Revue de presse – Stéphane Ori, militant Core In Fronte, mise en examen et placé en détention – #Corse

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 7 Avril 2024) Ce dimanche 7 avril, une manifestation est organisée devant la résidence secondaire de Gabriel Attal à Coti-Chiavari. Lancé par Core in Fronte, le rassemblement a été interdit par la préfecture de Corse-du-Sud.

(Alta Frequenza) Cette action était aussi et surtout l’occasion de demander la remise en liberté de Stéphane Ori.

(FR3Corse) La mobilisation a débuté à 14h30. Néanmoins la cinquantaine de manifestants a rapidement été bloquée par la gendarmerie qui a barré l’entrée du chemin menant à maison du Premier ministre.

(Corse Matin) Des manifestants, ainsi que l’élue territoriale Véronique Pietri, étaient également présents à bord d’un bateau et affichent une banderole « Basta ripressione » devant l’anse de la maison.

(Corse Net Infos) Le parti invite ainsi la population à se rassembler dimanche 7 avril à 14h30 à Coti Chjavari, précisant un point de rendez-vous à l’embranchement de Cala di Cigliu, situé à proximité de la résidence secondaire du Premier Ministre français, Gabriel Attal.

(RcfM) Nous ne sommes pas là pour faire une violation de domicile », a redit Paul-Félix Benedetti

Basta à a ripressione Suluzione pulitica Plus d’une centaine de personnes, à l’appel de Core In Fronte et Aiutu Paisanu, à Coti Chjavari où le Premier Ministre, Gabriel Attal, possède une résidence secondaire. Il s’agissait de dénoncer la répression actuelle contre les militants nationalistes, les anciens prisonniers et la jeunesse corse. La répression est incompatible avec un processus de dialogue sur l’avenir institutionnel de la Corse. Elle permet à l’Etat français de ne pas s’engager sur la voie d’une réelle solution politique en Corse. Pendant le rassemblement, notre élue Véronique Pietri, a déployé, avec un groupe de militants arrivé par la mer, une banderole « Basta à a ripressione » devant le domicile militarisé de Gabriel Attal. LIBERTÀ PER STE ORI. Core in Fronte.

—*

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 6 Avril 2024) Core In Fronte a pris connaissance, avec étonnement, de l’arrêté de la Préfecture française en Corse, d’interdiction du rassemblement de Coti Chjavari. Le droit de manifester est un droit fondamental en démocratie. Cette décision relègue l’Etat français aux pires régimes autoritaires. Elle s’ajoute au choix assumé d’un autre arrêté préfectoral autorisant, pendant 2 jours, la prise d’images aériennes à Coti Chjavari, ainsi que la volonté de bunkeriser le village, avec, depuis plusieurs heures, des contrôles de voitures incessants et des policiers présents en masse. Nous dénonçons aussi, depuis hier matin, le blocage de certains de nos réseaux sociaux ou la suppression de l’appel au rassemblement de dimanche. Cela va à l’encontre du droit d’expression. Manifestement, avec la Corse, la France n’est pas une démocratie. La répression ne sera jamais une solution à la question nationale corse. La réponse est, au contraire, éminemment politique. La répression doit cesser contre les militants nationalistes, les anciens prisonniers politiques et la jeunesse corse. Core In Fronte appelle au rassemblement, cù e nostre bandere corse, dimanche 7 avril, à 14h30, à Coti Chjavari avec un Rendez-Vous à l’embranchement de Cala di Cigliu, où se trouve la résidence secondaire du Premier Ministre français, Gabriel Attal.

—*

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 5 Avril 2024) Communiqué de la préfecture en corse : Ces samedi 6 avril et dimanche 7 avril 2024, une manifestation, non déclarée en préfecture, est susceptible de se dérouler à Coti-Chiavari. Celle-ci est interdite par arrêté préfectoral. Cette manifestation potentielle n’a fait l’objet d’aucune déclaration préalable permettant un échange entre l’autorité de police compétente et les déclarants afin de prendre toutes les dispositions et mesures préventives garantissant le bon déroulement et la sécurisation des rassemblements. Surtout, des individus radicaux sont susceptibles de profiter de cet appel au rassemblement, qui circule actuellement sur les réseaux sociaux, pour commettre des troubles à l’ordre public. Cela s’est déjà produit, par exemple le samedi 2 mars 2024 à Bastia, à l’occasion d’une manifestation où des individus se sont adonnés à commettre de graves troubles à l’ordre public par des affrontements avec les forces de l’ordre. Aussi, au regard des risques avérés d’ordre public, le préfet de Corse, préfet de la Corse-du-Sud, a pris ce jour plusieurs arrêtés portant interdiction de rassemblement et mesures de police, afin de garantir la sécurité des personnes et des biens. Du samedi 6 avril 2024, 00h00, au dimanche 7 avril 2024, 24h00, sont interdits sur le site de Cala Di Cigliu, situé sur la commune de Coti Chiavari : tout rassemblement ou manifestation ; le port et le transport d’armes par nature et de tous objets susceptibles d’en constituer une au sens de l’article 132-75 du code pénal ; le port et le transport de produits combustibles ou corrosifs. Le préfet de Corse, préfet de la Corse-du-Sud, appelle chacun à faire preuve de responsabilité en respectant ces mesures de restrictions prises pour la sécurité de tous.

(Alta Frequenza) Sans surprise, la préfecture de Corse a pris ce vendredi soir un arrêté interdisant le rassemblement organisé dimanche à 14h30 par Core in Fronte aux abords de la résidence secondaire du premier ministre Gabriel Attal.

(FR3Corse) Il faisait suite à la mise en examen de Stéphane Ori, militant du mouvement indépendantiste, dans le cadre d’une information judiciaire instruite par le pôle antiterroriste du tribunal judiciaire de Paris.

(Corse Matin) Mercredi, plus d’une centaine de militants du parti indépendantiste et de l’association Aiutu Paisanu s’étaient rassemblés, en présence d’élus du PNC et de Femu a Corsica, pour annoncer l’organisation de cette manifestation et apporter leur soutien à Stéphane Ori.

(Corse Net Infos) Cette interdiction émane des services de l’État, qui soulignent que cette manifestation n’a pas été préalablement déclarée aux autorités compétentes. Une démarche requise pour planifier les mesures nécessaires afin de garantir la sécurité et le bon déroulement de l’événement.

(RcfM) Core in Fronte appelle à manifester ce dimanche (7 mars) à Coti-Chjavari, au lieu-dit Cala di Cigliu, où le Premier ministre, Gabriel Attal, possède une résidence. La préfecture interdit tout rassemblement sur les lieux ce week-end par arrêté

—*

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 3 Avril 2024) Cunferenza di stampa di Core in Fronte è addunite davant’à u palazzu di ghjustizia di Bastia è a prifettura d’Aiacciu pè dinunzià l’incarcerazione di Sté Ori.
Chjamemu à a mubilisazione, dumenica u 6 d’aprile à 2 ore è mezu in Coti Chjavari, di fronte à a casa di u primu ministru Gabriel Attal pè dì innò à a ripressione.
Stéphane Ori est aujourd’hui incarcéré à la prison de la Santé à Paris.
Le mardi 27 avril, 1 mois après une autre offensive de la SDAT contre d’autres militants nationalistes, Stéphane et sa famille ont subi une séquence répressive digne d’une dictature :
🔸️Porte d’entrée fracturée à l’explosif;
🔸️Saccage du logement avec le mobilier retourné;
🔸️Saccage du matériel professionnel du fils de Stéphane;
🔸️Séquestration illégale de la famille dans une pièce de l’appartement, durant la perquisition, jusqu’à 15h, sans aucun moyen de communication;
🔸️Perquisition sans la présence de l’intéressé dans la maison familiale dans son village;
🔸️Prise de force de son ADN par des molosses de la SDAT;
🔸️Transfert à Paris sans prévenir la famille et les proches qui étaient présents devant le commissariat.
L’interpellation de Stéphane Ori, et son incarcération, mettent en évidence un choix précis et réfléchi, commandé par un appareil judiciaire d’exception aux ordres.
Le message est clair :
En agissant de la sorte, ce même Gouvernement montre son incapacité à s’engager résolument dans une perspective de solution politique, tournant concomitamment le dos à l’histoire et à la démocratie. Il veut maintenir une politique répressive et arbitraire pour désamorcer l’aspiration d’indépendance et de liberté pour la Corse.
Au-delà de l’emprisonnement de Stéphane Ori, la répression s’amplifie au quotidien :
🔸️Les procès FIJAIT continuent;
🔸️Un ancien prisonnier a eu, ces derniers jours, ses comptes saisis pour un retard de quelques jours sur une traite d’amende;
🔸️Des assignations à résidence, hors de Corse, de militants nationalistes sont prononcées;
🔸️Les procédures incidentes liées aux manifestations populaires qui ont amené l’Etat français à discuter après l’assassinat d’Yvan Colonna se multiplient. Lors de certains procès, (Sous-Préfecture de Calvi, Caserne d’Asprettu) des dizaines de milliers d’Euro de condamnations ont été prononcées contre des jeunes Corses;
🔸️Les violences policières lors des manifestations de 2022, qui ont failli tuer des manifestants, dont certains très jeunes, sont classées, elles, sans suite par les juges français.
Cette situation ne peut pas durer. Nous le disons sereinement avec détermination : UN CAPPIEREMU NUNDA !
Face à toutes ces manœuvres, nous appelons l’ensemble du Mouvement National à l’unité stratégique, dans sa diversité, pour obtenir la reconnaissance des droits historiques du peuple corse derrière une matrice commune.
La répression est incompatible avec le dialogue. Elle ne sera jamais une solution à une question politique.
L’Etat a la possibilité de stopper ces mécanismes, or pour le moment il fait le choix de les continuer.
La répression ciblée et accélérée sur la jeunesse corse et le mouvement indépendantiste est voulue, pour les museler et les marginaliser sur l’échiquier politique.
Aujourd’hui, il est pour nous important de rappeler que :
🔸️C’est l’Etat français qui est responsable de la mort d’Yvan Colonna;
🔸️C’est à l’Etat Français de donner la vérité sur cette assassinat;
🔸️C’est à l’Etat Français d’éclairer les récentes déclarations de l’assassin Elong Abé;
🔸️C’est l’Etat Français qui a proposé un processus de discussion et qui a prononcé le premier le mot d’autonomie pour éteindre l’incendie des manifestations.
Pour notre part, nous entendons continuer et renforcer notre voix, celle de la Lutte de Libération Nationale et d’émancipation citoyenne et sociale.
Nous entendons continuer et renforcer nos propositions d’une véritable unité stratégique du Mouvement National, à la base et de terrain, dans le respect de toutes ses sensibilités.
Notre combat continue.
Nous demandons la libération immédiate de Stéphane Ori et nous saluons sa famille, à laquelle nous affirmons ici tout notre soutien.
Nous apportons à Stéphane Ori toute notre solidarité politique et fraternelle, mais aussi à toutes les victimes de la répression politique française, nous réitérons notre message : Sempri à fianc’à voi simu è saremu.
La répression, sous toutes ses formes, doit cesser.
La solution ne peut être que Politique, si l’Etat français veut s’engager sur une autre voie, il en assumera l’entière responsabilité de son échec.
Le peuple corse saura le lui rappeler y compris dans la rue.
Chjamemu à l’addunita, incù e nostre bandere per dì à u Statu francese chì issa terra hè à nostra è nisun ci pò pretende.
Libertà!
𝗥𝗔𝗦𝗦𝗘𝗠𝗕𝗟𝗘𝗠𝗘𝗡𝗧 𝗗𝗜𝗠𝗔𝗡𝗖𝗛𝗘 𝟳 𝗔𝗩𝗥𝗜𝗟 𝗔 𝟭𝟰𝗵𝟯𝟬 𝗔 𝗖𝗢𝗧𝗜 𝗖𝗛𝗝𝗔𝗩𝗔𝗥𝗜 𝗗𝗘𝗩𝗔𝗡𝗧 𝗟𝗔 𝗠𝗔𝗜𝗦𝗢𝗡 𝗗𝗘 𝗚𝗔𝗕𝗥𝗜𝗘𝗟 𝗔𝗧𝗧𝗔𝗟 𝗣𝗢𝗨𝗥 𝗗𝗜𝗥𝗘 𝗡𝗢𝗡 𝗔 𝗟𝗔 𝗥𝗘𝗣𝗥𝗘𝗦𝗦𝗜𝗢𝗡

—*

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 1er Avril 2024) CHJAMA À L’ADDUNITA MARCURI U 3 D’APRILI ! LIBARTÀ PÀ STE ORI.Suite au placement en détention provisoire de Stéphane Ori, le STC fidèle à ses convictions,lui apporte son soutien inconditionnel. C’est pourquoi nous demandons à l’ensemble de nos militants et sympathisants de se rendre à l’appel au rassemblement de ‘association Aiutu Paisanu, le mercredi 3 avril 2024 à 18h00 au Palais de justice de Bastia. Basta à ripressione ! SINDICATU DI I TRAVAGLIADORI CORSI

—*

Le 26 mars dernier au petit matin, la porte de l’appartement de notre militant Stéphane ORI a été fracturée et sa famille séquestrée par les forces répressives françaises. Il a ensuite été transféré à Paris sans que sa famille n’en ait été informée. La répression continue à frapper les patriotes corses alors que, dans le même temps, le même ministère de l’intérieur négocie avec les représentants élus de la Corse un éventuel statut d’autonomie. Cette situation est inacceptable et incompatible avec la recherche d’une paix durable corolaire de toute négociation de sortie de conflit. Dans ces conditions, Core in Fronte et Aiutu Paisanu tiendront une importante conférence de presse mercredi 3 avril à Bastia à 18h au tribunal. Dans le même temps, nous appelons à un rassemblement le même jour à Aiacciu devant les grilles de la Préfecture de Corse et de Corse-du-Sud A riprissioni un sarà mai una suluzioni ! LIBARTÀ PÀ STE ORI LIBARTÀ PÀ I PATRIOTTI

—*

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 29 mars 2024) Interpellé, placé en garde à vue, transféré, mis en examen et placé en détention.

(FR3Corse) Stéphane Ori a été mis en examen des chefs « d’association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d’un ou plusieurs actes de terrorisme », et « acquisition, détention et transport non autorisés de matériel de guerre, arme, munition ou de leurs éléments de catégorie A en relation avec une entreprise terroriste » par un magistrat instructeur de Paris, ce vendredi 29 mars.

(Corse Matin) Selon une source judiciaire, Stéphane Ori, militant du mouvement indépendantiste Core in Fronte a été mis en examen, ce vendredi 29 mars 2024, par un juge d’instruction à Paris et placé en détention provisoire.

A sezzione bastiaccia di a ghjuventù indipendentista vene d’amparà chi stefanu ori, hè statu trasferitu eri in pariggi ind’u lucale di a Sdat, senza ch nè a so moglia nè u so figliolu sianu privenuti. Di più è per ùn scambià, u statu francese hà fattu usu di a viulenza contru à Stefanu Ori èaso famiglia durante i 2 ghjorni di guardia à vista. Ricurdemu ch a piazza di i militanti naziunalisti un hè nè ind’e prigione francese nè ind’i tribunali è ancu menu ind’i lucali di a sdat induv’elli so marturiati. Ricurdemu dinù u nostru dissensu cù u prucedimentu attuale, chi per via d’ellu, ci porta à sta situazione. U statu francese fermerà per u sempiternu u nostru nemicu èaGlsi tenerà sempre à fiancu à quelli chi si movenu per u scopu cumunu, quellu di a liberazione naziunale di u nostru paese. Enfin nous tenions à rappeler à l’état francais que toute politique d’acharnement contre le peuple corse doit cesser immédiatement en vu de ne connaitre les prémices d’une réponse a la hauteur de ses actions. Libertà subbitu per stefanu ori è tutti patriotti !

Stéphane Ori, militant nationaliste de Core in Fronte, a été interpellé et placé en garde à vue depuis mardi, puis transféré hier sur Paris. À l’heure où, en Corse, nous recherchons la voie de l’apaisement et de la construction d’une solution politique, les conditions d’arrestation et les moyens utilisés qui nous semblent disproportionnés, ne peuvent que nous interroger. 𝗟𝗲 𝗣𝗡𝗖 𝗮𝗽𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝘀𝗼𝗻 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗶𝗲𝗻 𝘁𝗼𝘁𝗮𝗹 à 𝗦𝘁é𝗽𝗵𝗮𝗻𝗲 𝗲𝘁 𝗮𝘂𝘅 𝘀𝗶𝗲𝗻𝘀 ; 𝗲𝘁 𝗮𝘁𝘁𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝘀𝗮 𝗹𝗶𝗯é𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗯𝗿𝗲𝗳𝘀 𝗱é𝗹𝗮𝗶𝘀, 𝘀’𝗮𝘀𝘀𝗼𝗰𝗶𝗲𝗿𝗮 à 𝘁𝗼𝘂𝘁𝗲𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗶𝗻𝗶𝘁𝗶𝗮𝘁𝗶𝘃𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗶𝗲𝗻.

Mardi matin, Stéphane Ori, militant de Core in Fronte, a été interpellé à Bastia. Placé en garde-à-vue au commissariat de Bastia, il a été transféré hier après-midi à Paris. Cette arrestation et les conditions disproportionnées dans lesquelles elle est intervenue sont totalement anachroniques au moment où les Corses aspirent à une solution politique globale, à l’autonomie et à la paix. D’autant plus anachroniques à la veille d’un vote très large de l’Assemblée de Corse en faveur du projet d’écriture constitutionnelle. Face à cela, #FemuACorsica réaffirme avec force que la répression ne sera jamais une solution à la question corse. Les cycles qu’elle nourrit ne peuvent au contraire que nous conduire collectivement à l’impasse. Femu A Corsica affirme enfin l’absolue nécessité de construire, par le dialogue et la démocratie, la solution politique tant attendue pour ce pays. C’est à ce prix là que seront créées les conditions de la pérennité du peuple corse sur sa terre, et d’une paix réelle et durable pour les générations à venir.

Patriotti in lotta : Collectif d’anciens prisonniers politiques corses · Libertà Stephane Ori a été incarcéré à la prison de la Santé à Paris par la justice antiterroriste française. Nous lui apportons notre solidarité ainsi qu’à sa famille. La France joue un jeu trouble de provocation répressive inacceptable pour faire échouer le processus d’accession légitime à l’autonomie qu’il s’était pourtant engagé à accorder après les manifestations qui ont fait suite à l’assassinat d’Yvan Colonna. Cette arrestation est survenue le jour d’un vote important à l’Assemblée de Corse. Les méthodes employées n’ont rien à envier à celle d’une dictature. Porte fracturée à l’explosif, saccage de matériel professionnel et du logement. Séquestration de la famille dans une pièce pendant une journée. Perquisition sans l’intéressé à son village. Transfert à Paris sans prévenir la famille et les proches. Face à l’escalade répressive le mouvement national saura proportionnellement mobiliser ses propres leviers. Nous répétons solennellement que la solution ne peut être que Politique, si l’État français s’engage sur un mauvais choix, il devra en assumer la responsabilité. Stephane Ori a soutenu personnellement plusieurs actions de notre collectif contre le FIJAIT et les amendes, pour notre part nous participerons aux initiatives collectives pour obtenir sa libération.

Core In Fronte Bastia · Libertà per Stefanu Ori Nous apportons notre soutien à Sté notre militant. Celui qui est censé mener un processus de règlement politique validé par le Premier ministre et le président de la République est en même temps celui qui dirige les forces répressives qui viennent défoncer les portes. Rendez vous à Bastia mercredi 3 avril à 17heures 30 pour une importante conférence de presse avec Aiutu paisanu . Nous préciserons le lieu. LIBERTÀ

—*

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 28 mars 2024) Selon le mouvement indépendantiste sur ses outils sociaux, le militant de Core In Fronte, interpellé mardi à été déporté ce jeudi sur paris.

—*

(Corse Matin) En garde à vue depuis mardi 26 mars, Stéphane Ori, militant du mouvement indépendantiste Core in Fronte a été transféré ce soir à Paris. Sa garde à vue avait été initialement prolongée de 48 heures ce jeudi matin, comme l’avait indiqué le parquet national antiterroriste (PNAT).

—*

Core in Fronte · STÉPHANE ORI TRANSFÉRÉ À PARIS Il a été transféré en secret dans l’après-midi sans que sa famille présente, depuis le matin, devant le commissariat n’ait été prévenue Stéphane est actuellement dans les locaux de la SDAT à Levallois-Perret. Core in Fronte dénonce ces pratiques répressives qui constituent un message politique de la part du Gouvernement français. BASTA A RIPRESSIONE!

(Revue de presse – Corsicainfurmazione.org – Publié le 26 mars 2024) Des interpellations ont eu lieu ce mardi 26 mars 2024.

(Alta Frequenza) « À l’heure où des discussions ont lieu sur l’avenir institutionnel de la Corse, l’État français n’a pas abandonné sa politique répressive contre le peuple corse. Elle se caractérise, au quotidien, par des interpellations, des procès contre des anciens prisonniers politiques sur le FIJAIT ou des condamnations financières de plusieurs milliers d’euros contre la jeunesse corse », précis le mouvement indépendantiste qui a appelé à la mobilisation hier soir devant le commissariat de Bastia. Une centaine de personnes a répondu à cet appel.

(FR3Corse) « Cette interpellation a eu lieu dans le cadre d’une information judiciaire instruite au pôle antiterroriste du tribunal judiciaire de Paris », indique une source judiciaire.

(Corse Matin) Difficile pour l’heure d’indiquer le cadre exact de cette information judiciaire à ce stade du dossier, de connaître le profil de la personne interpellée et de préciser les faits visés par cette enquête et leur temporalité. Elle est soupçonnée d’avoir participé à la conférence de presse clandestine du Front de libération nationale de la Corse (FLNC) du 5 mai 2021. Une autre personne avait aussi été arrêtée mardi 26 mars, en Haute-Corse, « dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au pôle antiterroriste du tribunal judiciaire de Paris notamment du chef d’association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme. »

(Corse Net Infos) L’Etat français n’a pas abandonné sa politique répressive », s’est indigné sur X Core in Fronte qui estime que « ces méthodes participent à déstabiliser les discussions en cours, sinon à les paralyser, l’objectif étant pour l’Etat français de ne pas permettre l’étape d’une véritable autonomie ».

(RcfM)

—*

Ghjuventù Libera BASTA A RIPRESSIONE hier au petit matin, les forces colonisatrices du pays voisin ont encore frappé. Des portes cassées, des perquisitions dans des conditions très violentes ont été faites sur des Corse. Nous soutenons ces personnes qui sont placés en garde à vue par la sous direction anti terroriste et nous dénonçons ces conditions qui depuis maintenant plus d’un an, sont faites aux enfants du peuple corse. Nous appelons les forces vives de la Lutte de Libération Nationale a se tenir prêt à une mobilisation. Libertà.

—*

Marti matina, Stéphane Ori, babbu di famiglia, militante naziunalistu hè statu chjappu da e forze culuniale in casa soía, è cum’elli ne anu l’abitudine, nù cundizione lacrimevule. A Ghjuventù corsa ferà sempre fronte di pett’à quelli chi ci volenu spariti. A Ghjuventù Paolina chjama à l’addunita sta sera à 6 ore davant’à u cummissariatu di pulizza di Bastia. Preghemu curagiu è forza à Sté è i soii.

—*

Notre ami et militant Stephane Ori a été arrêté par la SDAT à Bastia, hier. La porte de son appartement a été cassée et sa compagne et ses enfants ont été séquestrés dans une chambre, jusqu’à 15h, durant la perquisition. Sa maison de village a été, aussi, perquisitionnée en son absence, ce qui est illégal. Par ailleurs, sa compagne, sera convoquée le jeudi 28 mars pour une audition à 10h A l’heure ou des discussions ont lieu, sur l’avenir institutionnel de la Corse, l’Etat français n’a pas abandonné sa politique répressive contre le peuple corse. Elle se caractérise, au quotidien, par des interpellations, des procès contre des anciens prisonniers politiques sur le FIJAIT ou des condamnations financières de plusieurs milliers d’Euro contre la jeunesse corse. Ces méthodes participent à déstabiliser les discussions en cours, sinon à les paralyser. L’objectif étant pour l’Etat français de ne pas permettre l’étape d’une véritable autonomie. D’autres provocations de cette nature sont sans doute à prévoir et appellent une réaction forte et populaire de la part du Mouvement National. La répression policière et judiciaire ne sera jamais une réponse politique à la question nationale corse. Core in Fronte chjama à a mubilisazione, sta sera à 6 ore, di fronte à u Cummissariatu di Pulizza di Bastia pè purtà un sustegnu à Stéphane è i soii.

—*

Ghjuventù in Core : Notre ami et militant Stephane Ori a été arrêté par la SDAT à Bastia, hier. La porte de son appartement a été fracassée à l’aide d’explosif et sa compagne et ses enfants ont été séquestrés dans une chambre, jusqu’à 15h, durant la perquisition. Les outils de travail de son fils ont été lancés contre le sol volontairement, afin de les détériorer. Sa maison de village a été, aussi, perquisitionnée en son absence, ce qui est illégal. La mère de ses enfants est, par ailleurs, convoquée le jeudi 28 mars pour une audition. A l’heure ou des discussions ont lieu, sur l’avenir institutionnel de la Corse, l’Etat français n’a pas abandonné sa politique répressive contre le peuple corse. Elle se caractérise, au quotidien, par des interpellations, des procès contre des anciens prisonniers politiques sur le FIJAIT ou des condamnations financières de plusieurs milliers d’Euro contre la jeunesse corse. Ces méthodes participent à déstabiliser les discussions en cours, sinon à les paralyser. L’objectif étant pour l’Etat français de ne pas permettre l’étape d’une véritable autonomie. D’autres provocations de cette nature sont sans doute à prévoir et appellent une réaction forte et populaire de la part du Mouvement National. La répression policière et judiciaire ne sera jamais une réponse politique à la question nationale corse. Chjamemu à a mubilisazione, sta sera à 6 ore è mezu, di fronte à u Cummissariatu di Pulizza di Bastia pè purtà un sustegnu à Stéphane è i soii.

—*

Associu Sulidarità : Emu amparatu ch’un militante indipendentistu era statu interpellatu eri da mane da a SDAT, cù sempre e listesse facciendacce, è quessa allora chì u nostru paese a bisogna d’una soluzione pulitica glubale è appaciata. Ùn accetteremu mai i so usi è e so malfatte. Porghjemu u nostru sustegnu à ellu è à i soii. Basta a ripressione!! E fora à francia.

—*

Patriotti : Une fois de plus, un militant nationaliste a été victime des pratiques du Parquet Anti Terroriste. Des scènes de violences qui deviennent communes : porte explosée et arrestation spectaculaire. Le collectif Patriotti porte son soutien à ce militant nationaliste et à sa famille et met en garde l’Etat français contre ces pratiques qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire. Nous serons toujours du côté des victimes de la respression face à un Etat français qui se veut oppresseur. Libertà per u populu corsu.

—*

Associu Aiutu Patriotticu : Ripressione Basta ! Torn’una volta porte sciappate, torn’una volta una famiglia trasinata. Simu surtiti di u tribunale eri per amparà ch’un altru militante era statu chjappu in casa soia à 6 ore di mane. I segni si multiplicanu, è ùn sò micca boni. A ripressione piglia parechje forme è culpisce u muvimentu naziunale sanu , u Statu francese ghjoca, a risposta deve esse massiva, populare, è, infine, trapassà e logiche partigiane. Sustegnu maiò è fraternu à u nostru amicu Sté, è a i soi!

—*

A ghjuventù indipendentista sezzione bastia apporte son soutien à Stephane Ori militant nationaliste arrêté par la SDAT hier à bastia, l’état colonial a utilisé le même procédé : usage de la violence et intimidation de la famille. Nous mettons encore une fois en garde le gouvernement Français quant à ces méthodes d’acharnement judiciaires. Nous réitérons également nôtre désaccord avec le processus en cours. C’est bien ces discussions stériles qui créent la situation politique que nous connaissons. L’état français ne sera jamais notre ami, a ghjuventu indipendentista se tiendra toujours aux cotés de ceux qui se battent pour la lutte de libération nationale. Trop de militants payent le prix d’une « voix démocratique » qui ne défend pas les revendications pour la reconnaissance de notre peuple. Nous invitons nos militants et sympathisants à se joindre au rassemblement à 18h au commissariat de Bastia. A nostra cuscenza hè resistenza.

—*

Forza Nova : PATRIOTTI CORSI, MICCA TERRURISTI ! Une délégation de Forza Nova était présente ce mercredi soir devant le commissariat de Bastia en soutien à Stefanu Ori, patriote corse, père de famille et travailleur honnête, brutalement interpellé au petit matin et gardé à vue. Alors que le « processus Beauvau » semble s’orienter vers un fiasco politique pour la Corse, la répression s’intensifie contre des patriotes que la législation et les pratiques en vigueur assimilent au terrorisme islamiste. Les Abdeslam, Elong-Abé et autres centaines de jihadistes incarcérés, les milliers de radicalisés et de « déséquilibrés » en liberté, potentiellement dangereux pour les populations, ne subissent pas l’acharnement qui frappe les nôtres. Ils vaquent sereinement à leur occupations, sous l’œil complice de l’appareil d’état. Les ennemis prioritaires régime de Paris sont les européens qui défendent leur terre, leur peuple, leur famille. Di fronte à a ripressione, stemu à fianc’à i nostri !

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: