Breaking News

« Interrogations et remarques après l’arrêt d’un chantier à cause de la découverte d’amiante » – #Corse

(Unità Naziunale – Gestion Institutionnelle – publié le 30 avril) Inquiets de constater un chantier à l’arrêt depuis plusieurs semaines, les représentants des parents d’élèves ont été obligés de monter au créneau plusieurs fois depuis la semaine dernière afin d’obtenir des réponses à leurs légitimes interrogations.

Le chantier est arrêté depuis un mois à cause de la découverte d’amiante lors de la démolition du bâtiment A, le rapport complémentaire de la SOCOTEC l’indique clairement et précise que les premières investigations supplémentaires ont été menées le 07/04, suivies par d’autres le 23/04 (qui ont donné lieu au rapport du 27/04 de mardi dernier).
Plusieurs interrogations nous semblent légitimes :

➡️ Comment se fait-il que des mesures de sécurité n’aient pas été prises dès la découverte de l’amiante fin mars ?
➡️ Comment se fait-il qu’il n’y ait eu aucune communication sur ce sujet et qu’il ait fallu une mobilisation des parents pour que nous apprenions collectivement la nouvelle ?
➡️ Pourquoi le rapport issu des investigations menées par la SOCOTEC le 07/04 n’a pas été publié hier soir ? ( les investigations du 23/04 ayant conduit à un rapport le 27/04, c’est donc assez rapide)

Plusieurs des déclarations du Maire nous interpellent et nous laissent pantois.

Au lieu de faire comme nombre de ses collègues en pareille situation (ce que nous lui avons demandé par courrier), c’est-à-dire interrompre les travaux et mettre en sécurité le site tout en diligentant des analyses (air, clim…), monsieur le Maire déclarent avoir avoir fait « appel à des entreprises spécialisées » et indique que « l’arrosage est une mesure de sécurité ».

Plusieurs remarques :

➡️ Les parents ont du menacer de bloquer l’école pour que l’arrosage des gravats amiantés débutent le samedi 24 avril (découverte de l’amiante lors de la démolition fin mars).
➡️ Nous nous interrogeons fortement sur ces choix car après l’épisode des plaques décrochées à l’aide du manitou par l’entreprise de désamiantage (ce qui est contraire au plan de retrait de la dite entreprise), voilà que les visites de contrôle n’ont pas suspecté la présence de conduits avec de l’amiante dans le vide sanitaire avant le début du chantier. Cet enchaînement de défaillance des « entreprises spécialisées » nous laisse perplexes.
Tout comme la déformation quasi systématique des faits de notre premier magistrat. Heureusement que la seule entreprise non spécialisée en charge de la démolition a su reconnaître l’amiante et a stoppé les travaux car sinon nous n’aurions jamais été informé de ces multiples problèmes.
Le Maire déclare aussi « pour ceux qui l’auraient oublié » que le « bâtiment en ruines, dangereux et insalubre » les a obligé à « agir dans l’urgence pour le détruire ».
Il est vrai qu’habituellement nous laissons passer ses tentatives de détournement de la situation sans le relever car nous n’avons pas été élus pour polémiquer.

Mais là le sujet est trop sérieux.

Bien que ce chantier puisse être considéré comme une nécessité politique, c’est pour cela que nous l’avons soutenu, il ne faut pas chercher à tromper la population.

➡️ Les deux derniers rapports d’analyse des bâtiments de 2018 et 2019 n’ont relevé aucune présence d’amiante en-dehors de celle présente dans les matériaux. L’amiante présente dans ces bâtiments ne présentaient donc pas de danger imminent, nous ne pouvons pas croire que le maire n’ait pas connaissance de ces documents que nous avons consulté en mairie.
➡️ Puis, si ces bâtiments étaient si dangereux, pourquoi avoir fait manger tous les enfants de la commune inscrits à la cantine dans ces bâtiments en 2019 ?
Monsieur le Maire précise « qu’une enquête de gendarmerie est en cours » et « qu’il fournira tous les documents demandés ». En même temps, a-t-il vraiment le choix ?
Il indique que les parents d’élèves ont été « informés et qu’ils continueront à le faire au fur et à mesure de l’évolution du chantier ».
➡️ Pourquoi a-t-il alors fallu une mobilisation pour apprendre qu’il y avait de l’amiante dans les gravats ?
➡️ Pourquoi a-t-il alors fallu une occupation des parents hier et l’intervention de l’inspection académique pour que le rapport daté du 27/04 soit enfin transmis aux parents ?

La mise en ligne sur le site de la mairie hier soir ayant été finalement contrainte et forcée grâce à l’action des parents.

En-dehors de cette volonté incompréhensible de précipiter les choses qui a pu conduire à cet enchaînement de dysfonctionnements, reste une interrogation importante que nous n’arrivons pas à comprendre :

➡️ Pourquoi la majorité cherche à minimiser voire à cacher tous ces incidents de chantier alors que cela ne relève pas de sa responsabilité ?
Alors que nous avons laissé agir les parents (si ce n’est un courrier de demande d’informations et de préconisations de mesures de sécurité restées lettre morte à ce jour), voilà que monsieur le maire nous accuse de « récupération politicienne ».

Sans aucun esprit partisan ou polémique, chacun appréciera l’importance accordée à la sécurité des enfants et des riverains par les uns et les autres.
Chacun appréciera également ces accusations de « récupération politicienne », suite à l’action de parents d’élèves élus, devant ce que nous pourrions appeler plutôt un scandale sanitaire, assez cocasse pour un maire médecin…

Pour notre part, nous réitérons nos demandes de mesures de sécurité car la situation l’exige :

➡️ De prendre un arrêté interruptif de travaux ;
➡️ De faire mettre un minimum de 10 à 15 cm de terre sèche au-dessus des gravats, de bâcher le tout et de reprendre l’arrosage ;
➡️ De procéder à l’analyse de l’air tous les 10 jours et surtout lors de tous les épisodes venteux, mais aussi de communiquer les résultats (qui devraient être négatifs si les mesures précédentes sont mises en place) ;
➡️ Et, car on n’est jamais trop prudent, d’effectuer des tests lingettes cette semaine dans les climatiseurs et de procéder à leur nettoyage (pas par les services techniques de la mairie mais par des entreprises agrées) ;
➡️ Enfin, de ne reprendre les travaux de démolition que lorsque l’école sera fermée, c’est-à-dire au mois de juillet, afin de ne prendre aucun risque.

PER PRUNELLI



« C’est tout simplement une question de sécurité pour les enfants et les riverains alentour » #désamiantage #Corse

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: