Il y a 41 ans, l’émetteur de Radio Corse International était détruit par un attentat – #StoriaLLN #Corse

(Unità Naziunale – Publié le 14 aout 2021) Tout comme l’appartement d’Aimé Pietri dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1979 , alors directeur de R.C.I à Bastia, le 14 aout 1980, c’est l’émetteur de la Radio qui est détruit par un attentat.

M. Jean-Paul de Rocca Sera, député et maire (R.P.R.) de Porto-Vecchio, et de M. Jean-Philippe Lecat, alors ministre de la culture et de la communication, accusaient la radio libre corse de vouloir favoriser une propagande antifrançaise.

La radio se veut une source d’information indépendante pour la Corse et les Corses. Elle emmétra de l’île d’Elbe pour ne pas transgresser la loi française. Son succès est grandissant et inquiète les autorités. Elle devient à ce moment la voix de l’île, laissant une grande place aux chants corses et à la langue corse.

Les médias de l’époque veulent rompre avec le monopole de « Radio Préfecture », (France 3 Corse, Alta Frequenza, Radio Corse International…). Ces médias veulent traiter de l’actualité insulaire en laissant une large part à la culture, à la langue corse. Ces médias seront dans le collimateur de l’Etat, de la DST…

Le 14 aout 1980 : L’émetteur placé sur le mont Capanne à l’île d’Elbe est plastiqué. Selon les informations, il est 6h05,  quand 4 explosions se succèdent rapidement et détruisent l’émetteur situé à 1019 mètres d’altitude… Dégâts collatéraux : les autres émetteurs placés au même endroit : ceux des services de lutte contre les incendies en Toscane, de la Banque d’Italie, des pompiers italiens… Attentat qui a provoqué une protestation officielle du gouvernement italien à cette époque.

Ces attentats s’inscrivent même si les actions ne sont pas revendiquées, dans la lignée des actions des « nageurs de combats » des « services secrets Français » (à l’usu Raimbow Warrior). (Livre La Piscine) (Services Secrets, S.A.C, FRANCIA). De nombreux ouvrages aujourd’hui y font référence en tant qu’action commanditée par ces services.

Le contexte de l’époque est tendue et ces actions contre la Radio et Aimé Pietri entraineront des ripostes, le front intensifiera sa campagne d’actions clandestines. (Alain Orsini, Un destin Corse. Le Maquis ardent).

Robert Broussard dans son livre rappelle que France 3 Corse et Radio Corse International avaient en février 1983, par déontologie, refuser de diffuser les enregistrements dans une affaire de droit commun. Les journalistes avaient menacés de faire grève dans ce contexte. A demi mot, Robert Broussard accuse dans son livre ces médias d’être pro-nationalistes. (Robert Broussard. Mémoires)

Dans les années 80, Radio Corse International aura une émission en commun avec RADIO PAYS à PARIS, faisant le lien entre les familles et les prisonniers politiques sous la houlette de Jo Torre. (source à citer, livre Pierrot)

Vincent Stagnara, avocat, défenseur des militants autonomistes et nationalistes assurera une chronique littéraire corse sur les ondes de RCI intitulée « Préface ».

Les articles sur internet qui en parle : Le Monde Le Monde  SchooP

article – en cours de recherche, ébauche… 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: