« Le KNK condamne fermement la brutalité de l’Iran contre le peuple kurde et les prisonniers politiques » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte Internationale – Publié le 6 février 2024 – Source) Les prisonniers kurdes Mohsen Mazlum, Mohammad Faramarzi, Wafa Azarbar et Pzhman Fatehi, détenus en Iran depuis 19 mois, ont été exécutés ce matin. (article du 29 janvier 2024)

Les prisonniers ont rencontré leurs familles pour la première et dernière fois dimanche. Ensuite, les 4 prisonniers ont été emmenés de la prison d’Evin à la prison de Qzalhisar à Kraj et ont été exécutés.

Le Conseil exécutif du Congrès national du Kurdistan (KNK) a publié une déclaration condamnant l’ inimitié du régime iranien, la mort et les massacres du peuple kurde.

Le communiqué du KNK publié lundi comprend les éléments suivants :

« Ce matin, le régime iranien a exécuté les prisonniers politiques kurdes Mohsen Mazloum, Mohammad Faramarzi, Vafa Azarbar et Pejman Fatehi. Une fois de plus, nous constatons que des vies kurdes sont sacrifiées au service d’intérêts politiques, la dernière série d’assassinats politiques ayant eu lieu juste après la visite du président iranien Ebrahim Raisi au président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara.

Les quatre victimes kurdes de la brutalité du régime iranien auraient été exécutées pour espionnage – des allégations non prouvées et dépourvues de toute crédibilité. Le meurtre de ceux qui réclament les droits de l’homme et les droits culturels et élèvent la voix en faveur de l’autodétermination constitue un acte d’accusation contre le régime iranien oppressif et sanguinaire, et nous honorons la mémoire de ceux qui sont perdus aujourd’hui.

Les Kurdes et tous les peuples et communautés religieuses opprimés d’Iran et, plus particulièrement, les femmes du pays, ont prouvé à travers le mouvement de résistance Jin Jiyan Azadî (Liberté pour la vie des femmes) qu’ils sont résilients et n’ont pas peur des exécutions, des arrestations, tortures ou disparitions. L’avenir de l’Iran, que le régime le veuille ou non, sera Jin Jiyan Azadî.

L’assassinat de quatre prisonniers politiques kurdes en Iran, à un moment où le régime iranien cherche à se présenter comme le gardien des droits des Palestiniens pendant la guerre en cours entre le Hamas et Israël, met en lumière l’hypocrisie flagrante des dirigeants du pays. Ni les femmes d’Iran, ni les Kurdes, ni les autres peuples d’Iran ne peuvent plus supporter cette oppression. Plutôt que de se présenter cyniquement au monde extérieur comme le gardien des autres, l’Iran devrait faire la paix avec les peuples et les femmes d’Iran et cesser de verser le sang d’innocents dans tout le pays. Alors que les peuples iraniens sont réduits au silence et brutalisés, la stratégie du régime iranien consistant à fomenter un conflit à travers le Moyen-Orient pour perpétuer son existence se poursuit sans relâche. Dans toute la région, bien au-delà de ses frontières, l’Iran joue un rôle déstabilisateur majeur au Moyen-Orient.

Nous présentons nos condoléances aux familles des prisonniers politiques assassinés par le régime iranien et à tout notre peuple. La politique d’inimitié, de mort et de massacres du régime iranien contre le peuple kurde sera sûrement vaincue. Chaque prisonnier politique assassiné par le régime iranien continuera à vivre dans la lutte du peuple kurde pour sa liberté.»

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

error: