« Suppression d’une classe à l’école Sandreschi, les réactions » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 19 février 2024) La Ghjuventù Indipendentista exprime son profond désaccord concernant le projet de fermeture évoqué pour le 22 février, notamment la suppression d’une classe à l’école Sandreschi.

Nous tenons à apporter notre soutien inconditionnel à toutes les parties impactées par cette décision, Nous partageons les préoccupations concernant les conséquences désastreuses que cette mesure aura sur le bien-être et l’éducation de nos enfants, en particulier pour ceux bénéficiant de l’enseignement bilingue ainsi que pour les élèves du dispositif ULIS. Nous dénonçons fermement le fait que cette fermeture compromettrait sérieusement la qualité de l’enseignement bilingue, un élément fondamental de notre identité culturelle et linguistique. La suppression de postes et la surcharge des classes ne peuvent qu’entraver l’épanouissement académique et personnel de nos jeunes, en plus de menacer la diversité linguistique de notre région. Nous appelons le rectorat à reconsidérer cette décision dans les plus brefs délais. L’avenir de notre jeunesse et la préservation de notre patrimoine linguistique sont en jeu. Nous mettons en garde le rectorat contre les conséquences potentielles de cette mesure sur la cohésion sociale et la vitalité de notre langue.

La Ghjuventù Indipendentista rappelle au rectorat que la jeunesse est parfaitement capable de se mobiliser et de défendre le bilinguisme dans nos écoles. Nous sommes prêts à utiliser tous les moyens à notre disposition pour protéger nos droits linguistiques et garantir un avenir éducatif équitable pour tous les enfants de notre région. Nous exigeons donc l’annulation immédiate de cette décision et nous restons vigilants quant à toute tentative de compromettre l’enseignement bilingue dans nos écoles.

lingua corsa lingua viva !
A Nostra Cuscenza Hè Resistenza !

Firmate per purtà u vostru sustegnu : https://chng.it/MJ62Fq6rfB

Ghjuventù Indipendentista

—-

Nazione ùn po accittà l’eventuali chjuditura di una classa à a scola Sandreschi di Corti par a riintrata di 2024-2025. A qualità di l’insignamentu ùn po essa ridottu à stastistichi amministrativi di u Statu mittendu in priculu l’avvena di i sculari. L’Aducazioni ferma un dirittu fundamentali par tutti è ni devi custituiscia a chjavi di volta in a sucità chì no vulemi par i ziteddi di dumani. In issu sensu, Nazioni rivindiceghja : Un muratoriu nantu à ogni chjuditura di classa da misura d’urgenza. À issu sughjettu, saremi attenti à u cuntinutu di a prossima cartula sculari. U trasferimentu di a cumpitenza aducativa à i stituzioni corsi da misura di fondu par assicurà un mudellu corsu à prò di l’intaressi di u nosciu populu. Intantu, Nazione arreca a so sulidarità à a squadra di a Scola Sandreschi è à l’azzioni di i parenti è chjama i so militanti à sustena issa mossa lighjittima.

—-

PNC et du groupe Avanzemu : Carte scolaire: face aux menaces de fermeture de classes, soutien aux actions des parents d’élèves de Corti-Sandreschi et demande de moratoire général pour la rentrée de septembre 2024. Depuis plusieurs jours, les parents du groupe scolaire Sandreschi manifestent contre le projet de suppression d’une classe élémentaire au sein de leur école pour la rentrée prochaine. Dans leurs actions contre les mesures de modification de la carte scolaire, Ils ont tout le soutien du PNC et du groupe Avanzemu, comme ils l’avaient également en 2022, où, au terme d’une lutte sans relâche, ensemble, nous avions réussi à faire annuler une fermeture abusive. Une classe en moins dans une école est mathématiquement synonyme d’une hausse notoire des effectifs, et aboutit généralement à une dégradation durable des conditions d’accueil et de travail pour toute la communauté éducative. Cette année, au-delà du cas légitime et impérieux de Corti-Sandreschi, l’administration académique de la Haute-Corse prend une décision unilatérale de supprimer plusieurs classes, à Lisularossa, à Calvi, à Ghisunaccia et à Bastia. Pour beaucoup, ce sont des classes bilingues situées en REP qui sont ciblées. Or, l’objectif majeur de ces REP (réseaux d’éducation prioritaire) est de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales. Démographie, hétérogénéité accrue des publics, problèmes sociaux, échec scolaire et enjeux culturels et sociétaux attendent incontestablement une autre réponse en matière de politique éducative. Face à cette situation subie autant qu’inacceptable, nous restons plus que jamais déterminés à combattre « la logique comptable » qui préside systématiquement lors des réunions du Conseil Départemental de l’Éducation Nationale de Haute-Corse. Aussi, lors du CDEN du Jeudi 22 février, nos élus demanderont à Monsieur le Recteur la mise en place d’un moratoire pour la rentrée de septembre 2024, c’est à dire le maintien de tous les postes menacés de fermeture sur l’ensemble du territoire Corse. Nous déposerons en ce sens une motion à la prochaine session de l’Assemblée de Corse. En tout état de cause, au moment où la Corse revendique le transfert de compétences nouvelles, notamment dans le domaine éducatif, auquel souscrivent les nationalistes corses ainsi que des associations de parents d’élèves, le principe de cogestion de la carte scolaire devient essentiel, aussi bien pour garantir et sécuriser la continuité des projets pédagogiques qu’enraciner définitivement l’enseignement de la langue Corse dans notre pays. »

—-

Core in Fronte apporte son soutien aux parents d’élèves de l’école Sandreschi, à Corti. Ils dénoncent la suppression d’un poste d’enseignant à la rentrée 2024. Cette fermeture de classe conduirait à des classes surchargées nuisant à un enseignement de qualité. Une situation d’autant plus délicate que l’école Sandreschi est la seule école du bassin cortenais à accueillir un dispositif ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) avec 11 enfants, qui sont présents plus de 50 % du temps dans des classes classiques. Dans des classes surchargées, ces enfants ne pourront plus recevoir un enseignement plus individualisé et efficient. L’Académie de Corse doit entendre les revendications justes des parents d’élèves.

—-

Fà Populu Inseme – Sustegnu à a Scola Sandreschi ! Une classe de l’école Sandreschi à Corti est menacée de fermeture à la rentrée de septembre 2024. Cette fermeture conduirait sur le long terme à une surcharge des classes, dégradant ainsi les conditions de travail des élèves. U gruppu Fà Populu Inseme teni à assicurà u so sustegnu à i parenti mubilizati, à l’insignanti è à i ziteddi di a scola. Innò à a chjusura !

—-

Femu A Corsica porghji u so sustegnu à l’insemi di a cumunità educativa di a Scola Sandreschi in Corti : parenti, insignanti è sculari !  𝐈𝐍𝐍𝐎̀ 𝐚̀ 𝐚 𝐜𝐡𝐣𝐮𝐝𝐢𝐭𝐮𝐫𝐚 𝐝’𝐮𝐧𝐚 𝐬𝐜𝐨𝐥𝐚 ! L’Academia di Corsica devi senta i rivindicazioni ghjusti d’issa #mossa.

—-

Ghjuventù Paolina Torna una volta a scola Sandreschi di Corti si vede minacciata da u ritturatu d’una suppressione d’un impiegu privistu u ghjovi 22 di ferraghju. Sta suppressione hè di sicuru periculosa pè l’educazione di i nostri zitelli, per l’insignamentu bislingu ma ancu pè i sculari chi u dispusitivu ULIS chi i doppii livelli seranu imposti pè parechje scole. Ghjuventù Paolina porta u so sustegnu à u persunale di a scola è a i parenti di i sculari impenseriti pè i so zitelli. Chjamemu dunque à a mubilisazione dumane davanti à u culeghju è u liceu Pasquale Paoli contru à st’inghjustizia. U ritturatu deve rinuncià à a suppressione di stu postu, pè u bè di i nostri. Strada diritta è core in fronte.

 

 

 

 

 

 

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: