Revue de presse – La #Corse demande l’autonomie, sans la reconnaissance de son peuple et de ses droits – #autoNOmia

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 28 mars 2024) Selon les indépendantistes de Nazione, l’autonomie demandée, n’aura ni la reconnaissance de son peuple, ni le statut de résident, ni la coofficialité…

(Alta Frequenza) Après d’interminables débats suivis de tout autant interminables discussions techniques et administratives, redites de celles qui avaient déjà retardé le début de la séance publique, l’Assemblée de Corse a adopté le texte autour de l’autonomie de la Corse dans la constitution.

(FR3Corse) Sans surprise, l’Assemblée de Corse a adopté la délibération sur le projet d’écriture constitutionnelle sur l’autonomie de l’île après plusieurs heures de débats.

(Corse Matin) Après des heures d’apartés, l’Assemblée de Corse a voté le texte corédigé à Paris avec Gérald Darmanin. La famille nationaliste, réunifiée pour l’occasion, a emboîté le pas, à l’exception de Josepha Giacometti.

(Corse Net Infos) Josepha Giacometti-Piredda a voté contre à chaque fois. Sur le deuxième vote, c’est la majorité du groupe Un Soffiu Novu qui a tenu à s’opposer à l’inscription d’un pouvoir législatif pour la Corse.

(RcfM) Un troisième article concernant la consultation des Corses via referendum a fait l’unanimité moins une voix comme le premier, celle de la représentante de Nazione qui n’a jamais fait mystère sur sa volonté de ne rien valider de ce texte, bien en deçà des standards en matière d’autonomie, selon elle.

Indication du vote global sur la délibération
ARTICLE PREMIER :
PREND ACTE du projet d’écritures constitutionnelles tel qu’issu de la
réunion organisée par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer le 11 mars 2024 :
« La Corse est dotée d’un statut d’autonomie au sein de la République, qui tient
compte de ses intérêts propres, liés à son insularité méditerranéenne et à sa
communauté historique, linguistique, culturelle, ayant développé un lien singulier à sa
terre.
Les lois et règlements peuvent faire l’objet d’adaptations justifiées par les spécificités
de ce statut. La Collectivité de Corse peut être habilitée à décider de l’adaptation de
ces normes dans les matières, les conditions et sous les réserves prévues par la loi
organique.
La Collectivité de Corse peut également être habilitée à fixer les normes dans les
matières où s’exercent ses compétences, dans les conditions et sous les réserves
prévues par la loi organique.
La loi organique détermine également le contrôle exercé par le Conseil d’Etat et le
Conseil constitutionnel sur les normes prises en application des deux précédents
alinéas, en fonction de leur nature, ainsi que leurs modalités d’évaluation. Les
habilitations prévues par la loi organique aux deux précédents alinéas ne peuvent
intervenir lorsque sont en cause les conditions essentielles d’exercice d’une liberté
publique ou d’un droit constitutionnellement garanti.
Le Gouvernement peut, par ordonnances, dans les matières qui ne relèvent pas de la
compétence de la Collectivité de Corse, adapter les dispositions de nature législative
en vigueur aux spécificités de la collectivité, sous réserve que la loi n’ait pas
expressément exclu, pour les dispositions en cause, le recours à cette procédure. Les
ordonnances sont prises en conseil des ministres après avis de l’assemblée
délibérante et du Conseil d’Etat. Elles entrent en vigueur dès leur publication. Elles
deviennent caduques en l’absence de ratification par le Parlement dans le délai de dixhuit mois suivant cette publication.
Les électeurs inscrits sur les listes électorales de Corse peuvent être consultés sur le
projet de statut, après avis de l’assemblée délibérante, dans les conditions prévues
par un décret en Conseil d’Etat délibéré en conseil des ministres ».
ARTICLE 2 :
ADOPTE le projet de texte selon les modalités suivantes :
Section 1 : Les fondements constitutionnels
« Article 1 : La Corse est dotée d’un statut d’autonomie au sein de la République, qui
tient compte de ses intérêts propres, liés à son insularité méditerranéenne et à sa
communauté historique, linguistique, culturelle, ayant développé un lien singulier à sa
terre ».
section 1 : 
POUR 62
  • FA POPULU INSEMU 32
  • AVANZEMU 7
  • CORE IN FRONTE 6
  • UN SOFFIU NOVU 16
  • Pierre GHIONGA NON INSCRIT
CONTRE 1
  • Josepha GIACOMETTI PIRREDA élue Nazione
Section 2 : Le pouvoir normatif
« Article 2 : Les lois et règlements peuvent faire l’objet d’adaptations justifiées par les
spécificités de ce statut. La Collectivité de Corse peut être habilitée à décider de
l’adaptation de ces normes dans les matières, les conditions et sous les réserves
prévues par la loi organique.
Article 3 : La Collectivité de Corse peut également être habilitée à fixer les normes
dans les matières où s’exercent ses compétences, dans les conditions et sous les
réserves prévues par la loi organique.
Article 4 : La loi organique détermine également le contrôle exercé par le Conseil d’Etat
et le Conseil constitutionnel sur les normes prises en application des deux précédents
alinéas, en fonction de leur nature, ainsi que leurs modalités d’évaluation. Les
habilitations prévues par la loi organique aux deux précédents alinéas ne peuvent
intervenir lorsque sont en cause les conditions essentielles d’exercice d’une liberté
publique ou d’un droit constitutionnellement garanti.
Article 5 : Le Gouvernement peut, par ordonnances, dans les matières qui ne relèvent
pas de la compétence de la Collectivité de Corse, adapter les dispositions de nature
législative en vigueur aux spécificités de la collectivité, sous réserve que la loi n’ait pas
expressément exclu, pour les dispositions en cause, le recours à cette procédure. Les
ordonnances sont prises en conseil des ministres après avis de l’assemblée
délibérante et du Conseil d’Etat. Elles entrent en vigueur dès leur publication. Elles
deviennent caduques en l’absence de ratification par le Parlement dans le délai de
dix-huit mois suivant cette publication ».
section 2 : 
POUR 49
  • FA POPULU INSEMU 32
  • AVANZEMU 7
  • CORE IN FRONTE 6
  • Valérie BOZZI UN SOFFIU NOVU
  • Cathy COGNETTI TURCHINI UN SOFFIU NOVU
  • Charlotte TERRIGHI UN SOFFIU NOVU
  • Pierre GHIONGA NON INSCRIT
ABSTENTION 1
  • Angèle CHIAPPINI UN SOFFIU NOVU
CONTRE 13
  • Jean Martin MONDOLONI UN SOFFIU NOVU
  • Didier BICCHERAY UN SOFFIU NOVU
  • Pierre GUIDONI UN SOFFIU NOVU
  • Christelle COMBETTE UN SOFFIU NOVU
  • Georges MELA UN SOFFIU NOVU
  • Jean-Michel SAVELLI UN SOFFIU NOVU
  • Jean-Louis SEATELLI UN SOFFIU NOVU
  • Marianne PIERI UN SOFFIU NOVU
  • Santa DUVAL UN SOFFIU NOVU
  • Chantal PEDINIELLI UN SOFFIU NOVU
  • Xavier LACOMBE UN SOFFIU NOVU
  • Marie Thérèse MARIOTTI UN SOFFIU NOVU
  • Josepha GIACOMETTI PIRREDA élue Nazione
Section 3 : La consultation populaire
« Article 6 : Les électeurs inscrits sur les listes électorales de Corse peuvent être
consultés sur le projet de statut, après avis de l’assemblée délibérante, dans les
conditions prévues par un décret en Conseil d’Etat délibéré en conseil des ministres ».
section 3 : 
POUR 62
  • FA POPULU INSEMU 32
  • UN SOFFIU NOVU 16
  • CORE IN FRONTE 6
  • AVANZEMU 7
  • Pierre GHIONGA NON INSCRIT
CONTRE 1
  • Josepha GIACOMETTI PIRREDA élue Nazione
ARTICLE 3 :
DEMANDE que le texte ainsi adopté soit transmis au Parlement dans le
cadre de la procédure de révision constitutionnelle consacrée à la Corse.
ARTICLE 4 :
La présente délibération fera l’objet d’une publication sous forme
électronique sur le site internet de la Collectivité de Corse.
Vote global de la délibération ainsi structurée 
POUR 62
  • FA POPULU INSEMU 32
  • UN SOFFIU NOVU 16
  • CORE IN FRONTE 6
  • AVANZEMU 7
  • Pierre GHIONGA NON INSCRIT
CONTRE 1
  • Josepha GIACOMETTI PIRREDA élue Nazione

Revue de presse – Session de l’Assemblée de #Corse dédiée à l’écriture constitutionnelle – #AutoNOmia

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: