour en jour. (.…) Dans ces condi­tions, il me paraît être de votre res­pon­sa­bilité d’intervenir avec force auprès des auto­rités israé­liennes pour exiger la libé­ration de M. Al-​​Sarsak et ce, en vous fondant en par­ti­culier sur le respect de la charte éthique et des valeurs qui animent le mou­vement sportif. »

Monsieur le Président,

Je sou­haite attirer for­tement votre attention sur une situation des plus injus­tement cri­tiques qui appelle en urgence, à mes yeux, votre inter­vention – la situation de M. Al-​​Sarsak qui est un des membres très connu de l’équipe nationale de football palestinienne.

Mahmoud Al-​​Sarsak, qui a 25 ans, est ori­gi­naire de Rafah (une ville située au sud de la bande de Gaza). En juillet 2009, il a été arrêté à un chek-​​point par l’armée israé­lienne alors qu’il se rendait bien nor­ma­lement à une com­pé­tition de football, en Cisjordanie.

Mahmoud Al-​​Sarsak subit, depuis cette date, une des méthodes très répandue en Israël malgré les condam­na­tions inter­na­tio­nales : la détention admi­nis­trative. C’est à dire que son arres­tation, pro­noncée par un ordre mili­taire et renou­ve­lable à l’infini, n’a été jus­tifiée par aucune charge, ni aucune preuve. Rien. L’arbitraire total. De sorte que depuis juillet 2009, Mahmoud Al-​​Sarsak n’est tou­jours pas passé devant un tribunal.

Après son arres­tation, Mahmoud Al-​​Sarsak a été conduit dans la prison d’Ashkelon, où il a subi 30 jours d’interrogatoire intensifs. Malgré l’absence de preuves et de charges contre lui, le pro­cureur israélien a décidé de le qua­lifier de « com­battant illégal » et de le garder en « détention admi­nis­trative » pour une durée illimitée.

Depuis le 19 mars 2012, Mahmoud Al-​​Sarsak est en grève de la faim pour pro­tester contre sa détention injuste.

La grève de la faim est pour les pri­son­niers pales­ti­niens un des der­niers moyens à leur dis­po­sition attirer l’attention sur leur sort et de lutter pour le respect de leurs droits et leur dignité.

Le 8 avril 2012, il a été transféré dans la prison de la prison du Néguev à celle de Beer­sheba, et mis à l’isolement, c’est-à-dire qu’il se trouvait tota­lement seul 24 heures sur 24. Le 16 avril, il a été conduit à l’hôpital péni­ten­tiaire de Ramla, suite à l’aggravation de son état de santé.

Cela fait main­tenant 66 jours que Mahmoud Al-​​Sarsak est en grève de la faim. Son état de santé se dégrade dan­ge­reu­sement de jour en jour. Les auto­rités péni­ten­tiaires affirment qu’il pourrait être libéré le 1er juillet ou le 22 août mais elles ne donnent, de sur­croît, aucune garantie. C’est l’arbitraire le plus absolu.

Dans ces condi­tions, il me paraît être de votre res­pon­sa­bilité d’intervenir avec force auprès des auto­rités israé­liennes pour exiger la libé­ration de M. Al-​​Sarsak et ce, en vous fondant en par­ti­culier sur le respect de la charte éthique et des valeurs qui animent le mou­vement sportif.

Et il vous appar­tient d’en tirer les conclu­sions qui s’imposent. Ce n’est plus pos­sible qu’un État se com­porte de la sorte en toute impunité vis-​​à-​​vis des sportifs, en par­ti­culier des foot­bal­leurs palestiniens.

Dans l’attente, je vous prie de croire, Mon­sieur le Pré­sident, en l’assurance de mes salu­ta­tions distinguées.

_​ Jean-​​Claude Lefort
Député honoraire
Président de l’AFPS

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: