Coordination Anti-Répressive « L’unità di i nostr’associi è cullettivi deve esse un asempiu per u nostru populu » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte de masse – publié le 20 octobre 2021) Des organisations anti répressives se sont réunis autours d’une coordination pour une unité stratégique ce mercredi à Corti devant la sous-préfecture en présence de militants du PNC, de Femu, Corsica Libera, Core In Fronte, CGC, STC, GI,GP…(#eramuprisenti)

Voici le texte de la conférence de presse :

Vistu a crescita di a ripressione è cuscenti d’a necessità di riurganizassi, l’urganizazione anti ripressive, ind’u filu storicu di e Lotte è mubilizazione per a diffesa di i diritti di i Prighjuneri Pulitichi Corsi, è per a so liberazione, anu decisu :

La mise en place d’une coordination de travail, de réflexion et d’action reposant sur le respect paritaire et s’inscrivant, face à l’État français, dans une unité stratégique pour répondre aux exigences d’une lutte organisée.

L’unité stratégique patriotique s’impose de facto, exprimant une nouvelle et importante étape dans l’établissement d’un rapport de force populaire face à l’intransigeance étatique française.

La question des prisonniers politiques, et des anciens prisonniers politiques a toujours posé et accompagné le principe de Solution Politique pour la Corse. Elle est, au-delà de l’aspect judiciaire que lui ont imposé les différents gouvernements français, incontestablement politique. Elle suppose donc une réponse appropriée de cette nature, sans distorsion aucune.

Les amnisties promulguées en 1981, 1982 et 1989 par les pouvoirs français concernés ont confirmé cette dimension, et mis en exergue la réalité d’une résistance patriotique populaire qui a affirmé aux yeux de l’opinion publique internationale le principe des droits du Peuple Corse, dont celui à disposer librement de son avenir.

La situation politique actuelle démontre les limites des octrois institutionnels du 2 mars 1982 et du 30 juillet 1982 portant statut particulier de la région corse, du 13 mars 1991 portant statut de la collectivité territoriale de Corse ( CTC ), et du 7 août 2015 portant sur la nouvelle organisation territoriale de la république ( loi NOTRe). Elle prouve, compte tenu des nouvelles conditions politiques apparues, de la nécessité de mettre enfin en place un véritable processus de résolution qui clôt définitivement les rapports conflictuels entre la France et la Corse.

Dans ce schéma, dont la réparation historique incombe à la responsabilité de l’État français, le sujet des victimes de la répression politique française, quelque soit la nature du dossier judiciaire, se pose d’autant avec acuité qu’il suppose une solution décisive.

Face au comportement actuel de l’État français qui continue de pratiquer avec autant de dédain que de lâcheté, démagogie et chantage à l’otage, l’heure demeure à la résistance et au rassemblement de toutes les forces vives de notre pays.

À la France qui s’acharne à déconsidérer le sujet éminemment politique du fait national corse en l’assimilant à un problème de maintien de l’ordre où l’exception judiciaire, la pression policière et l’amalgame terroriste sont de rigueur, nous opposerons avec la plus grande détermination notre cohésion stratégique anti répressive et patriotique
Notre appel concerne toutes les formations patriotiques, sans exclusive aucune, quelle que soit leur nature, leur choix de lutte, leurs analyses, leur initiatives, leurs choix sociétaux. Il concerne tout autant notre Peuple et toutes ses composantes. L’intérêt supérieur de la Nation le commande.

Depuis 2017 et l’arrivée d’Emmanuel MACRON à la présidence de la république Française nous sommes confrontés collectivement à un Etat très centralisé qui a réaffirmé haut et fort sa conception d’un présidentialisme monarchique de droit divin et imposé l’hyper concentration des pouvoirs au sommet de l’Etat.

La Collectivité de Corse et à travers elle, ses élus, ses parlementaires, ses corps intermédiaires, les membres de la société civile ont été indifféremment et collectivement délégitimés et soumis à cet arbitraire présidentiel.

Les décisions judiciaires rendus à l’encontre des prisonniers politiques Corses en sont un des exemples les plus significatif. Sur le fond comme sur la forme ces décisions sont inacceptables et renvoient aux lois d’exceptions qui ont caractérisé la France Vichyste des années d’occupation.

Malgré les fortes mobilisations de ces dernières années. Malgré le respect des engagements moraux pris par les organisations de défense des intérêts des prisonniers politiques et de leurs familles. Malgré les initiatives prises par la classe politique insulaire dans sa diversité d’opinions et de pensées. Malgré la multiplication des formes de mobilisation initiées par la société Corse dans sa pluralité d’opinions (délibérations communales et intercommunales, manifestations, rassemblements, pétitions, conférences de presse, lettre ouverte, ….).

RIEN n’a permis d’infléchir la position intransigeante et déshonorante de l’Etat Français.

Bien au contraire, les arguties judiciaires invoquées par les juges en charge de l’exécution des décisions de justice se font au mépris des règles de droit les plus fondamentales.

Cela témoigne, chaque jour, que cette justice d’exception est devenue un instrument du pouvoir politique en place et qu’elle s’exerce grâce à la complaisance de magistrats qui se plient à ses injonctions.

Dans ce contexte très préoccupant qui risque de conduire la Corse et son peuple au bord du précipice, nous, organisations issues de la société civile mais animées par des convictions politiques fortes, avons pris la décision d’unir nos forces afin de donner une réponse collective, d’une grande détermination, aux décisions arbitraires et dangereuses prises par un monarque républicain de la pire des espèces.

L’heure est à la mobilisation de toutes et tous.

À celles et ceux qui ne nous ont pas encore rejoint nous faisons cet appel :

Forti uniti si uniti simu !
Un seul mot d’ordre : LIBARTÀ !
L’unità di i nostr’associi è cullettivi deve esse un asempiu per u nostru populu

.Chjamemu tutti l’omi e e donne di u nostru paese à l’addunita e à u rinforzu di a noscia lotta parch’iddi sighini strappati i cateni di a riprissioni francesi.

LIBARTÀ PAR TUTTI I PATRIOTTI !
LIBARTÀ PAR U POPULU CORSU !

UNITÀ STRATEGICA

Les organisations anti – répressives :

  • L’Ora di u Ritornu,
  • Aiutu Paisanu,
  • Patriotti / Aiutu Patriotticu
  • Sulidarità,
  • Comité de défense d’Yvan Colonna.

Unità Strategica



L’unité stratégique patriotique s’impose de facto, exprimant une nouvelle et importante étape dans l’établissement d’un rapport de force populaire face à l’intransigeance étatique française. La question des prisonniers politiques, et des anciens prisonniers politiques a toujours posé et accompagné le principe de Solution Politique pour la Corse. Elle est, au-delà de l’aspect judiciaire que lui ont imposé les différents gouvernements français, incontestablement politique. Elle suppose donc une réponse appropriée de cette nature, sans distorsion aucune. LIBARTÀ PAR TUTTI I PATRIOTTI ! LIBARTÀ PAR U POPULU CORSU !

CORSICA LIBERA
16102021



 

 

Un Collectif « Anti Répressif » donne rendez-vous le 20 octobre pour une conférence de presse majeure #Corse

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: