FLNKS : « faudra-t-il se mobiliser pour lever la pression de ces groupes illégitimes sur nos institutions et rétablir la liberté de circulation ? » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte Internationale – Publié le 26 mars 2024) Le dimanche 24 mars, le président du gouvernement, Louis Mapou assisté de trois membres du gouvernement, Gilbert Tyuienon, Mickaël Forrest et Vaïmua Muliava, a accepté de recevoir des représentants du collectif Agissons Solidaires malgré le blocage de l’approvisionnement en carburant des stations-services.

Alors que le gouvernement a fait un pas pour favoriser le dialogue avec l’annonce d’un ajournement de la délibération sur la taxe pour l’équilibre tarifaire, sujet essentiel de protestation du collectif, celui-ci a annoncé le 25 mars vouloir poursuivre ses blocages et même décidé de les amplifier, tout en décidant de réclamer maintenant un moratoire fiscal total.
Avec cette nouvelle revendication, le masque est tombé sur la nature du collectif Agissons solidaires derrière lequel sa cachent le Medef, la CPME, la CCI, la CMA et la Chambre d’Agriculture. Cette structure est l’instrument des Loyalistes et du Rassemblement qui cherchent à déstabiliser nos institutions et le pays en espérant récupérer le pouvoir par la force.
Ces pratiques ne sont pas sans rappeler, au début des années 1980, les actions de mouvements d’extrême- droite qui ont attaqué les institutions pour contrer la réforme fiscale d’alors qui instituait l’impôt sur le revenu en Nouvelle-Calédonie, et dont le véritable objectif était de faire tomber le gouvernement FI-FNSC.
Le Bureau Politique du FLNKS n’acceptera jamais que ces comportements nostalgiques de l’époque coloniale viennent déstabiliser le pays et remettre en cause les acquis de l’Accord de Nouméa. Ces groupes radicaux n’ont aucune légitimité pour faire la loi dans le pays
Il est croustillant de constater que les organisations patronales d’Agissons Solidaires utilisent les méthodes qu’elles dénonçaient auparavant lors de conflits sociaux. II est lamentable qu’Agissons Solidaires dégradent les conditions de vie des Calédoniens et entretiennent une désinformation en faisant croire que les réformes sont évitables et que l’on pourrait combler les déficits par magie.
Par ailleurs, le Bureau Politique s’interroge sur l’absence de réactions des autorités chargées de préserver la liberté de circulation. Le blocage des dépôts de carburant n’est pas lié à un conflit interne au secteur pétrolier, mais bien le résultat de groupes de pressions politisés minoritaires qui prennent la population calédonienne en otage afin d’imposer leur loi aux institutions. Ces mêmes autorités sont pourtant promptes à mobiliser les forces de l’ordre lorsque les indépendantistes manifestent…
Le Bureau Politique du FLNKS interroge : faudra t-il se mobiliser pour lever la pression de ces groupes illégitimes sur nos institutions et rétablir la liberté de circulation ?
Pour l’animation du BP FLNKS
Le Secrétaire Général
Dominique FOCHI

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: